Aleteia
Samedi 24 octobre |
Saint Florentin
Actualités

Euthanasie : L’hommage de l’Allemagne aux handicapés exterminés par les nazis

AFP PHOTO / JOHN MACDOUGALL

GERMANY, Berlin : Visitors read about the memorial to the victims of the Nazis' "euthanasia" programme in Berlin on September 2, 2014 prior to its official unveiling. From 1940 to 1941, doctors systematically gassed more than 70,000 people -- the physically and mentally handicapped, those with learning disabilities, and people branded social "misfits" -- at six sites across the German empire. From August 1941 until the war's end in 1945, another 90,000 people died through forced starvation, neglect or fatal doses of painkillers such as morphine administered by caregivers. The memorial will be unveiled on September 2, 2014. AFP PHOTO / JOHN MACDOUGALL

Philippe Oswald - Publié le 03/09/14

L’inauguration à Berlin d’un mémorial dédié aux personnes infirmes victimes du nazisme devrait interpeller toutes les sociétés qui ont légalisé l’euthanasie ou s’y préparent actuellement.

Parce que les nazis avaient décrété qu’elles étaient un poids nuisible à la société et qu’elles menaient «des vies indignes d’être vécues»,  300.000 personnes handicapées psychiques ou physiques, enfants et adultes, ont été supprimées sous le régime hitlérien. 70 000 ont été gazées entre janvier 1940 et août 1941, dans des cliniques aménagées pour leur extermination,  en application du « programme d’euthanasie » "T4" (abréviation renvoyant à l’adresse du Tiergartenstrasse 4 à Berlin, siège de cette organisation criminelle) : ce fut le premier crime de masse systématique du régime national-socialiste. Il avait été précédé par diverses mesures eugéniques instaurées dès l’avènement d’Hitler en 1933,  telle la stérilisation systématique de personnes souffrant d’un handicap afin d’améliorer «la race et la santé du peuple, jusqu’à la création de l’homme nouveau» selon les mots mêmes du Fuhrer. (1)

 C’est aux victimes de cette première « solution finale » restée impunie que rend hommage ce mémorial inauguré mardi – une paroi de verre sur un socle noir doté de panneaux explicatifs- à l’emplacement de cette « clinique » berlinoise. C’est le quatrième monument érigé autour du parc de Tiergarten à la mémoire des populations massacrées par le IIIe Reich – Juifs, homosexuels, tziganes et maintenant handicapés. (2)
Certains de ces malheureux ont été assassinés à l’insu de leurs familles, d’autres avec leur consentement tacite, d’autres encore après avoir été arrachés à leurs familles comme ce fut le cas, à l’âge de 14 ans, d’un cousin trisomique de Joseph Ratzinger. Révélé par l’historien américain Brennan Purcell, ce très douloureux épisode familial a été confirmé par le Père Georg Ratzinger, frère du pape Benoît.
Le programme « T4 » fut officiellement stoppé en août 41 grâce aux remous qu’il commençait à susciter dans la population, et aux courageuses protestations de représentants des Eglises, tels le pasteur protestant Theophil Wurm et l’évêque catholique Clemens August von Galen, le célèbre « Lion de Münster » (Pie XII le fera cardinal à l’issue de la guerre pour son indomptable opposition au nazisme et Benoît XVI le béatifiera en 2004). Mais les nazis poursuivirent leur entreprise d’extermination sous d’autres formes – depuis la privation de nourriture jusqu’aux injections de doses létales, le total de cette catégorie de victimes s’élevant à 300 000 à la fin de la guerre.

Eugénisme, euthanasie, privation de nourriture, injections afin d’éliminer les « vies indignes d’être vécues » …l’évocation de ce passé sinistre devrait poser un problème de conscience aux sociétés contemporaines. Répondant, il y a plus de vingt ans  (1993), aux questions du Vatican Insider, le cardinal Joseph Ratzinger constatait déjà : « Il est terrifiant de voir comment, en cette fin du XXème siècle, des pays qui se sont battus contre Hitler ont embrassé quelques-unes des idéologies anti-humaines favorisées par lui : euthanasie, par exemple, expérimentation sur les embryons humains. D’une certaine façon, Hitler a anticipé beaucoup de développements actuels. » (3)

Sources :

  1. Geopolis
  2. La Croix
  3. Benoît et moi 
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
eugenismeeuthanasiehandicapnazi
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
pope francis with a mask
I.Media
Ce que le pape François a vraiment dit sur l'...
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Domitille Farret d'Astiès
"La France a un incroyable talent" : une fami...
Freira renova votos religiosos de manhã e morre à noite
La rédaction d'Aleteia
Kenya : sœur Caroline renouvelle ses vœux le ...
Camille Dalmas
Derrière la phrase du Pape sur les homosexuel...
Marzena Devoud
Le rituel matinal du pape François avant de s...
Edifa
Sexualité : comment raviver le désir quand il...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement