Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 03 décembre |
Saint François-Xavier
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Cardinal Barbarin : « Tous les catholiques de France sont ici, dans la cathédrale de Qarakosh »

cardinal barbarin 1

DR / diocèse de Lyon

cardinal barbarin 1

Judikael Hirel - publié le 30/07/14

D'Erbil à Qarakosh, à seulement 30 km de Mossoul, Mgr Barbarin est allé à la rencontre des chrétiens d'Irak, et a proposé de jumeler les diocèses de Lyon et Mossoul.

"Ce qui sert à vous discréditer, je le porte sur moi comme un honneur". Tout au long de ses trois jours sur place, en Irak, le cardinal-archevêque de Lyon n’a pas quitté le ن de "nazaréen" qu’il portait sur son cœur. Avec Mgr Michel Dubost, évêque d’Evry et membre du Conseil pontifical pour les relations inter-religieuses, et Mgr Pascal Gollnisch, directeur général de l’Oeuvre d’Orient, le primat des Gaules était venu apporter son soutien aux chrétiens d’Irak réfugiés, qui ont dû fuir Mossoul après l’ultimatum de l’auto-proclamé Etat Islamique.

"L’objectif c’est de passer un moment avec des personnes expulsées de chez elles, a expliqué Mgr Barbarin au micro de Mathilde Dehimi, de France Inter. Maintenant je voudrais faire un jumelage entre le diocèse de Lyon et le diocèse de Mossoul. Cela fait 18 siècles qu’il y a des chrétiens à Mossoul ; c’est la première fois depuis 1800 ans qu’il n’y a pas de messe un dimanche à Mossoul, et ça c’est une profonde injustice."

Venu à la rencontres des chrétiens réfugiés le lundi 28 juillet à Erbil, dans la région du Kurdistan irakien, le cardinal Barbarin avait bien sûr entendu parler de l’annonce faite par le Quai d’Orsay, par laquelle la France se disait prête à accueillir des réfugiés. "Hier, à la cathédrale d’Erbil, tout le monde en parlait. L’asile proposé par la France est beau, mais il va aggraver l’exode des chrétiens plutôt que de les aider à rester. Il vaut mieux partir que de se faire tuer, évidemment. Mais le but n’est pas que tout le monde parte. C’est que l’on arrive à rester et à continuer à vivre ensemble. " "Moi, ce que je demande au gouvernement ? J’aimerais bien que les décisions ne soient pas prises pour des questions de rapport de pouvoir, d’argent et de pétrole entre les grandes puissances, mais qu’elles soient faites en fonction des gens", a confié le cardinal-archevêque de Lyon à France Inter.

"La dévotion à Notre Dame de Lourdes s’affiche partout, sur les mantilles, remarque Natalia Trouiller, qui a réalisé en temps réel sur les réseaux sociaux le compte-rendu du déplacement tout au long du séjour. Les gens montrent l’ultimatum des jihadistes à Mossoul. Dans cette école du diocèse chaldéen d’Erbil, se pressent tous les notables de Mossoul. Ils ont tout perdu."
Mardi 30 juillet, protégé par une escorte militaire fortement armée, à seulement 30 km de Mossoul, le cardinal Barbarin a reçu un accueil triomphal dans la cathédrale de Qarakosh. "L’église Notre Dame de Qaraqosh déborde de gens. Youyous, applaudissements, acclamations. On se croirait avec le Christ le jour des rameau", partage sur Twitter la chargée de communication du diocèse de Lyon. L’arrivée à Qaraqosh est incroyable. Une foule innombrable nous attend, nous embrasse, nous acclame. Une vieille femme s’approche de moi, me prend dans ses bras, me bénit au nom de tous les chrétiens de France. Certains me demandent comme amie sur Facebook : prenez de nos nouvelles, ne nous oubliez pas ! Nous quittons Qaraqosh en y laissant notre cœur. Ces gens sont incroyables de beauté et de dignité."
"Tous les catholiques de France sont ici dans la cathédrale de Qarakosh",
a déclaré le cardinal Barbarin sous un tonnerre d’applaudissements de réfugiés. "Je vous fais une promesse : chaque jour, je dirai le "Notre Père" en araméen, jusqu’à ce que vous soyez rentrés à Mossoul", a ainsi déclaré le cardinal Barbarin. "Il faut que les chrétiens restent sur place, ils vivent avc les musulmans depuis des siècles, il ne faut pas perdre cela."

Alors que les chrétiens d’Irak avaient "édifié, comme dans beaucoup d’autres pays de cette région, un art de vivre ensemble qui est aussi une grande richesse pour l’humanité",










les familles chrétiennes ont été dépouillées, elles sont partis de Mossoul avec rien. "Cela fait trois fois depuis le début de la guerre que je fuis Mossoul, a confié un réfugié à Natalia Trouiller. Aujourd’hui je veux juste vivre en paix quelque part."

Pour découvrir d’autres retours sur le voyage en Irak de la délégation de l’Eglise catholique :

Les reportages de l’envoyé spécial de RCF – Radios Chrétiennes Francophones

L’article de l’envoyé spécial du Journal La Croix

– Le cardinal Barbarin sur RMC

– Le cardinal Barbarin sur RTL

– Un album photos de la première journée

Tags:
Chrétiens d'Orient
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour








Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement