Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 31 juillet |
Saint Ignace de Loyola
home iconÉglise
line break icon

Synode pour la famille : l’Afrique au centre des discussions

© Antoine Mekary / Aleteia

La rédaction d'Aleteia - Publié le 08/10/14

Ce troisième jour des travaux aura été marqué par le témoignage de Jeannette Touré, une Ivoirienne chrétienne mariée à un musulman.

Les discussions vont bon train en salle de Synode, que certains vont jusqu’à comparer à celle d’un Concile Vatican III.
Pour ce compte-rendu du troisième jour des travaux synodaux qui synthétisait 78 interventions, Mgr Victor Fernandez, recteur de l’Université catholique d’Argentine (nommé par le pape François) et Mgr Ignatius Ayau Kaigama, archevêque de Jos au Nigéria ont pris place aux côtés du père Lombardi et des pères Dorantes et Rosica.

La présence de l’archevêque nigérien est venue souligner la centralité de l’Afrique dans les discussions des 4ème et 5ème congrégations (sessions d’hier après-midi et de ce matin). Comme l’a souligné le porte-parole du Saint-Siège, le continent africain, loin d’être épargné par les conflits religieux qui secouent la planète, est au cœur des préoccupations des pères synodaux, dont beaucoup sont du reste originaires d’Afrique.

En ce sens, le témoignage de Jeannette Touré, présidente nationale des femmes catholiques en Côte d’Ivoire et mariée à un musulman (voir notre interview), a suscité un fort enthousiasme parmi les participants. Certains d’entre eux en ont profité pour évoquer les difficultés auxquelles sont confrontées les femmes catholiques sur des territoires à majorité musulmane, lorsqu’elles veulent conserver leur foi chrétienne.

L’image symbolique de la lumière s’est inscrite parmi les thèmes majeurs des discussions : la lumière que l’Eglise offre au monde, la lumière donnée à l’humanité non en tant que phare qui offre un éclairage statique, mais en tant que lanterne, qui accompagne les fidèles pas à pas.
De même que l’opposition entre le phare et la lanterne, les débats semblent se cristalliser autour de la confrontation entre doctrine et pastorale, et particulièrement sur la question brûlante de l’accès à la communion des divorcés remariés. L’enseignement du Concile Vatican II a à cet égard été rappelé aux esprits, par l’intermédiaire de Mgr Fernandez. Le Concile a selon lui « ouvert une nouvelle voie et démontré la possibilité de trouver de nouvelles synthèses pour des situations particulières ». Il ne s’agit en aucun cas de « remettre en question l’indissolubilité du mariage et la beauté de la proposition chrétienne en la rendant plus ‘light’ mais d’agir avec le même pragmatisme que Jésus en étant proche des personnes », a-t-il ajouté.

Parallèlement à ces binômes conceptuels, de très belles interventions ont eu lieu sur les thèmes du pardon et de la réconciliation, comme le signale le porte-parole du Saint-Siège, qui invite les fidèles à les intégrer à leur vision de la famille et de la chrétienté. Plusieurs participants ont du reste appelé à prendre davantage exemple sur le modèle traditionnel africain, qui accorde une très grande importance à la notion de réconciliation familiale, mettant ainsi en place divers systèmes de soutien pour que les familles y parviennent. 

Les pères synodaux ont enfin évoqué la crise des familles dans l’Eglise, de même que la crise des familles chrétiennes dans la société, une crise largement liée à la crise générale de la foi, caractéristique de notre époque. Les fidèles sont ainsi appelés à ne pas perdre de vue que la foi suppose une adhésion et une alliance personnelle au Christ. Cette fois est essentielle pour affronter les difficultés posées par notre époque.

A la presse qui lui faisait remarquer que, tandis que la lumière de la lanterne peut s’éteindre dans la tempête, la lumière du phare elle, demeure stable, Mgr Fernandez rappelle que « le pape François nous demande de faire en sorte que la lumière de l’Evangile arrive à tout le monde, même aux prostituées et à ceux qui se trouvent dans l’obscurité, suivant l’exemple de Jésus qui était accusé d’être un gourmand et un ivrogne parce qu’il fréquentait des publicains et des prostituées ».      

Tags:
Famille
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Christophe Dickès
Traditionis Custodes : « La diversité des rites fait la richesse ...
2
ELDERLY MAN
Philip Kosloski
Ce psaume qui souligne avec justesse la beauté de la vieillesse
3
HIDILYN DIAZ
La rédaction d'Aleteia
Jeux Olympiques : la médaille miraculeuse sur le podium !
4
MARIAGE
Timothée Dhellemmes
Pass sanitaire : quelles sont les règles pour les mariages ?
5
Martin Steffens
Martin Steffens : « Le pass sanitaire est une défaite de la moral...
6
SCROVEGNI
Agnès Pinard Legry
Les splendides fresques de Giotto désormais au patrimoine mondial...
7
Caroline Becker
Les cierges de Notre-Dame de Paris brûlaient-ils toujours au lend...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement