Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Préparez-vous à célébrer l’Assomption de la Vierge Marie !

© Wikipedia
Partager

Quelques réflexions sur ce qui fait que cette Solennité est si spéciale pour les catholiques.

Adam et Eve ont tout gâché ! Dieu avait prévu un si merveilleux avenir pour nous : la beauté du Jardin, une vie sans douleur ou tristesse, tout un monde à l’abri de l’obscurité. Et pas de mort ! Mais, non ; il a fallu que nos premiers parents se perdent dans le péché, et tout a été gâché. Merci, Maman et Papa ! 

Néanmoins, avant de trop sombrer dans la bien-pensance, disons la vérité : Aurions-nous réellement fait mieux? Aurions-nous pu résister, résister à la tentation, aux ruses et aux mensonges du Malin ? Je pense que, si nous sommes honnêtes, nous connaissons tous la réponse à cette question. 

Il n’en reste pas moins que tout était détruit ; leur échec est devenu le nôtre dans le Péché Originel, et le plan magnifique de Dieu pour l’humanité se trouvait en ruines. Nous nous étions bannis du Paradis, le mal s’est répandu sur le monde, et la Mort – cette déchirure du corps et de l’âme, cette destruction de l’unité qui nous représentons – régnait. 

Dieu, dont la volonté ne peut jamais vraiment être contrariée, de quelque façon que ce soit, est revenu avec un plan – et un futur – encore plus merveilleux que celui qui s’était effondré: un projet si extravagant, si courageux et audacieux, qu’aucun esprit humain n’aurait pu le concevoir. 

Dieu pourrait, bien entendu, tout simplement effacer le péché et la Chute d’un claquement de doigt divin, et tout recommencer. Mais parce que cela aurait entamé notre liberté, notre dignité s’en serait également trouvée malmenée, une dignité qu’Il prend beaucoup plus au sérieux que nous, dans beaucoup de cas. 

C’est ainsi que pour réparer la brèche tout en protégeant notre liberté réelle, la guérison devait venir de nous, qui avions ouvert cette brèche. Mais aucun de nous ne fut suffisamment fort ; Dieu seul pouvait le faire. Il a donc choisi de devenir l’un d’entre nous. 

Pour nous aujourd’hui, sans doute que cela n’apparaît pas si remarquable, puisque nous avons vécu toute notre vie – et les deux derniers millénaires – en ayant connaissance de ce don divin ; mais avant que cela n’arrive, tout cela était littéralement impensable. 

Pour devenir réellement l’un d’entre nous, Dieu a dû trouver quelqu’un, quelqu’un qui n’ait pas été souillé et affaibli par la chute, quelqu’un qui soit apte à la laisser entrer sur terre. Il a recherché dans toutes les époques – ce qui n’est pas compliqué pour lui ! – et a trouvé la seule personne qui ne ferait jamais ce que nos premiers parents ont fait, et ce que nous-mêmes aurions fait. Il cherchait quelqu’un qui, dans l’humilité et la confiance, pourrait défaire ce qu’Adam et Eve ont fait dans l’orgueil et la peur. 
Et Il trouva Marie, qui est sans conteste la meilleure d’entre nous tous, que nous vénérons comme une Reine et à laquelle nous tenons comme à une Mère ; pourtant, elle est d’abord notre Sœur. 

Aucun être touché par le Péché Originel n’aurait jamais pu être digne de laisser Dieu pénétrer sur terre de même que personne n’aurait été assez fort pour effacer le péché du Jardin. Mais Marie, seule contre tous avec ce cadeau spécial, avait une chance de mener à bien ce combat. C’est pourquoi Dieu lui offrit à elle seule le don remarquable de l’Immaculée Conception – qui la préserva de la tâche du Péché Originel dès le moment de sa conception, dans le sein de sa mère. 
Marie aurait tout de même encore refuser sa mission, elle aurait encore pu faire le choix de pécher ; mais elle fut suffisamment forte pour dire Oui. Et elle l’a fait! Et le plan de Dieu fleurit. 

Je sais que cela ne semble pas avoir beaucoup à voir avec l’Assomption, que nous célébrons aujourd’hui, mais nous y venons ! Sans l’Immaculée Conception, l’Assomption n’aurait aucun sens. 

En raison de ce “Oui”, de ce “qu’il en soit ainsi" de Marie, dans la mesure où elle accepta pleinement la grâce et le rôle que Dieu lui avait offert, en firent l’Arche de la nouvelle Alliance qui a conduit Dieu à son peuple. Et la fatalité de la mort était scellée. 

La mort est le morcellement de l’unité du corps et de l’âme – nous ne sommes pas, comme beaucoup (parfois même des catholiques) l’imaginent, une âme à l’intérieur d’un corps. Nous sommes les deux réunis.

Pages: 1 2 3 4

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.