Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 27 janvier |
Sainte Angèle Merici
home iconActualités
line break icon

Mossoul : l’élimination des chrétiens vise la fin de l’État irakien

© Sami Markhaya

Gérard-François Dumont - Liberté politique.com - Publié le 02/08/14

En sommant les chrétiens de Mossoul de quitter la ville, de se convertir ou de payer un impôt, sous peine de mort, les islamistes s'attaquent à l'unité nationale.

(Légende : les églises de Mossoul…avant l’expulsion des chrétiens).

Article rédigé par Gérard-François Dumont, le 1er août  pour Liberté Politique :

Les familles chrétiennes de Mossoul ont été sommées par décret du califat islamique de quitter la ville, de se convertir ou de payer un impôt, sous peine de mort. Les chrétiens sont pourtant présents dans la région depuis l’origine du christianisme. Comment en est-on arrivé là ?

Resituons les événements actuels dans leur contexte historique. Au début du XXe siècle, les frontières de l’Irak avaient certes été redessinées par des puissances extérieures, en l’occurrence le Royaume-Uni et la France, mais le pays jouissait néanmoins d’une certaine unité nationale, du fait de l’héritage de vieilles civilisations, à l’instar de la civilisation sumérienne à l’origine de l’écriture [1].

Ce sentiment national existait donc du fait de la pluralité du pays qui se rejoignait dans cette unité nationale, et notamment dans sa pluralité religieuse avec à la fois les chiites, les sunnites, eux-mêmes comptant des Kurdes et des Arabes.

Dans cette mosaïque religieuse, l’une des communautés était celle des chrétiens, elle-même divisée en une douzaine de branches. Les chrétiens d’Irak, à l’inverse des chiites et des sunnites, étaient dispersés géographiquement sur l’ensemble du territoire. Cela signifie que toutes les grandes villes d’Irak comptaient à la fois des mosquées sunnites, des mosquées chiites et des églises correspondant aux différentes confessions chrétiennes.

Depuis le 1er siècle

Il est également important d’ajouter qu’il s’agit de paroisses datant souvent du 1er siècle de la chrétienté [2].
 Par conséquent, la pluralité religieuse de l’Irak a largement permis de contribuer à l’unité nationale. C’est d’ailleurs ce que l’on a pu remarquer lors de la guerre entre l’Iran et l’Irak où l’on a vu des Irakiens de toute religion participer à cette guerre, unis dans la vie comme dans la mort. On a même vu à cette époque des irakiens musulmans et chrétiens enterrées dans les mêmes cimetières .

Depuis 2003, on a malheureusement assisté à un certain nombre d’attentats, tout particulièrement contre les populations chrétiennes qui par conséquent ont dû fuir.

À partir du moment où les populations chrétiennes sont exclues de certains territoires d’Irak, cela signifie que sont mis en place des territoires où la confrontation entre sunnites et chiites est inévitable du fait de la disparition de l’huile sociétale que représentaient les communautés chrétiennes.

Finalement, il est évident que les partisans de la fin de l’État irakien, à savoir l’État islamique, souhaitent que les chrétiens disparaissent de ses territoires, étant donné que ces derniers étaient les mieux placés pour assurer la réalité d’un État irakien.

Purification ethnique

 Les chrétiens sont donc un obstacle politique autant que religieux, et c’est pourquoi les autres communautés en souffrent inévitablement étant donné que nous sommes en pleine purification ethnique. L’exclusion croissante des chrétiens n’est en fait que le résultat de la segmentation ethnique et/ou religieuse de certaines régions, villes ou quartiers.

J’en veux pour preuve Bagdad : malgré ses apparences de ville unie dans sa pluralité religieuse, elle est en réalité devenue un système de purification ethnique avec des quartiers chiites, des quartiers sunnites isolés les uns des autres avec des checkpoints pour passer d’un quartier à un autre, sachant que la plupart du temps, il est impossible pour un chiite d’aller dans un quartier sunnite, et vice versa.

Plus globalement, à l’analyse, le Proche-Orient est dans cette logique de purification ethnique depuis un demi-siècle [3]. Pour en revenir aux chrétiens d’Irak, leur mise en fuite ne va que raviver les tensions entre chiites et sunnites, étant donné que le conflit deviendra frontal.

  • 1
  • 2
Tags:
Chrétiens d'OrientIslammossoul
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
jeunesse et covid
Jeanne Larghero
Face au coronavirus, jouer la sécurité ou tenter le risque ?
2
clocher-peigne
Caroline Becker
Vous aussi, vous avez un clocher-peigne près de chez vous ?
3
Tzachi Lang, Israel Antiquities Authority
John Burger
Une pierre portant l'inscription "Christ, né de de Marie" retrouv...
4
PRIEST,ROMAN,COLLAR
Agnès Pinard Legry
Comment savoir si un prêtre… est vraiment prêtre ?
5
Domitille Farret d'Astiès
Faustine et Bérénice partent à pied vers Jérusalem sans un sou en...
6
WEB2-Rene-Regalado-diocese-of-malaybalay.jpg
Agnès Pinard Legry
Philippines : le père René Regalado abattu de plusieurs balles da...
7
étudiante
Marzena Devoud
Le kit de survie spirituelle des étudiants confinés
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement