Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le Pape François et les Evangéliques

Catholic Church England
Partager

La réforme à laquelle pense le Pape est sans doute plus large et plus profonde que d’aucuns l’imaginent…

Au début de cette année, le Pape a rencontré une vieille connaissance d’Argentine, le jeune prédicateur charismatique Tony Palmer, récemment décédé tragiquement dans un accident. Sud-Africain vivant en Angleterre, il était marié à une italienne catholique.

Une église à la fois évangélique, charismatique et catholique
Tony Palmer, présenté comme « évêque anglican » de la Communion of Evangelical Episcopal Churches (Communion des Eglises épiscopales évangéliques), incarnait un nouveau mouvement chrétien se réclamant plus ou moins du protestantisme, baptisé « convergence church ». Une église « parallèle », à la fois évangélique, charismatique et catholique. Autrement dit, ses adeptes embrassent et assimilent le meilleur des trois Eglises chrétiennes. Sans une structure organisée et sans la bureaucratie d’une confession institutionnelle, les membres de cette Eglise se meuvent à l’intérieur de frontières confessionnelles, nationales et traditionnelles. Très soudés entre eux, ils forment des alliances avec des chrétiens sympathisants de toutes sortes. Ils sont brillants, zélés, positifs et proactifs dans leur ministère chrétien. Mettant l’accent sur un message évangélique simple, ils apprécient aussi le culte liturgique, pratiquent les dons du Saint-Esprit, et ont un profond amour pour les Saintes Ecritures. Les chrétiens de l’ « église de convergence » aiment prêcher et vivre un christianisme de base, radical.   Si l’on veut mieux comprendre le pape François en tant que réformateur, sa sympathie pour ce nouveau type d’évangéliques pourrait éventuellement éclairer sa personnalité et les objectifs de son pontificat. II est intéressant de noter que le Pape a maintenu des relations cordiales avec les dirigeants des confessions protestantes bien établies, comme Justin Welby, l’archevêque de Canterbury. Mais quand il rencontre ses amis évangéliques, il les invite pour le petit-déjeuner ou le déjeuner, s’assied avec eux, riant, parlant, et jouissant de leur présence pendant des heures.

Les relations avec les évangéliques au cœur de sa réforme
Ceux qui voient le pape François comme un réformateur devraient percevoir dans ses relations avec les évangéliques ce qui est le cœur de sa réforme. Il ne s’agit pas seulement d’essayer de faire le ménage dans  la banque du Vatican ou de débarrasser l’Eglise des pédophiles. Ni de simples symboles comme le fait d’habiter la maison Sainte-Marthe, de manger à la cafétéria et de monter dans une voiture modeste. Son projet de réforme est bien plus radical que cela. Ce qu’il veut, en réalité, c’est que les catholiques suivent Jésus-Christ d’une manière joyeuse, radicale et qu’ils soient capables de faire trembler la terre.   Le fait que François apprécie les évangéliques est donc bien plus qu’une tentative cordiale pour atteindre  des chrétiens qui ont toujours été marginalisés  par l’Eglise catholique  et qui, à vrai dire,  se sont montrés parfois violemment anticatholiques. Plus qu’une tentative pour endiguer la vague de catholiques qui migrent vers les églises charismatiques dans le monde entier.  Au contraire, François les admire vraiment et, à bien des égards, il veut  que les catholiques leur ressemblent davantage.   Cela signifie-t-il que les catholiques doivent applaudir, louer, parler en différentes langues et embrasser un calvinisme édulcoré ? Que François veut  ‘protestantiser’ l’Eglise catholique ? En aucun cas. Je ne pense pas qu’il veuille que les catholiques soient plus protestants, mais plus catholiques, oui. En d’autres termes, il veut que les catholiques en reviennent au zèle et à la passion des saints et des martyrs. Il veut que les catholiques réapprennent la vie simple des apôtres et tirent leur joie des niveaux les plus élémentaires de la foi – une vie pleine de l’Esprit Saint dans une relation quotidienne avec Jésus-Christ.

Pages: 1 2

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]