Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Irak : 40 chrétiens réfugiés accueillis sur le sol français

© JOEL SAGET / AFP
FRANCE, Paris : French Foreign Minister Laurent Fabius (2nd-R) greets Iraqi Christian refugees upon their arrival in Paris on August 21, 2014. Fabius has pressed "all countries in the region" as well as Iran to join Western nations in the fight against Islamic State fighters rampaging through Iraq and Syria, warning that IS's ambitions spread far beyond the borders of the two countries. France had announced in July it was ready to help facilitate asylum for Christians in Iraq displaced by a jihadist onslaught, saying it was "outraged" by their persecution. AFP PHOTO / JOEL SAGET
Partager

Ces premiers réfugiés ont été accueillis jeudi soir par le Ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius.

“Nous venons en aide aux déplacés qui fuient les menaces de l’Etat islamique et se sont réfugiés au Kurdistan. Nous sommes prêts, s’ils le souhaitent, à en favoriser l’accueil sur notre sol au titre de l’asile”, annonçait communiqué diffusé fin juillet par le gouvernement, qui n’envisageait toutefois pas de solutions pour aider ces populations à retrouver leur maison où à y demeurer (cf. Aleteia). Les autorités françaises ont ainsi actionné le droit d’asile pour les chrétiens d’Irak, en accueillant un premier groupe de réfugiés.

Les 40 chrétiens (dont 12 enfants) en provenance d’Erbil, ont rejoint l’aéroport de Roissy jeudi soir après une procédure accélérée, à bord d’un avion A340, conduit par des pilotes de l’armée de l’air qui avaient livré 21 tonnes de produits alimentaires, tentes, couvertures et médicaments destinés aux dizaines de milliers de déplacés au Kurdistan.  
L’opération aurait été organisée à la dernière minute d’après le quai d’Orsay, de un à trois jours avant, ce que confirment les proches des 40 irakiens. 

Laurent Fabius a accueilli et salué personnellement chacun des demandeurs d’asile, leur affirmant que la France était heureuse de les accueillir. De même que les réfugiés syriens, les Irakiens bénéficieront d’une procédure accélérée et pourront obtenir leur carte de réfugié en trois à cinq mois. D’ici là, ils toucheront une allocation mensuelle d’environ 300 euros. Le Ministre des affaires étrangères a précisé que « plusieurs centaines » de ces chrétiens d’Irak pourraient arriver en France dans les prochains mois, ce qui soulève dès lors la question de leur intégration dans une société à bien des égards éloignée de la leur. 
Lors d’une interview accordée à Aleteia en décembre dernier déjà, le patriarche de Babylone des chaldéens Mgr Sako, avait évoqué la très difficile intégration du peuple irakien déraciné dans les pays d’accueil occidentaux.  “L’asile proposé par la France est beau, mais il va aggraver l’exode des chrétiens plutôt que de les aider à rester. Il vaut mieux partir que de se faire tuer, évidemment. Mais le but n’est pas que tout le monde parte. C’est que l’on arrive à rester et à continuer à vivre ensemble”, avait déclaré le cardinal Barbarin, alors en visite à Erbil le 28 juillet dernier, juste après l’annonce du gouvernement français. 

Le directeur de l’Œuvre d’Orient Mgr Gollnisch, qui était aux côtés de Mgr Barbarin à Erbil, a pour sa part souhaité que les chrétiens d’Irak puissent retourner chez eux, même si cela ne se fait pas dans l’immédiat, jugeant qu’il serait “une honte” au XXIe siècle de laisser la situation se pérenniser à Mossoul : “Les chrétiens d’Irak veulent rester dans leur pays. Ce sont des citoyens irakiens qui ne veulent absolument pas fuir leur pays […] Et ce ne serait pas acceptable de résoudre une épuration génocidaire en facilitant leur départ. Non, la véritable réaction, c’est de demander qu’ils puissent revenir chez eux à Mossoul. C’est la seule attitude à avoir. Nous ne nous retrouvons pas dans la position du gouvernement français”, avait-il conclu.

ST

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]