Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 17 septembre |
Sainte Hildegarde de Bingen
home iconActualités
line break icon

Mgr Podvin : « La force doit neutraliser ceux qui font le mal »

© ankawa.net

Radio Vatican - Publié le 13/08/14

Pour sauver les minorités en Irak, les évêques français appellent à une action forte.

"Si Erbil tombe entre les mains de l’Etat islamique, il y aura des centaines de milliers de morts", prévient Mgr Gollnisch, directeur de l’Œuvre d’Orient, présent sur place. La crise humanitaire s’aggrave au nord de l’Irak, les Occidentaux multiplient leur aide aux chrétiens et aux yazidis chassés de leurs villes par les jihadistes. De 20 000 à 30 000 membres de la communauté yazidie restent piégés dans les montagnes de Sinjar, dans la province de Ninive, sans nourriture, sans eau et sans abri. « Plus de 100 000 » chrétiens se sont réfugiés au Kurdistan voisin, face à l’avancée de l’État islamique, selon Mgr Pascal Gollnisch.

« Le terrorisme aveugle compte sur le relâchement estival de notre vigilance pour intensifier son chantage et ses odieuses exaction, craint Mgr Georges Pontier, le président de la Conférence des Évêques de France, qui a commenté mardi la situation « dramatique » des chrétiens d’Irak, qui « s’aggrave d’heure en heure ». A l’archevêque de Marseille de se demander alors : « entendrons-nous l’appel de la population irakienne et de ses diverses composantes ? » Le prélat invite les dirigeants à « concrétiser davantage leur prise de paroles ».
Face au sort de ces minorités, la Conférence des évêques de France a appelé mercredi à une action forte pour les aider, elles qui ont déjà tout perdu. Un appel lancé quelques jours après celui de Mgr Silvano Tomasi. Il faut « intervenir maintenant, avant qu’il ne soit trop tard », avait déclaré la semaine dernière, l’observateur du Saint-Siège auprès des Nations unies. Mais ces déclarations ne sont en rien un appel à la guerre, comme l’explique Mgr Bernard Podvin, porte-parole de la Conférence des évêques de France, interrogé par Audrey Radondy, de Radio Vatican.

Pourquoi le recours à la force est-il tout à fait fondé pour les évêques français ?
Mgr Podvin :
Aujourd’hui, nous sommes en présence de minorités qui sont complètement anéanties. La morale élémentaire demande qu’on les protège. Et c’est en ce sens que je me permets simplement de rappeler un principe de morale tout à fait classique : « La force doit être juste et la justice doit être forte ». On emprunte cela à Blaise Pascal et il est aussi très présent dans la théologie sociale de l’Église. On use de la force que quand on est dans un contexte qui le nécessite, quand il y a un appel crucial, quand on a épuisé toutes les autres médiations et quand à l’évidence, les petits ne sont plus protégés. La force elle-même doit toujours être juste. Elle doit être proportionnée et elle doit toujours être protectrice. La force doit neutraliser ceux qui font le mal. C’est le sens de la position éthique qui est tout à fait classique de l’Église. Il est évident qu’on ne dit pas cela de gaieté de cœur.  Auparavant, il faut bien évidemment recourir à toutes les autres possibilités de médiation.

Appeler à recourir à la force, est-ce que cela veut dire ne plus faire confiance à la capacité d’agir de la communauté internationale ?
Mgr Podvin : Parmi toutes les capacités d’action de la communauté internationale, elle a aussi ce recours à la force. Mais ce n’est pas un recours à la force qui est belliqueux. On peut recourir à la force de multiples manières. On peut recourir à la force en faisant des pressions de plusieurs natures. Je ne suis pas expert en logistique mais il y a évidemment tout un ensemble de procédés qui peuvent être utilisés. Quand on rencontre des gens qui font le mal et qui ne dialoguent pas, on ne peut pas moralement les laisser agir envers des faibles. Il faut bien sûr neutraliser ceux qui font le mal. Je n’ai pas à en dire plus sur la procédure mais la communauté internationale a le devoir de neutraliser, sous une forme ou une autre, ceux qui font le mal.

  • 1
  • 2
Tags:
Chrétiens d'Orient

Soutenez Aleteia !

A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Jean-Michel Castaing
Les sept grâces à recueillir des sept douleurs de Notre-Dame
2
Isabelle du Ché
Les incroyables fruits de la vidéo du père Aymar avec Tibo InShap...
3
WEB2-Jonathan Goodall-CC BY-SA 4.0
La rédaction d'Aleteia
Un évêque anglican devient catholique « après une longue période ...
4
WEB2-SAINTE MONIQUE-GODONG-FR560945A
Anne Bernet
Comment sainte Monique se libéra de son addiction à l’alcool
5
Agnès Pinard Legry
Jessie, Jestonie et Jerson, trois frères ordonnés le même jour au...
6
La rédaction d'Aleteia
Union européenne, vaccination… ce que François a dit dans l’avion...
7
Isabelle Cousturié
Devant le Christ en croix, la prière qui protège de tous les malh...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement