Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 17 mai |
Saint Pascal Baylon
home iconÉglise
line break icon

De quoi parlera-t-on durant le Synode sur la Famille ?

Marcin Mazur/UK Catholic

Fr. Laurent Tarel - Publié le 01/10/14


Enfin, le document situe la famille dans son rapport à la Sainte Trinité dont elle est une image, et dans sa relation à la Sainte Famille de Nazareth qui demeure un modèle pour toute vie familiale. Ce point permet de rappeler que la famille est le lieu du développement originel et fondamental de toute personne humaine. Elle est le lieu où est possible le « développement intégral » de la personne. En ce sens, le document attire l’attention des Pères synodaux sur l’importance d’une formation constante et continue de chacun à la réalité familiale dans toutes ses composantes.

2. La pastorale de la famille face aux nouveaux défis

Dans la deuxième partie, il s’agit de traiter de la « pastorale de la famille face aux nouveaux défis » qui se présentent à elle. De nos jours, la pastorale familiale est riche de nombreuses propositions telles que la préparation au mariage, la piété et la spiritualité familiales, l’entraide entre familles, le témoignage des familles auprès des jeunes générations et de la société, la formation des jeunes aux réalités conjugales, etc…

Mais en même temps, cette pastorale se voit dans la nécessité de relever de nouveaux défis. La pastorale familiale doit, en effet, faire face en « interne », à une crise de la foi, aux difficultés de relation et de communication à l’intérieur de la famille, aux phénomènes de fragmentation et de désagrégation des liens familiaux, au douloureux problème de la violence et des abus au sein des familles, aux diverses dépendances dont les membres de la famille peuvent souffrir. Du point de vue « externe », les pressions sont multiples : l’incidence du travail sur la famille (pas de travail ou trop de travail), l’immigration (qui peut souvent séparer les membres d’une famille), la pauvreté et la lutte pour la subsistance quotidienne, le consumérisme et l’individualisme, et encore les « contre-témoignages » dans l’Église. Tous ces éléments pèsent sur le modèle familial traditionnel et posent de nouvelles questions à la pastorale familiale. Sont abordées ensuite un certain nombre de situations particulières : guerres, disparité de culte, etc…

Sont énumérées enfin les « situations pastorales difficiles ». Le document se penche sur les « situations familiales » puis sur les situations « d’union entre personnes de même sexe ».

Dans le premier point, on y aborde : la question du concubinage qui semble se répandre de plus en plus, celle des « unions de fait » qui se généralisent, le problème du divorce (avec ou sans nouvelle union), la situation des enfants qui traversent ces situations, le cas de ceux qui restent seuls (père ou mère avec enfant(s)), la situation des personnes non-pratiquantes ou non-croyantes qui demandent le mariage ; le document fait mention de la question de l’accès aux sacrements et d’autres requêtes exprimées dans les réponses, mettant en relief en particulier la difficulté à prendre conscience ou à comprendre, de la part des personnes concernées, de l’irrégularité canonique de leur situation.

Dans tous les cas, le document ouvre des questions afin de guider la réflexion et le travail des évêques et experts qui interviendront lors du Synode.

Dans le second point, c’est le cas des unions entre personnes de même sexe qui est posé. Le document rappelle d’abord qu’ « il n’y a aucun fondement pour assimiler ou établir des analogies, même lointaines, entre unions homosexuelles et le dessein de Dieu sur le mariage et la famille ». De ce principe naît une série de remarques dont l’essentiel se situe dans le constat du changement, dans de nombreuses sociétés, de la législation en vue de rendre équivalents ce que l’on nomme les unions homosexuelles au mariage. Toutes les Conférences épiscopales se sont exprimées contre cette redéfinition du mariage. On note, par ailleurs, l’influence majeure dans la question de l’idéologie du gender. Sous l’intention exprimée de faire disparaître l’homophobie se trouve en réalité une subversion de l’identité sexuelle. Un enjeu majeur se trouve dans le fait de conjuguer l’accueil miséricordieux des personnes d’une part, et l’affirmation de l’enseignement moral de l’Église de l’autre.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
Tags:
Famille
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Soutane de Jean Paul II/attentat
Marzena Devoud
Qu’est devenue la soutane tachée de sang de Jean Paul II ?
2
Mgr André Joseph Léonard
Que penser des expériences de mort imminente ?
3
Camille Dalmas
Cinq choses à savoir sur le nouveau ministère laïc de Catéchiste
4
The Agonie of the garden
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
La dernière prière de Jésus
5
PRAY
Mathilde de Robien
Les cinq étapes indispensables d’une prière réussie
6
Thérèse Puppinck
Velankanni, le Lourdes de l’Orient
7
Hugues Lefèvre
13 mai 1981, 17h17 : « On a tiré sur Jean Paul II »
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement