Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 17 avril |
Sainte Kateri Tekakwitha
home iconActualités
line break icon

Yes or no ? L’Ecosse face à son destin

AP

Radio Vatican - Publié le 18/09/14

"Yes" or "no" ? Cette simple réponse peut faire basculer aujourd’hui le destin de l’Ecosse.

Plus de 5 millions d’habitants sont appelés ce jeudi à se prononcer pour ou contre l’indépendance. Si le oui l’emporte, un nouvel Etat sera créé. Si c’est le non qui gagne, la nation obtiendra plus d’autonomie de la part de la couronne.

L’Ecosse est rattachée au Royaume-Uni depuis 1707. En 1997, elle obtenait plus d’autonomie avec la création d’un parlement écossais. Mais aujourd’hui le SNP, le parti national écossais, né en 1934 mais vraiment apparu dans la vie politique écossaise dans les années 60, demande plus. "L’Ecosse a toujours eu une identité nationale forte. Mais son nationalisme ne s’est pas construit contre le Royaume-Uni, sur des considérations linguistiques, religieuses ou économiques, explique Gilles Leydier, professeur de civilisation britannique à l’université de Toulon au micro de Radio Vatican. C’est un nationalisme que je qualifierais de civique, inclusif et ouvert. Il s’appuie sur le droit du sol : sont écossais tous ceux qui vivent en Ecosse. C’est un nationalisme ouvert à la diversité, qui reconnaît l’apport de l’immigration. Ce n’est pas un nationalisme faisant appel à des références éthniques ou à des critères d’appartenance politiques ou religieux. Est écossais celui qui adhère à des valeurs communes."

Selon Gilles Leydier, les indépendantistes veulent surtout offrir à leur nation une nouvelle aventure : "Le projet d’indépendance ne s’appuie non pas simplement sur l’envie d’être un état indépendant, mais sur l’idée de créer une société plus juste, plus égalitaire, ainsi que d’avoir une meilleure gestion des ressources de l’Ecosse et de ses intérêts économiques."
Quel avenir pour l’Ecosse, avec on sans le Royaume-Uni ?  "On peut estimer que le projet britannique est quasiment mort, juge Gilles Leydier. L’idée en 1707 était de devenir riche, de profiter de la prospérité de l’Angleterre et de participer à la colonisation, à la constitution de l’empire Britannique. Aujourd’hui, ce projet ne veut plus dire grand chose. Quelque part, l’indépendance constitue une nouvelle aventure, à l’échelle de l’histoire. Ce serait franchir le pas pour commencer une nouvelle page de l’histoire de l’Ecosse. "

Tags:
ecosseindependance
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
adoption
Cerith Gardiner
Parents de cinq enfants, ils adoptent une fratrie de sept frères ...
2
Mathilde de Robien
Ces quatre cavaliers de l’Apocalypse qui détruisent le couple
3
Joubarbe
Marzena Devoud
Connaissez vous les herbes de saint Joseph ?
4
BENEDICT XVI
Hugues Lefèvre
Une 94e année éprouvante pour le pape émérite Benoît XVI
5
La rédaction d'Aleteia
Il y avait-il un saint à bord du Titanic ?
6
WEB2-CHURCH-SAINTJOSEPHDESNATIONS-WEB2-CHURCH-SAINT-JOSEPH-DES-NATIONS-Eleonorede-Vulpillieres.jpg
Eléonore de Vulpillières
Paris : le tabernacle de Saint-Joseph des Nations forcé par des m...
7
WEB2-PERE-MICHEL-BRIAND-SOCIETE-DES-PRETRES-DE-ST-JACQUES.jpg
Agnès Pinard Legry
Qui sont les deux Français enlevés à Haïti ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement