Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Inde : Al-Qaeda s’implante pour « répandre le djihad »

© مؤسسة السحاب للإنتاج الإعلامي / Al sahab Media
Partager

Le leader d’al-Qaeda, Ayman al-Zawahiri, annonce dans un message vidéo la création d’une branche indienne du mouvement islamiste afin d’étendre le djihad en Asie du Sud.

S’exprimant alternativement en arabe et en ourdou, le chef d’al-Qaeda a annoncé dans une vidéo de 55 minutes diffusée sur Internet jeudi 4 septembre au petit matin (heure indienne), qu’une branche de la mouvance islamise allait être créée pour l’Asie du Sud.
La mission de cette unité indienne, a-t-il expliqué, sera de « lancer le djihad dans toute l’Inde », mais aussi en Birmanie et au Bangladesh, partout « où règne l’injustice et l’oppression ». Parmi les régions « à délivrer », Ayman al-Zawahiri a cité l’Assam, le Gujarat (avec la ville d’Ahmedabad, capitale du sultanat du Gujarat au XIVème siècle), mais aussi Islamabad, capitale du Pakistan, ainsi que le Cachemire.
 
Le groupe « al-Qaeda in the Indian Subcontinent » (AQIS, al-jihad Jamaat Qaidat fi’shibhi al-qarrat al-Hindiya) sera chargé « d’anéantir les frontières artificielles » qui divisent les musulmans dans cette partie du monde, pour les rassembler sur un même territoire, a-t-il poursuivi dans son allocution, rapportée par SITE, centre américain de surveillance des sites islamistes.
 
Le leader islamiste a conclu en appelant la communauté musulmane (oumma) de l’Inde à se soulever pour « lever le drapeau de la guerre sainte, rétablir la charia (loi islamique) et libérer les terres qui lui appartenait avant que l’ennemi infidèle ne l’occupe ». L’étape suivante étant de « rétablir les califats », territoires placés sous l’autorité d’un calife, cumulant les fonctions de chef d’Etat et de chef religieux.
 
Cette nouvelle branche d’al-Qaeda, a-t-il encore expliqué, sera formée du regroupement, déjà acté depuis deux ans, de combattants dépendant de l’autorité du Pakistanais Assim Oumar, lui-même subordonné au chef des Talibans afghans, le mollah Mohammed Omar, auquel Ayman al-Zawahiri a renouvelé sa loyauté dans sa vidéo.
 
Une déclaration qui semble destinée à dissocier clairement cette nouvelle « formation de combattants du djihad » de celle du tout récent Etat islamique (EI) dont le calife autoproclamé fin juin, Abou Bakr al-Baghdadi, fait régner la terreur en Irak et en Syrie. Revendiquant chacun la seule légitimité à conduire la guerre sainte, ces deux mouvements issus d’al-Qaeda (Abou Bakr al-Baghdadi a rompu avec Ayman al-Zawahiri en 2013) ont tous deux appelé les groupes djihadistes à leur prêter allégeance.
 
Ont été également publiés en ligne des manifestes écrits par le porte-parole d’al-Zawahiri, Oussama Mahmoud, et le leader Asim Umar, lesquels mèneront vraisemblablement la nouvelle organisation, depuis les bases pakistanaises d’al-Qaeda. « L’année dernière, rappelle le journaliste indien Rudroneel Ghosh, dans le Times of India de ce 4 septembre, Umar avait vertement admonesté les musulmans de l’Inde, leur disant : « Vous qui avez dirigé l’Inde pendant huit cent ans, vous qui avez allumé la flamme de l’unique vrai Dieu dans les ténèbres du polythéisme, comment pouvez-vous rester en sommeil alors les musulmans du monde entier se réveillent ? »
 
Le fait qu’Ayman al-Zawahiri se soit également adressé aux djihadistes en ourdou, et non seulement en arabe, est un signe fort vis-à-vis de la communauté musulmane indienne. L’ourdou, parlé au Pakistan et dans le nord de l’Inde, est considéré comme la langue identitaire de l’islamité du sous-continent.
 
Les fidèles de l’islam forment quelque 15 % des 1,2 milliard d’habitants de l’Union indienne, faisant de ce pays la troisième nation musulmane du monde. Le moment est particulièrement bien choisi pour s’adresser à cette communauté particulièrement dénigrée et discriminée en Inde, en particulier depuis l’arrivée au pouvoir de l’hindouiste Narendra Modi en mai dernier, lequel est soupçonné d’être responsable des pogroms antimusulmans dans son Etat du Gujarat en 2002.

Pages: 1 2

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]