Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 16 avril |
Saint Benoît-Joseph Labre
home iconActualités
line break icon

Chine/Tibet : Pékin planifie l’assimilation par les mariages

Eglises d'Asie

Eglises d'Asie - Publié le 21/08/14

Le Parti communiste chinois promeut les mariages entre Hans et Tibétains pour « parachever l’unité du Tibet », tout en poursuivant la répression.

Pour les uns il s’agit de « parfaire l’unité du Tibet », pour les autres, d’une nouvelle tentative d’assimilation des Tibétains, cette fois par le mariage avec les Chinois hans venus coloniser la région. Les consignes du Parti communiste chinois au Tibet, publiées au début du mois d’août, ont déclenché l’indignation des associations de défense des droits de l’homme, qui dénoncent une nouvelle phase dans la politique de sinisation de Pékin.
Après des décennies de propagande décrivant les Tibétains comme une race arriérée avec laquelle le sang des véritables Chinois (Hans) ne saurait se mélanger, Pékin adopte une nouvelle politique, prônant « l’assimilation par le mariage ». Cette « unification pacifique », dénoncée par les ONG pro-tibétaines comme l’achèvement d’un processus d’annihilation silencieuse d’une minorité ethnique, n’empêche pas par ailleurs la poursuite de l’action répressive qui continue de sévir sur le Toit du monde. La semaine dernière encore, des émeutes ont été réprimées dans le sang par les forces de l’ordre chinoises (1).
Au cours de ces dernières semaines, les autorités chinoises en charge de la Région autonome du Tibet ont commandé aux journaux locaux des séries d’articles sur les mariages mixtes, avec quelques portraits choisis, afin d’encourager les « mélanges interraciaux ».

« Rien n’est plus fort que les liens du sang »
Le secrétaire du Parti communiste au Tibet, Chen Quanguo, a récemment organisé une séance photos avec 19 familles mixtes. « Comme le dit la formule, ‘rien n’est plus fort que les liens du sang’ », a déclaré le responsable de la Région autonome tibétaine dans le quotidien d’Etat Tibetan Daily, ajoutant que le gouvernement avait décidé de « promouvoir activement les mariages mixtes ». Chen Quanguo s’est adressé ensuite aux fonctionnaires présents au Tibet, leur demandant « d’agir comme des marieurs » afin que « soient ainsi reconnues la Grande Patrie, la culture chinoise et la voie du socialisme ».
Dans un rapport publié ce mois-ci, le Bureau de recherche du Parti communiste au Tibet a affirmé que les mariages mixtes augmentaient chaque année de façon significative. Selon l’étude, ils seraient passés de 666 couples en 2008 à 4 795 couples en 2013.
L’augmentation de ces unions, explique encore le rapport, est une conséquence directe de « l’excellence de la gestion par Pékin de la région tibétaine », avec des progrès sensibles dans les domaines de la sécurité sociale, du planning familial, des vacances, de l’emploi etc. Il est souligné également l’importance des nombreux avantages associés à ces mariages mixtes, tels des primes pour les couples, des allocations versées aux enfants et les facilités accordées pour accéder à un emploi ou encore adhérer au Parti communiste.
Cette politique marque un changement très net avec le passé où Pékin décourageait les mariages interethniques. Ces unions, qui bénéficient aujourd’hui d’avantages financiers et sociaux attirant de nombreux couples, permettent également de contourner la politique de l’enfant unique, toujours en vigueur en Chine bien qu’elle ait été récemment assouplie pour l’ensemble du pays.
Les couples mixtes sont ainsi autorisés à avoir jusqu’à trois enfants. Cependant, les parents devant déclarer l’ethnie de chacun de leurs enfants à la naissance, force est de constater que la majorité des couples donnent à leurs enfants des noms hans, afin qu’ils ne subissent pas de discriminations et puissent avoir accès à de bonnes écoles puis à un emploi.

Les désastres de l’enfant unique
A cette politique visant à diluer les minorités ethniques dans une culture han grandissant davantage à chaque génération (du fait même que les enfants de ces unions sont déclarés « d’ethnie han »), s’est ajoutée également la prise de conscience par Pékin des conséquences désastreuses de sa politique de restriction des naissances – avec notamment le vieillissement de la population et le déséquilibre des sexes au profit des garçons.

  • 1
  • 2
Tags:
chinetibet
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Mathilde de Robien
Ces quatre cavaliers de l’Apocalypse qui détruisent le couple
2
adoption
Cerith Gardiner
Parents de cinq enfants, ils adoptent une fratrie de sept frères ...
3
Camille Dalmas
Miséricorde divine : le livre qui a bouleversé le pape François
4
Joubarbe
Marzena Devoud
Connaissez vous les herbes de saint Joseph ?
5
Mgr Benoist de Sinety
La leçon d’Istanbul : « Vous avez voulu la paix au prix du déshon...
6
Mathilde de Robien
La Trinité le dimanche, son ange gardien le mardi. Chaque jour de...
7
WEB2-PERE-MICHEL-BRIAND-SOCIETE-DES-PRETRES-DE-ST-JACQUES.jpg
Agnès Pinard Legry
Qui sont les deux Français enlevés à Haïti ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement