Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Irak : « Aucune cause ne saurait justifier une telle barbarie, et certainement pas une religion ».

Allen kakony
enfant mossoul
Partager

Dans une déclaration au ton particulièrement ferme, le Conseil pontifical pour le Dialogue interreligieux a appelé tous les responsables musulmans à condamner les « pratiques exécrables » du terrorisme islamique.

Intervenant le mardi 12 août au nom du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux qu’il préside, le cardinal Tauran a condamné « sans aucune ambiguïté » les « pratiques indignes » des miliciens de l’Etat islamique en Irak . 

Le dicastère du Vatican a critiqué sans détours les massacres, les décapitations, le paiement d’un tribut (jizya) pour les chrétiens, les expulsions forcées, l’enlèvement de femmes, la destruction des lieux de culte, entre autres actes de persécution. « Aucune cause ne saurait justifier une telle barbarie et certainement pas une religion ».  « Ce Conseil pontifical, tous ceux qui sont engagés dans le dialogue interreligieux, les adeptes de toutes les religions ainsi que les hommes et les femmes de bonne volonté, ne peuvent que dénoncer et condamner sans ambiguïté ces pratiques indignes de l’homme »,  est-il dit dans le communiqué.

À propos de la “restauration du Califat” en Irak et de la persécution des chrétiens dans le pays, le Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux  a  dénoncé dans la déclaration les « crimes » commis au nom du Califat qui, rappelle-t-il, « avait été aboli  le 29 octobre 1923 par Kamal Atatürk, fondateur de la Turquie moderne ».« La contestation de cette « restauration » par la majorité des institutions religieuses et politiques musulmanes n’a pas empêché les jihadistes de l’« Etat Islamique » de commettre et de continuer à commettre des actions criminelles indicibles ».

De même, le Vatican a invité tous les leaders religieux musulmans à rejeter la violence,  qui se déchaîne contre les chrétiens et yézidis et autres minorités ethniques en Irak. La situation dramatique de ceux-ci exige une « une prise de position claire et courageuse de la part des responsables religieux, surtout musulmans, des personnes engagées dans le dialogue interreligieux et de toutes les personnes de bonne volonté ». Et, poursuit le communiqué, « tous doivent être unanimes dans la condamnation sans aucune ambiguïté de ces crimes et dénoncer l’invocation de la religion pour les justifier ».

Le Conseil pontifical pour le Dialogue interreligieux, présidé par le cardinal Jean-Louis Tauran,  ne tourne pas autour du pot et mentionne précisément les crimes du Califat en Irak :
– Le massacre de personnes pour le seul motif de leur appartenance religieuse ;
– La  pratique exécrable de la décapitation, de la crucifixion et de la pendaison des cadavres dans les places publiques ;
– Le choix imposé aux chrétiens et aux yézidis entre la conversion à l’islam, le paiement d’un tribut (jizya) ou l’exode ;
– L’expulsion forcée de dizaines de milliers de personnes, parmi lesquelles des enfants, des vieillards, des femmes enceintes et des malades ;
– L’enlèvement de jeunes filles et de femmes appartenant aux communautés yézidie et chrétienne comme butin de guerre (sabaya) ;
– L’imposition de la pratique barbare de l’infibulation (mutilation des parties génitales féminines) ;
– La destruction des lieux de culte et des mausolées chrétiens et musulmans ;
– L’occupation forcée ou la désacralisation d’églises et de monastères ;
– Le retrait des crucifix et d’autres symboles religieux chrétiens ainsi que ceux d’autres communautés religieuses ;
– La destruction du patrimoine religieux-culturel chrétien d’une valeur inestimable ;
– La violence abjecte dans le but de terroriser les personnes pour les obliger à se rendre ou à fuir.

La culture du dialogue et la cohabitation qui ont demandé des siècles sont en danger. « On ne peut oublier que chrétiens et musulmans ont pu vivre ensemble – il est vrai avec des hauts et des bas – au long des siècles, construisant une culture de la convivialité et une civilisation dont ils sont fiers. C’est d’ailleurs sur cette base que, ces dernières années, le dialogue entre chrétiens et musulmans a continué et s’est approfondi ».  

Pages: 1 2

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.