Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 31 juillet |
Saint Ignace de Loyola
home iconActualités
line break icon

Vietnam : pas moyen d’enquêter librement sur la liberté religieuse

DR /MEP

<em>Heiner Bielefeldt,</em>

Eglises d'Asie - Publié le 09/08/14

Le Rapporteur spécial de l’ONU dénonce sans ambages la surveillance des autorités durant son enquête sur la situation de la liberté religieuse dans le pays.

Le 31 juillet dernier, le Rapporteur spécial des Nations Unies, Heiner Bielefeldt, achevait un voyage d’enquête de 11 jours au Vietnam portant sur la situation de la liberté religieuse dans ce pays. Il a fait part de ses premières conclusions dans une conférence de presse tenue à Hanoi peu avant son retour aux États-Unis.

Les premiers jours du voyage du Rapporteur spécial ont été consacrés à des rencontres avec les représentants de certaines autorités civiles concernées par la question religieuse. Le Rapporteur de l’ONU et son équipe ont entendu les exposés et les explications de hauts responsables des ministères de la Justice et de l’Education nationale. Ils ont aussi honoré un certain nombre de rendez-vous avec des membres du Bureau gouvernemental des Affaires religieuses ainsi que des représentants du Comité d’union des catholiques -, une association dépendante, non de l’Église catholique mais du Front patriotique.

Toutes ces rencontres ont été mentionnées par la presse officielle. Par contre cette dernière est restée très discrète sur les rencontres du Rapporteur et de son équipe avec les représentants des religions et des communautés religieuses qui n’acceptent pas le patronage du gouvernement vietnamien.
Au cours des trois derniers jours passés au Vietnam, Heiner Beilefeldt devait prendre contact avec certains fidèles de ces religions non reconnues par le gouvernement. Dans sa conférence de presse du 31 juillet, le Rapporteur a déclaré que cela n’avait pas été possible à cause de la surveillance de la Sécurité publique. Il a même affirmé publiquement qu’il s’agissait là d’une « grave violation » des principes que les deux parties s’étaient engagées à respecter.

« Notre projet de visite à An Giang, à Gia Lai et à Kontum (sur les hauts plateaux du Centre Vietnam), du 28 au 30 juillet, a été interrompu. J’ai en effet reçu des informations de sources dignes de confiance selon lesquelles certaines personnes que je voulais rencontrer avaient été mises sous haute surveillance, menacées, harcelées ou encore empêchées de circuler par la police. Celles que j’ai rencontrées n’ont pas échappé à la surveillance et aux interrogatoires de la police ». Le Rapporteur a ajouté que ses propres déplacements avaient été surveillés par deux cadres de la Sécurité et par la police et que l’intimité et la confidentialité des rencontres avec les divers témoins n’avaient pas pu être assurées.

Après cette entrée en matière abrupte, le représentant des Nations Unies a déclaré qu’il avait cependant constaté une certaine amélioration de la situation religieuse. Selon lui, « l’espace réservé aux culte s’est élargi bien que certaines régions rurales n’aient qu’un nombre de lieux de culte limité et trop peu de temps pour les activités religieuses ». « D’une manière générale, a-t-il ajouté, les multiples religions du Vietnam fonctionnent paisiblement et sans conflit, sous la gestion de l’État ».

Le Rapporteur a cependant insisté sur le cas des communautés religieuses indépendantes ne relevant pas des grandes religions reconnues par l’État. Il a cité le caodaïsme, le bouddhisme Hoa Hao, le bouddhisme vietnamien unifié… « A quels critères doivent-elles répondre pour obtenir l’autorisation de mener des activités officielles ? », interroge-t-il. Toujours sur ce sujet, Heiner Beilefeldt a fait remarquer que si l’on considérait le droit à la liberté religieuse comme un droit universel, il devait pouvoir être exercé avant même d’être reconnu par l’État.
En fin de conférence, le Rapporteur spécial s’est montré critique à l’égard du dernier texte législatif concernant les activités religieuses, à savoir l’arrêté n° 24 (1). Après être revenu sur un certain nombre de sujets traités au début de son allocution, il a affirmé qu’à cause des difficultés rencontrées, son voyage au Vietnam ne lui avait pas permis d’émettre un jugement définitif sur les accusations qui avaient été formulées devant lui au sujet de l’attitude des autorités à l’égard des religions. Il lui faudrait encore recueillir de nouvelles informations.

  • 1
  • 2
Tags:
liberte religieuseonuvietnam
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Christophe Dickès
Traditionis Custodes : « La diversité des rites fait la richesse ...
2
ELDERLY MAN
Philip Kosloski
Ce psaume qui souligne avec justesse la beauté de la vieillesse
3
HIDILYN DIAZ
La rédaction d'Aleteia
Jeux Olympiques : la médaille miraculeuse sur le podium !
4
MARIAGE
Timothée Dhellemmes
Pass sanitaire : quelles sont les règles pour les mariages ?
5
Martin Steffens
Martin Steffens : « Le pass sanitaire est une défaite de la moral...
6
SCROVEGNI
Agnès Pinard Legry
Les splendides fresques de Giotto désormais au patrimoine mondial...
7
Caroline Becker
Les cierges de Notre-Dame de Paris brûlaient-ils toujours au lend...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement