Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

Saint Bernard (1090-1153), chevalier de Notre Dame

Public Domain
Partager

Fêtée le 20 août, cette âme de feu qu’on considère souvent comme le dernier docteur de l’Eglise professait que « la volonté de Dieu est que nous ayons tout par Marie ».

Ce désir caractérise la nature humaine et grandit avec l’alternance de présence et d’absence de l’Époux dans l’âme et dans l’Église. Il décrit à merveille ce cache-cache divin dans sa somme de théologie spirituelle que sont ses Sermons sur le Cantique des cantiques. Pour Bernard, influencé par saint Augustin, « l’amour est à soi-même son mérite et sa récompense ». Il écrit : « La raison d’aimer Dieu, c’est Dieu même; la mesure de l’aimer, c’est de l’aimer sans mesure. »
Le saint moine montre que l’être humain est par nature capable de s’unir à Dieu. L’unique moyen pour y arriver est l’amour, ce qui implique une connaissance de soi-même et de Dieu. Il écrit dans son Traité de l’amour de Dieu : « Mon Dieu, mon soutien, je vous aimerai pour tout ce que vous m’avez donné, avec ma mesure qui, certes, ne correspond pas à celle qui vous est due en justice, mais qui, cependant, n’est pas au-dessous de ce que je peux. »
 
Le troubadour de Notre Dame

L’enseignement de saint Bernard aura une grande postérité dans l’Église. Sa mystique nuptiale inspirera la vie carmélitaine. Sa vie d’oraison, axée sur la méditation des mystères de Jésus, aura une influence sur les franciscains. L’art roman, où sont privilégiés le silence et la lumière, doit beaucoup à saint Bernard. Et que dire de sa grande dévotion à Marie, à qui il réserve de beaux chants d’amour. Il ajouta ces dernières paroles au Salve Regina : « Ô clémente, ô toute belle, ô douce Vierge Marie. » Il nomme Marie « l’étoile de la mer » :
 
« Regarde l’étoile, appelle Marie. Dans les périls, les angoisses et les doutes, pense à Marie, invoque Marie. Que son nom ne s’éloigne jamais de tes lèvres, qu’il ne s’éloigne pas de ton cœur; et, pour obtenir le secours de sa prière, ne néglige pas l’exemple de sa vie. En la suivant, tu es sûr de ne pas dévier, en la priant, de ne pas désespérer; en la consultant, de ne pas te tromper.»