Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 28 octobre |
Saint Jude
Aleteia logo
home iconActualités
line break icon

Le « bon père de famille » officiellement supprimé du Code civil

© Public Domain

Solène Tadié - Publié le 13/08/14

La loi pour l’égalité entre les hommes et les femmes publiée le 4 août a entraîné la disparition du terme juridique millénaire.

Dans une notification publiée sur le site du gouvernement en date du 12 août, l’on apprend que l’expression juridique « en bon père de famille» a officiellement disparu du droit en vigueur. 
Le 21 janvier 2014 en effet, l’Assemblée nationale avait adopté un amendement supprimant cette expression du droit français et la remplaçant par le terme « raisonnable » ou « raisonnablement », selon le cas. 
Ce sont des élus d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV) qui sont à l’origine de cette surprenante disparition, avec en tête de file le député des Français de l’étranger, Sergio Coronado. Ces derniers, qui assuraient que le terme figurait « quinze fois dans les parties législatives des codes en vigueur », en dénonçaient le caractère « désuet », qui leur évoque une tradition patriarcale.  
La loi pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, publiée le 4 août 2014, confirme dès lors la suppression de l’expression juridique du Code civil français.
En 1982, la loi « Quilliot » sur les droits et les devoirs des bailleurs et locataires avait déjà substitué à l’obligation « de jouir des locaux en bon père de famille » celle d’en jouir «paisiblement». Le locataire était ainsi tenu « d’user paisiblement de la chose louée » suivant la destination donnée par le contrat de location.

Cette notion provient de l’expression latine bonus pater familias, le pater familias désignant dans les maisonnées romaines l’homme du plus haut rang, le « père de la famille ». En droit français, il s’agissait d’un individu abstrait considéré comme la norme comportementale en fonction de laquelle l’on évalue le comportement d’une personne donnée pour déterminer l’existence d’une éventuelle faute due à un manque de prudence et de diligence.
L’obligation du « bon père de famille » s’appliquait évidemment aussi bien à l’homme qu’à la femme, qu’il ou elle ait des enfants ou non. Le Code civil employait l’expression dans plusieurs articles. Elle se trouvait encore dans d’autres codes.

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
WEB2-PERE-BRUNO-RAFFARA.jpg
Marthe Taillée
Bruno Raffara, père, grand-père et prêtre
2
BENEDICT XVI
Marzena Devoud
« L’art de bien mourir » selon Benoît XVI
3
THE CHOSEN
Lauriane Vofo Kana
« The Chosen », la série sur Jésus qui cartonne dans le monde ent...
4
couple
Raphaëlle Coquebert
« La chasteté, ça n’est pas se priver de sexe ! »
5
SANDRA SABATTINI
Mathilde de Robien
Les magnifiques intuitions de la nouvelle bienheureuse Sandra Sab...
6
Cap Lihou, Granville
Anne Bernet
Granville : la pêche miraculeuse de Notre-Dame du Cap Lihou
7
FELIX AND ELISABETH LESEUR
Theresa Civantos Barber
Ce couple est la preuve qu’un mariage sans enfants peut être fruc...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement