Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 17 octobre |
Saint Ignace d'Antioche
Aleteia logo
home iconActualités
line break icon

Irak : « Si nous n’intervenons pas, alors nous aurons un génocide « 

DR / Vatican

Cardinal Filoni et pape françois

Radio Vatican - Publié le 20/08/14

Mardi, l’envoyé personnel du Pape était à Bagdad où il a rencontré le président irakien Fouad Massoum afin de lui remettre une lettre du Pape.

Alessandro Gisottin, de Radio Vatican, a pu joindre le cardinal Fernando Filoni juste après sa rencontre avec le président irakien. L’envoyé personnel du Pape en Irak sera de retour à Rome ce mercredi.

« La rencontre a été très cordiale. J’étais accompagné du Patriarche chaldéen, Mgr Sako, du nonce apostolique et de Mgr Warduni. J’ai remis la lettre du Pape au président irakien qui y répondra par la suite. Je lui ai raconté un peu mon expérience de ces derniers jours et j’ai tenu à souligner le fait que ma visite n’était pas une visite politique, mais une visite humanitaire au nom du Saint Père et que par conséquent, je me suis d’abord rendu à Erbil au Kurdistan où la situation est encore très sérieuse et très grave.

Cette lettre adressée par le Saint-Père au président irakien arrive alors que le Pape ne cesse d’appeler à la paix
Cardinal Filoni : Ceci est au cœur, à l’esprit et dans l’action pastorale du Pape. Donc, le Saint-Père, face à une situation d’urgence aussi grave, ne lésine pas sur la possibilité d’une intervention personnelle pour souligner combien la situation en faveur des pauvres lui tient à cœur.
Ici en Irak, il ne s’agit pas seulement d’une tragédie pour le peuple irakien, pour nos chrétiens ou pour les Yazidis, mais il s’agit d’une situation qui concerne tous les hommes qui ont à cœur l’humanité. Petites ou grandes minorités, fois différentes, religions différentes : il n’y a, pour personne, aucune autre façon de penser que de se dire que nous sommes tous dotés de la même dignité humaine qui doit être sauvegardée, défendue et accrue.

Le pape François de retour de Corée, lors de la conférence de presse avec les journalistes dans l’avion a dit qu’il aurait aimé être en Irak et qu’il est disposé à s’y rendre « si cela est possible »
Cardinal Filoni : Connaissant son cœur, son esprit et également le motif pour lequel il m’ y a envoyé, je n’avais pas de doute que si en ce moment il avait pu, certainement il n’aurait pas manqué de le faire même directement, en étant conscient de toutes les situations qui peuvent émerger. Donc je vois que mon intuition n’était pas erronée.

Le pape a dit « arrêter l’agresseur injuste est licite ». Comment ces paroles ont été reçues en Irak ?
Cardinal Filoni : Je crois que le Saint-Père n’a rien fait d’autre que de manifester la requête qui est celle de tous les chrétiens, de tous les Yazidis, de toutes les personnes réfugiées qui désirent reprendre le cours de leur vie, leur dignité. Maintenant, face à une situation à ce point précaire, et je voudrais dire si dure, je crois qu’ici, il ne s’agit pas de guerre. Nous ne pouvons jamais être en faveur de la guerre, mais il y a des situations de conflits où les plus pauvres (ayons à l’esprit le fait que nos chrétiens n’avaient pas d’armes, tout comme les Yazidis) ont été expulsés de leurs terres, violentés dans leurs dignités, volés de leurs familles… Voilà, pouvons-nous rester indifférents ? Alors qu’il s’agit de droits qui doivent être défendus par toute personne de bonne volonté.
Chacun doit le faire selon ses propres capacités. Le Saint-Père le fait avec toute sa capacité spirituelle et morale. Chacun, au niveau civil, social, à des postes de responsabilité, doit faire sa part avec à l’esprit qu’il ne s’agit pas de faire la guerre mais de sauvegarder le droit des peuples. Si nous n’intervenons pas, alors nous aurons un génocide et peut-être après quelques semaines nous aurons des remords, comme cela est déjà arrivé dans le passé dans certaines situations dramatiques en Afrique, pour ne pas évoquer des situations encore plus lointaines, ou qui se passent encore aujourd’hui sur le continent africain.
Je ne pense pas, par exemple, que la situation dramatique des quelques 450 jeunes filles enlevées à leurs familles soit un fait qui s’arrête là. Ce sont des situations dans lesquelles, n’importe quelle personne pourrait penser «  cette enfant pourrait être ma sœur, un membre de ma famille.. Pourrais-je rester indifférent ? Je ne ferais pas n’importe quoi pour la libérer ? »

Tags:
Chrétiens d'Orient
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Wedding dresses collection Laure de Sagazan 2022
Marzena Devoud
Robes de mariée : les tendances de l’année 2022
2
Mathilde de Robien
La pyramide de la patience ou les étapes de la relation amoureuse
3
Agnès Pinard Legry
Mgr de Moulins-Beaufort et Gérald Darmanin, deux lectures du secr...
4
Agnès Pinard Legry
La « démission collective des évêques » est-elle envisageable ?
5
WEB2-SKY-shutterstock_719708074.jpg
Agnès Pinard Legry
De nouvelles preuves de l’existence de Dieu, un livre événement
6
Pope-Francis-Mgr-Giovanni-Ravelli-Antoine-Mekary-Aleteia
Agnès Pinard Legry
La silhouette qui va maintenant accompagner le Pape tous les jour...
7
Mathilde de Robien
Sept idées reçues sur la chasteté
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement