Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 19 janvier |
Saints Marius, Marthe, Audifax et Abachum
home iconActualités
line break icon

Corée : le pape fustige « l’hypocrisie » de ceux qui font vœu de pauvreté et « vivent comme des riches »

© CTV / Youtube

Eglises d'Asie - Publié le 16/08/14

Le pape François a rencontré quelque 5 000 religieuses et des centaines de religieux coréens qu'il a appelés à un « témoignage joyeux » dans la chasteté, la pauvreté et l’obéissance.

Au village communautaire de Kkottongnae, le 16 août 2014, le pape François a notamment fustigé « l’hypocrisie » de ceux qui font vœu de pauvreté mais vivent « comme des riches ». Le pape a ensuite rencontré des représentants de l’apostolat des laïcs en Corée.

« C’est seulement si notre témoignage est joyeux que nous pourrons attirer des hommes et des femmes au Christ », a confié le pape François aux milliers de religieuses et de religieux rassemblés dans une grande salle de Kkottongnae. Après avoir invité les consacrés à devenir des « experts » de la miséricorde de Dieu, le pontife leur a demandé de respecter leurs vœux de chasteté, pauvreté et obéissance, rapporte l’agence I-Media.

S’il a reconnu que les « tentations » en matière de chasteté exigeaient « vigilance et persévérance », le Pape a également demandé une obéissance « mûre et généreuse ». Il a aussi fait l’éloge de la pauvreté, lui qui a plusieurs fois souhaité « une Eglise pauvre pour les pauvres ». « L’hypocrisie de ces hommes et femmes consacrés qui font le vœu de pauvreté et vivent cependant comme des riches, blesse les âmes des fidèles et abîme l’Eglise », a ainsi assuré le Pape, demandant aussi aux religieux « d’éviter toutes ces choses qui peuvent (les) distraire et causer trouble et scandales chez les autres ».

Selon des observateurs proches de l’Eglise de Corée, l’appel du pape à résister aux « tentations » en matière de chasteté ne signifie pas que le clergé sud-coréen connaisse une situation particulièrement grave sur ce plan. Sur un plan culturel, la Corée, profondément influencée par le confucianisme et le bouddhisme, connaît bien la question du célibat. D’un côté, l’idéal moral et social façonné par le confucianisme privilégie le mariage dans la mesure où le fait d’engendrer un héritier mâle est perçu comme essentiel à la continuation du culte des ancêtres. De l’autre, le bouddhisme a légitimé le célibat, sous la forme du célibat monastique. En adoptant cet état de vie en vue du perfectionnement spirituel de sa personne, le moine préserve son utilité sociale et ne contrevient pas à la piété filiale en ce sens que ses prières contribuent, le cas échéant, à délivrer ses parents de l’enfer, notion largement représentée dans l’iconographie bouddhique coréenne.

Selon Mgr René Dupont, évêque émérite du diocèse d’Andong et membre de la Société des Missions étrangères de Paris, « les problèmes liés au respect de la chasteté sont très loin d’être généralisés et ne concernent que quelques cas particuliers ». Il souligne également que l’Eglise de Corée s’est conformée aux directives du Vatican quant à la rédaction de statuts visant à protéger les enfants de toute atteinte pédophile de la part du clergé, tout en précisant que les affaires en ce domaine sont rarissimes.

À propos de la pauvreté dans l’Eglise, ces mêmes observateurs ne cachent pas que c’est là une question à laquelle l’institution doit se montrer attentive. Les fidèles se montrent en effet très généreux envers leur Eglise et, souligne Mgr Dupont interrogé par Eglises d’Asie, « il est vrai que les prêtres disposent de ce qu’il faut pour vivre, et parfois même de plus qu’il ne faut ». Les responsables de séminaires se montrent par ailleurs très attentifs à ce point, certains jeunes estimant que devenir prêtre offre une opportunité de « carrière » relativement sûre et matériellement confortable.

De plus, en Corée du Sud, la loi ne prévoit pas d’imposer sur le revenu les membres des différents clergés, ni de soumettre les propriétés des églises et des temples à la taxe foncière. Cependant, depuis une décision de la Conférence épiscopale de 1994, les évêques, les prêtres et les religieux catholiques ont choisi de payer volontairement leurs impôts, faisant suite à une campagne de l’Etat contre la corruption et l’opacité des comptes de certains organismes religieux. C’était alors la première fois qu’une communauté religieuse offrait de son plein gré de payer des impôts, et ce précédent avait provoqué d’importants remous au sein du clergé des autres institutions religieuses.

  • 1
  • 2
Tags:
Pape François
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Rachel Molinatti
Avec ToonMe, découvrez des saints animés !
ROSES
Marzena Devoud
Oubliez les nains, mettez des saints dans vot...
FIV
Agnès Pinard Legry
Bioéthique : les évêques invitent à quatre ve...
WEB2-STATUE-VIERGE-ISERE-GOOGLE-STREET-VIEW.jpg
Agnès Pinard Legry
Isère : une statue de la Vierge n’a plus droi...
SAMUEL ELI
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Allô, Samuel ? Comment Dieu nous appelle enco...
D'CRUZ FAMILY
Cerith Gardiner
Ensemble, ils ont 1.042 ans : le secret de la...
Agnès Pinard Legry
Marlène Schiappa : des propos qui font bondir
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement