Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 18 avril |
Saint Parfait de Cordoue
home iconActualités
line break icon

Philippines : IInayawan, la ville poubelle

Antoine Besson

Enfants du Mékong - Publié le 04/09/14

À Inayawan, des centaines d’enfants travaillent chaque jour au milieu des ordures de cette ville tentaculaire.

Fanny, ancienne volontaire à Cebu, aux Philippines, s’est rendue à Inayawan. « Cela faisait des mois que je voulais y aller, mais même à l’autre bout du monde, le quotidien s’installe ! Et puis un jour… Comment décrire cette énorme décharge où vivent (ou devrais-je dire survivent) et travaillent des centaines de familles ?

Il y a quelques années, l’incinérateur de la décharge de Cebu est tombé en panne, sans être réparé tout de suite. Un système D s’est installé. Les familles les plus pauvres et les enfants non scolarisés, se sont mis à collecter tout ce qui était récupérable (plastiques, vêtements, métal…) afin de le revendre. Profitant de ce filon, un homme d’affaire a racheté ces objets à un prix minimum. Il est aujourd’hui millionnaire, roule en 4×4 et est devenu le capitaine du Baranguay, autrement dit le « chef du quartier ». Cet incinérateur, qui n’est pas prêt d’être réparé, permet à des centaines de familles de survivre en gagnant 80 pesos par jours (1,50€) et à un homme d’affaire de profiter de cette misère pour s’enrichir toujours plus. Aux alentours de la décharge, les lieux d’habitations ne sont qu’une accumulation d’ordures et de déchets. En comparaison, les autres bidonvilles que j’ai dans certains de mes programmes en paraîtraient presque luxueux !

Le grand problème de ce quartier est l’extrême pauvreté des gens. Elle entraine la déscolarisation de nombreux enfants qui passent parfois leurs journées à travailler pour aider leurs parents, sur la décharge. Pour accompagner ces familles et lutter contre ce fléau, quelques associations comme Enfants du Mékong ont décidé d’agir. Un centre EDM géré par une assistante sociale permet aux filleuls scolarisés de venir travailler et étudier. Des temps de tutoriaux sont mis en place et tout un travail autour de l’hygiène est également développé. Des garderies ont été créées pour éviter aux plus jeunes, non scolarisés, d’accompagner leurs parents sur la décharge. »

Le travail des enfants en quelques chiffres (source OIT)
– Le nombre global d’enfants en situation de travail a diminué d’un tiers depuis l’année 2000, passant de 246 millions à 168 millions. 85 millions effectuent des travaux dangereux.
– La région d’Asie-Pacifique continue à enregistrer les plus grands nombre d’enfants (presque78 millions ou 9,3% de toute la population d’enfants). 
– L’agriculture continue à être de loin le secteur avec le plus grand nombre d’enfants astreints au travail (98 millions, ou 59%), mais le nombre d’enfants dans les services (54 millions) et l’industrie (12 millions) n’est nullement négligeable – principalement dans l’économie informelle.
– Le travail des enfants chez les filles a diminué de 40% depuis 2000, alors que chez les garçons la diminution est de 25%.

Tags:
environnement
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
adoption
Cerith Gardiner
Parents de cinq enfants, ils adoptent une fratrie de sept frères ...
2
BENEDICT XVI
Hugues Lefèvre
Une 94e année éprouvante pour le pape émérite Benoît XVI
3
La rédaction d'Aleteia
Il y avait-il un saint à bord du Titanic ?
4
Mathilde de Robien
Ces quatre cavaliers de l’Apocalypse qui détruisent le couple
5
WEB2-CHURCH-SAINTJOSEPHDESNATIONS-WEB2-CHURCH-SAINT-JOSEPH-DES-NATIONS-Eleonorede-Vulpillieres.jpg
Eléonore de Vulpillières
Paris : le tabernacle de Saint-Joseph des Nations forcé par des m...
6
Marzena Devoud
Les six choses (importantes) à savoir sur les funérailles du prin...
7
POmpier Notre Dame de Paris
Timothée Dhellemmes
« D’en haut, on entend les chants » : des pompiers raconten...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement