Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 28 septembre |
Saints Laurent Ruiz et 15 compagnons
home iconÉglise
line break icon

Vocation : Ordonné prêtre à 63 ans

Jacques Gauthier

Jacques Gauthier - Le blogue de Jacques Gauthier - Publié le 05/08/14

«J’ai été séduit par le fondateur qui célébrait sa messe; pour moi il respirait Jésus. Je suis parti de là un peu comme le jeune homme riche. Tout triste, je me suis dit : ˈˈJe ne peux pas entrer dans cette communauté: j’ai un enfant et pour l’Église, je suis encore marié.»
Le temps passe, sans que Marie-Dominic ne se soit bien informé des démarches relatives à la nullité de mariage. Puis arrive un grand malheur : son fils unique Dominic meurt d’un accident de vélo. Il avait neuf ans. On peut aisément imaginer le double choc : en à peine deux ans, il perd sa femme et son fils. Il vit l’épreuve dans l’abandon à Dieu. C’est en s’accrochant à Lui qu’il réussit à vivre son deuil dans une relative tranquillité. Porté par sa foi, Marie-Dominic est convaincu que son fils intercède pour lui, du haut du Ciel.

La vraie vocation
Marie-Dominic commence alors des démarches pour obtenir la nullité de mariage sans laquelle il ne pouvait entrer chez les Petits frères de la Croix, vers qui il se sent de plus en plus attiré. «J’ai passé une fin de semaine au Montmartre à Québec. J’entends alors un prêtre dire que le 9 avril prochain, ce sera le centenaire de l’entrée de la petite Thérèse au Carmel, à l’automne 87, Je désirais beaucoup entrer chez les petits frères le jour du centenaire de la mort de la petite Thérèse, mais je n’avais pas encore eu ma nullité de mariage.»
Il faut savoir que Marie-Dominic a toujours voué une admiration particulière à sainte Thérèse. Sans doute parce que la voie de l’humilité lui est familière. «J’avais toujours aimé sa spiritualité et s’il y en a une qui pouvait m’enseigner la voie de la petitesse, c’est bien elle. Elle m’a appris la confiance, car je suis un peu d’une époque où on disait : "Ne fait pas ça, Dieu va te punir. " J’ai encore à me défaire de cet esprit-là.»
Pour des raisons administratives, obtenir la nullité le 9 avril paraît chose impossible. Je vais alors au monastère et en parle au frère portier. Il me dit que je pourrais entrer comme postulant. J’ai donc pu entrer le 9 avril 1988. Et j’ai reçu ma nullité à l’automne.» Euclide Tremblay est ainsi devenu Marie-Dominic de Sainte-Thérèse. Sainte-Thérèse, en raison de sa dévotion, et Dominic, à cause de son fils.
«La plupart des frères gardent leurs noms de baptême plus un nom religieux, mais autrefois les religieux changeaient de nom pour mourir à leur passé. C’est pourquoi j’ai changé de nom : parce que j’entrais au monastère à 40 ans, je voulais laisser mon passé derrière. Aussi parce qu’avant que j’entre au monastère,  j’allais parfois à la messe avec Dominic au Sanctuaire de Sainte-Anne de Beaupré, avant qu’il ne meure. Je demandais au Seigneur qu’il en fasse un prêtre vu que je ne pouvais pas devenir religieux. J’ai donc voulu prendre son nom car c’est comme si ma vocation prenait naissance dans sa mort. »

Une vocation dans la vocation
«Depuis le jour où je suis entré au monastère, je n’ai jamais regretté une journée.» Il devient frère portier durant 18 ans, tâche qu’il affectionne beaucoup puisqu’il aime écouter les gens. Mais il n’a pas le moindre soupçon qu’il pourrait encore recevoir un nouvel appel…le premier pourtant qu’il avait reçu il y a bien longtemps. «Quand je suis entré ici, j’ai dit au Seigneur que je ne voulais pas être prêtre. Je ne m’en trouvais pas digne. Entrer au monastère me suffisait. J’étais déjà comblé. »
«J’avais mis l’idée de côté jusque dans les années 2000. Et là, ça m’est revenu. Je voyais passer des prêtres à l’hôtellerie et je me disais : «Qu’ils sont chanceux, j’aimerais aussi être prêtre.»
«Et là j’en ai parlé à mon directeur spirituel, un jésuite de Montréal et il m’a dit : "Parles-en à ton prieur et laisse ça aller." J’en ai parlé au prieur de l’époque, mais ça n’a pas bougé. J’en ai parlé à celui qui lui a succédé, rien non plus. Je me disais alors que j’avançais en âge, qu’on était rendu seulement huit frères et que je ne pouvais pas faire des études parce qu’à l’époque, pour les faire, il fallait sortir du monastère.»
Puis en 2007, Marie-Dominic se rend à la Fraternité du cœur de Jésus, à Chicoutimi. Le Père Simon, son fondateur, lui dit : «J’ai l’intention de créer un studium pour les deux monastères afin de former des prêtres, mais sur place. Est-ce que ça t’intéresserait?» «Et là j’ai tout de suite senti en moi une porte qui s’ouvrait.» En raison de son expérience comme moine, Marie-Dominic suit une formation accélérée qui le conduit à l’ordination, en 2011. Son rêve d’enfance se réalise ainsi, à 63 ans.

  • 1
  • 2
  • 3
Tags:
sacerdocevocation
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Caroline Moulinet
Ce geste tout simple à faire lorsque tout va de travers
2
Dressing Club
Marzena Devoud
Le Dressing Club, la meilleure adresse pour dénicher sa robe de m...
3
184833616
Marzena Devoud
Que dire à un proche en fin de vie ? Sept pistes pour vivre ce te...
4
Cecilia Pigg
Les astuces des grands saints pour bien dormir
5
Anna Ashkova
Prière à saint Côme et saint Damien pour demander une guérison
6
WEB2-AD LIMINA-VISIT-AFP-000_9MK7MX.jpg
Agnès Pinard Legry
Ce qu’a dit le pape François aux évêques français
7
MATTHEW CARAVAGGIO
Abbé Gaëtan de Bodard
Comment le Seigneur veut la première place dans nos vies
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement