Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 27 janvier |
Sainte Angèle Merici
home iconActualités
line break icon

Pays-Bas : un aller simple pour les djihadistes

© ankawa.net

Judikael Hirel - Publié le 02/09/14

A quand la même chose en France ? Un texte vient d'être déposé par le gouvernement néerlandais, proposant de retirer leur nationalité aux binationaux partis rejoindre les combattants islamistes.

C’est une idée simple, sinon pour empêcher les candidats au djihad de partir se battre en Syrie et en Irak, du moins pour les faire réfléchir, et les empêcher de revenir dans leur pays d’origine : le  gouvernement néerlandais a annoncé le 29 août dernier le dépôt d’un texte de loi visant à retirer leur nationalité à ses binationaux partis faire le djihad au Moyen-Orient.

Cette mesure fait partie d’un "paquet" destiné à combattre la radicalisation croissante de certains jeunes Néerlandais dotés d’une double nationalité, et à les empêcher de voyager librement pour rejoindre les zones de conflit. "Pas question de diffuser la haine ou l’extrémisme aux Pays-Bas, ont déclaré les ministre des affaires sociales et de la Justice. Ce texte doit être voté cette semaine. Pour l’instant, un citoyen néerlandais ne peut perdre sa nationalité que s’il rejoint une organisation terroriste ou une armée étrangère impliquée dans une guerre avec les Pays-Bas ou l’un de ses alliés. Plus largement, toute personne suspectée de vouloir rejoindre une organisation terroriste dans une zone de guerre pourrait voir son passeport annulé.

On parle actuellement d’environ 120 citoyens néerlandais qui seraient partis se battre en Irak ou en Syrie, dont 30 déjà revenus aux Pays-Bas. Avec environ 800 ressortissants, c’est hélas la France qui compterait le plus fort contigent de combattants originaires d’Europe partis rejoindre l’EEIL, devant la Belgique et les Pays-Bas. Le retour au pays de ces combattants djihadistes, endoctrinés et entraînés à tuer, pose un véritable problème de sécurité aux pays européens. Les services de renseignement français consacrent déjà, selon certaines sources, la majorité de leurs efforts dans l’Hexagone à la question de ces combattants islamistes aguerris en Syrie et en Irak. Quant au gouvernement britannique, il a relevé vendredi dernier le niveau de sécurité du pays de "substantiel" à "sérieux",  ce qui signifie qu’une attaque terroriste prochaine est considérée comme hautement probable.

Tags:
Chrétiens d'Orientdjihadistepays bas
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
jeunesse et covid
Jeanne Larghero
Face au coronavirus, jouer la sécurité ou tenter le risque ?
2
clocher-peigne
Caroline Becker
Vous aussi, vous avez un clocher-peigne près de chez vous ?
3
Tzachi Lang, Israel Antiquities Authority
John Burger
Une pierre portant l'inscription "Christ, né de de Marie" retrouv...
4
PRIEST,ROMAN,COLLAR
Agnès Pinard Legry
Comment savoir si un prêtre… est vraiment prêtre ?
5
Domitille Farret d'Astiès
Faustine et Bérénice partent à pied vers Jérusalem sans un sou en...
6
WEB2-Rene-Regalado-diocese-of-malaybalay.jpg
Agnès Pinard Legry
Philippines : le père René Regalado abattu de plusieurs balles da...
7
étudiante
Marzena Devoud
Le kit de survie spirituelle des étudiants confinés
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement