Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 11 avril |
Saint Stanislas
home iconActualités
line break icon

Corée : l’étonnante histoire de la naissance de l’Eglise

Eglises d'Asie

René Dupont - Mgr René Dupont - Eglises d'Asie - Publié le 16/07/14

Pour nous préparer à la visite du pape François au Pays du matin calme à l’occasion des VIèmes Journées asiatiques de la jeunesse (14-18 août), Eglises d’Asie propose une passionnante rétrospective historique.


(Légende photo : Mgr Gustave Mutel, dont la personnalité a profondément marqué l’Eglise catholique en Corée, de 1890 à 1933.)

De l’Agence d’information des Missions Etrangères de Paris (MEP), Eglises d’Asie :

Du 14 au 18 août prochain, le pape sera en Corée pour rencontrer la jeunesse catholique d’Asie, réunie autour du thème : « Jeunesse d’Asie, réveille-toi ! La gloire des martyrs brille sur toi ! », ainsi que pour fortifier dans la foi l’Eglise de Corée. Le 18 août, il célèbrera une messe à Séoul pour la béatification de 124 martyrs coréens tués « en haine de la foi » entre 1791 et 1888. *

Eglises d’Asie propose à ses lecteurs une plongée dans l’étonnante histoire de la naissance de l’Eglise en Corée. Une plongée nécessaire pour comprendre comment ce pays situé au cœur de l’Asie du Nord-Est est devenu en partie chrétien, l’Eglise catholique réunissant aujourd’hui un peu plus de 10 % des 50 millions de Sud-Coréens tandis que les protestants sont un peu moins de 20 % de la population du pays.
L’auteur du texte ci-dessous est Mgr René Dupont. Membre de la Société des Missions Etrangères de Paris depuis 1953, Mgr Dupont a été le premier évêque d’Andong, diocèse érigé en 1969. Evêque à l’âge de 39 ans, il a dirigé ce diocèse jusqu’en octobre 1990, date à partir de laquelle les seize diocèses de l’Eglise en Corée du Sud (quinze diocèses + un diocèse aux armées) sont confiés à des évêques locaux. Missionnaire attentif aux réalités sociales et politiques de son pays d’adoption, Mgr René Dupont vit toujours à Andong.


De braves gens qui accueillent la foi chrétienne spontanément, par eux-mêmes ! Une fois baptisés, ils bâtissent des communautés, encore par eux-mêmes, puis cherchent des prêtres pour s’occuper de ces communautés ! Telle est l’étonnante et merveilleuse histoire de la naissance de l’Eglise en Corée. Saint Paul n’avait pas prévu cela quand il expliquait, dans son épître aux Romains, que pour croire en la Bonne Nouvelle il fallait d’abord l’avoir entendue et qu’on ne pouvait pas l’entendre si un missionnaire n’avait pas d’abord été envoyé pour la proclamer.
Tout a commencé, il y a quelque deux cent vingt ans, à peu près à l’époque de la Révolution française. La Corée est alors vassale de la Chine. A la cour de l’empereur, la Chine accueille des Européens, spécialistes ès sciences de l’époque c’est-à-dire en géographie, astronomie, mathématiques… mais spécialistes aussi en religion puisqu’ils sont prêtres catholiques.

Alors que le gouvernement coréen ferme hermétiquement toutes les portes sur l’extérieur, de jeunes intellectuels coréens, friands d’idées nouvelles et désireux de servir leur pays, se passent secrètement des livres chinois, dont un certain nombre de livres chrétiens, écrits deux siècles auparavant par le Père Matteo Ricci et ses compagnons jésuites. Oh, ils ont bien quelques idées politiques derrière la tête mais, comme il n’est pas question d’en parler publiquement, ils pensent qu’il leur faut d’abord se former.

Un certain Hong Yu-han par exemple, qui n’a jamais reçu le baptême, a lu plusieurs livres chrétiens et, d’emblée, a été conquis ! Au point de prendre, tout seul, des habitudes de prière ; il célèbre même, à sa façon, une fois par semaine un « jour du Seigneur »… et met en pratique la charité en partageant généreusement ses biens. Saint André Kim, le premier prêtre coréen, mort martyr 70 ans plus tard, dit de lui que c’est « le premier Coréen qui ait pratiqué la religion chrétienne ». Ce qui n’est pas tout à fait exact, car deux siècles plus tôt, dans les fourgons d’une armée japonaise d’invasion, plusieurs missionnaires étrangers avaient baptisé des Coréens mais… ironie du sort – ou plutôt sourire du Bon Dieu – ces premiers chrétiens étaient disparus sans laisser de traces !

  • 1
  • 2
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement