Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Inde : l’Eglise interpelle le pouvoir sur la montée de l’extrémisme hindou

Eglises d'Asie
Partager

Face aux exactions des hindouistes et aux menaces sur la liberté religieuse, le cardinal syro-malankar Cleemis Thottunkal, au nom de l'Eglise catholique, a rencontré le Premier ministre.

 Lundi 18 août dernier, à Delhi, le cardinal Cleemis Thottunkal, archevêque majeur de Trivandrum et président de la Conférence des évêques catholiques de l’Inde (CBCI), a été reçu à New-Delhi par Narendra Modi, Premier ministre de l’Inde.
Le cardinal Baselios Mar Cleemis (Isaac) Thottunkal, chef de l’Eglise catholique syro-malankare de l’Inde (1), s’est entretenu avec Narendra Modi pendant près d’une demi-heure, a rapporté l’agence Ucanews dans une dépêche datée du 20 août.

A la veille de la commémoration, le 24 août prochain, des massacres des chrétiens de l’Orissa par les hindouistes en 2008, l’Eglise catholique effectue donc ici une démarche très symbolique, pour faire connaître son inquiétude face à la politique pro-hindoue menée par le leader BJP (Bharatya Janata Party), aujourd’hui à la tête de l’Inde.
Cette rencontre, organisée à la demande de la CBCI, a suivi de peu les déclarations des évêques catholiques réagissant, lors de leur assemblée annuelle début août, aux récentes attaques antichrétiennes et antimusulmanes par des hindous extrémistes, qui se sont produites dans plusieurs Etats de l’Inde depuis l’arrivée au pouvoir de Narendra Modi.
A l’issue de leur rassemblement du 6 au 8 août dernier, les évêques catholiques de l’Inde ont en effet publié une déclaration commune dans laquelle ils font part de leur inquiétude concernant les « mouvements de violence à l’égard des chrétiens » ainsi que les projets pro-hindous affichés par de nombreux membres du gouvernement Modi.
Le texte de la CBCI débutait en réaffirmant le soutien de l’Eglise catholique au gouvernement de coalition NDA [Alliance démocratique nationale, menée par le BJP], et en adressant les félicitations des évêques au Premier ministre Narendra Modi qui « ne ménageait pas ses efforts pour mener la nation vers une nouvelle ère de paix et de prospérité pour tous ».
Mais, après ces félicitations d’usage, la déclaration épiscopale rappelait des incidents récents et graves qui ont entaché les premiers mois de gouvernance de Narendra Modi. Etait citée, entre autres, l’affaire du Chhattisgarh, où, dans une cinquantaine de villages, les Gram Sabha, assemblées de villageois, avaient interdit l’entrée de leur territoire aux prêtres chrétiens, avant que l’administration du district ne les oblige à annuler leur décision.
Suite à ces regrettables incidents, la Conférence des évêques demandait donc « au gouvernement central ainsi qu’à ceux des différents Etats, de rester vigilants face à d’éventuels mouvements de même nature, qui pourraient ébranler une Constitution fondée sur des principes laïques et démocratiques ».

Enfin, la déclaration épiscopale exprimait une « profonde inquiétude » concernant certaines déclarations qui avaient été faites par de hauts responsables selon lesquelles une religion particulière (l’hindouisme) pourrait être favorisée parmi les autres et ses livres sacrés donnés à étudier à tous les élèves des écoles.
« Nous [l’Eglise], pensons qu’il est de la responsabilité du Premier ministre et du parti au pouvoir de faire respecter la Constitution, laquelle reconnaît la diversité des religions et permet à chacun d’exprimer et de vivre sa foi », a déclaré Mar Cleemis Thottunkal, le lendemain de sa rencontre avec Narendra Modi, mardi 19 août, lors d’une conférence de presse à New-Delhi.
« J’ai assuré [Narendra Modi] que l’Eglise de l’Inde apporterait son soutien à son gouvernement, comme elle l’a toujours fait, dans les domaines de l’éducation, de la santé et de la lutte contre la pauvreté », a ajouté le cardinal, assurant que « l’ entretien avait été très cordial ».

Pages: 1 2

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]