Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 21 octobre |
Sainte Céline
Aleteia logo
home iconActualités
line break icon

Chroniques de Syrie : quand la guerre transforme un chanteur soufi en tyran

Liisa Neste

Sylvain Dorient - Publié le 07/10/14



Université de lecture du Coran et des lois Islamiques], ou de Cheiks travaillant avec cette université. Cet écrivain britannique, l’un de mes amis, m’a appelé et m’a demandé si je connaissais un Cheik syrien qui pourrait s’exprimer à propos de cette Fatwa venue d’Egypte : « Les Musulmans ne devraient pas être complètement nus avec leurs femmes. Quand ils ont des relations sexuelles, les bons Musulmans devraient seulement être nus en dessous de la ceinture ». Mon ami britannique me demandant si les Cheiks syriens s’accordaient avec les Égyptiens sur cette fatwa, j’ai promis de l’aider.
Après avoir reposé le téléphone j’ai commencé à me demander à quel genre de Cheik je pourrais poser la question au sujet de cette fatwa… Je trouvais à vrai dire cette histoire un peu crétine ; si bien qu’il était difficile de la rapporter à des Cheiks sérieux et respectés que je connaissais. J’ai donc décidé de demander au Cheik Habboush, ce serait un sujet de conversation amusant avec lui. Je l’ai appelé et convenu d’un rendez-vous. Je l’ai rencontré dans la grande maison Arabe, dans le quartier de Bab al-Hadid (Ndlr : la Porte de Fer – l’une des portes les plus merveilleuses et les mieux préservées de la cité).
Ce n’était pas ma première rencontre avec lui. Nous nous connaissions par différents biais, si bien que je fus accueilli chaleureusement. Plus tard, quand je lui ai parlé de la fatwa égyptienne, il éclata de rire et dit : « Je n’avais jamais entendu parler de cette fatwa avant, mais le Cheik qui l’a faite doit avoir la femme la plus laide de toutes les Nations de l’Islam. C’est pour que nous ne puissions plus voir de belles femmes nues ! » Nous en avons ri ensemble, et avons continué à parler d’autres fatwas et d’autres histoires drôles.
Plus tard, quand je lui ai posé des questions plus profondes sur l’Islam, il s’est tourné vers moi et m’a dit : Issa, pose des questions simples parce que je ne suis pas vraiment un Cheik. Je lui demandais, surpris : comment est-ce possible ?
Habboush : « Quand je porte mon Amama (turban), tout le monde me voit comme un Cheik… Avec ces vêtements sur moi, personne ne me pose de question, alors je suis devenu un Cheik. » J’étais encore plus choqué, et lui demandais : pourriez-vous me raconter cette histoire ?

Habboush : « Je n’étais pas bon à l’école, alors mon père m’a envoyé à la mosquée, où le grand Cheik a découvert que j’étais de surcroît paresseux. Alors je suis devenu un Muezzin. En fin de compte, j’avais trouvé quelque chose à quoi j’étais bon : mon maître Cheik était content et moi aussi… et je n’ai plus cessé de chanter depuis. Mais maintenant – continua-t-il fièrement – tout le monde aime m’entendre chanter les airs Soufis, je fais beaucoup de concerts et tout le monde me respecte. »
Cela confirmait un pressentiment que j’avais eu à propos de sa faiblesse en théologie islamique lors de mes précédents rendez-vous… Mais cela n’enlevait rien au fait que c’était un chef charismatique et un excellent chanteur. Je quittais sa maison tard dans la soirée. Il pleuvait et sur le chemin du retour je pensais à Habboush. Cela ne me dérangeait pas qu’il agisse en Cheik. Je gardais cela pour moi même jusqu’au jour où j’entendis son nom dans la bouche de ce vieil homme au commissariat. J’ai commencé par ne pas croire le vieil homme, si bien que j’ai passé ces derniers mois à collecter des informations qui m’ont confirmé que chacune de ses accusations étaient fondées… Et j’en appris même davantage…
J’appris qu’Habboush s’était emparé des actes de propriétés des magasins et des maisons de leurs propriétaires originaux pour les réclamer en son nom propre. J’appris qu’il se faisait rémunérer en tant qu’Autorité Islamique Compétente (Al Awqaf) [Ndlr : c’est à dire un impôt supposé être destiné à des œuvres de charité] et qu’il faisait peser de lourdes taxes sur les habitants du quartier de Bab al-Hadid.

  • 1
  • 2
  • 3
Tags:
Syrie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Frankie & Royce wedding
Lauriane Vofo Kana
77 ans après, elle renouvelle ses vœux de mariage… avec une robe ...
2
WEB2-Bishop_Michael.jpg
Agnès Pinard Legry
Admirateur de Benoît XVI, un évêque anglican devient catholique
3
Camille Dalmas
Jean Castex reçu par le pape François
4
Hugues Lefèvre
À Rome, Jean Castex célèbre les relations entre la France et l’Ég...
5
Père Jacques de Longeaux
La réponse de Jésus à la tentation du pouvoir
6
Bérengère Dommaigné
Sœur André, la reine des youtubeuses
7
The death of St Clare of Assisi
Marzena Devoud
La prière de sainte Claire d’Assise pour apaiser l’angoisse de la...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement