Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 26 janvier |
Conversion de Saint Paul
home iconÉglise
line break icon

Saint Benoît, messager de paix, maître de civilisation, héraut de la Foi

Public domain

Jacques Gauthier - Le blogue de Jacques Gauthier - Publié le 11/07/14

Fêté le 11 juillet, le patriarche des moines d’Occident est aussi le patron principal de l’Europe et un maître pour quiconque « aime la vie et désire couler des jours heureux » (Ps. 33)

Du blogue de Jacques Gauthier

De 1973 à 1977, j’ai eu la grâce de m’initier à la vie monastique à l’ancienne abbaye cistercienne d’Oka, près de Montréal. J’ai saisi toute l’importance de saint Benoît, père des moines d’Occident. Nous connaissons saint Benoît à travers deux sources principales : sa vie, écrite par le pape saint Grégoire vers 594, et un texte législatif appelé « la règle des monastères ». La première source présente des faits de sa vie où se mêlent légende et histoire. La seconde, plus fiable, nous livre sa spiritualité et l’organisation du temps dans un monastère, cette « école où l’on apprend à servir Dieu » et à « ne rien préférer à l’amour du Christ ».

Ne plaire qu’à Dieu seul
Benoît naît à Nursie, en Ombrie, vers 480, dans une famille de petite noblesse. Il étudie à Rome où il approfondit le droit romain. Dégoûté de la vie corrompue de la ville et attiré par la vie parfaite, il se retire dans la solitude de Subiaco, où il mène une vie d’ermite, « désireux de plaire à Dieu seul », comme l’écrit son biographe. Il expérimente cette vie durant trois ans. D’autres moines arrivent et lui demandent assez vite d’être leur supérieur et leur maître. Il accepte, mais ce sera un échec, à cause de la décadence de certains moines.
Cette expérience lui sera tout de même bénéfique. Il crée ainsi douze petits monastères de douze moines chacun. Sa renommée devient si grande que des nobles romains lui confient l’éducation de leurs fils, tels Maur et Placide, qui deviendront saints. Le clergé local est jaloux de cette expansion. Benoît quitte Subiaco vers 529 avec un petit groupe de moines. Il va vers le Sud dans l’ancienne forteresse du Mont-Cassin. Il adapte le temple païen en oratoire et, avec un grand sens pratique, il utilise les autres édifices comme habitations pour les moines et pour les pèlerins, et comme espace pour leurs activités de travail. Il organise ainsi la vie cénobitique (vivre en commun), à l’opposé de la vie érémitique (vivre en solitaire), pour qu’en toutes choses Dieu soit loué. Il est sollicité pour d’autres fondations, dont les premières sont Terracine et Rome.
Âgé de près de soixante-dix ans, le patriarche des moines d’Occident sent ses forces diminuer. Après une rencontre avec sa sœur Scholastique, il se fait transporter dans l’oratoire de Saint-Martin où il meurt debout, les bras levés au ciel. La tradition situe la date de sa mort le 21 mars 547, mais il est fêté le 11 juillet. Quelques siècles plus tard, les dépouilles de saint Benoît et de sainte Scholastique sont transférées à l’abbaye Saint-Benoît-sur-Loire.

En 1964, Paul VI proclame saint Benoît patron principal de l’Europe, « parce qu’il a été messager de paix, opérateur d’unité, maître de civilisation et surtout héraut de la Foi et initiateur de la vie monastique en Occident » (Bref Apostolique Pacis Nuntius). En succédant à Jean Paul II le 19 avril 2005, le cardinal Joseph Ratzinger avait choisi le nom de Benoît comme modèle de son pontificat. Benoît XVI, pape émérite, a été à sa manière un « messager de paix » et un « opérateur d’unité ».

La règle de saint Benoît
C’est au Mont-Cassin que le fondateur des Bénédictins rédigera sa fameuse règle qui, selon les mots de Bossuet, est un véritable « précis de l’Évangile ». Ce texte exercera une influence considérable jusqu’à nos jours, à cause surtout de son équilibre. Benoît décrit des attitudes et des comportements concrets, au lieu d’exposer des principes abstraits. Constituée de 73 courts chapitres et d’un prologue, la règle commence ainsi : « Écoute, mon fils, les préceptes de ton Maître, prête-moi l’oreille de ton cœur. » À mesure que le moine vit cette règle, affirme Benoît, son cœur se dilate et il court d’amour vers son Dieu.

  • 1
  • 2
Tags:
saint Benoît
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
WEB2-Farah Shaheen-ACN
Agnès Pinard Legry
Pakistan : Farah, chrétienne de 12 ans, enlevée, violée et réduit...
2
Cerith Gardiner
Mariée pendant la pandémie, elle choisit ses grands-mères comme d...
3
clocher-peigne
Caroline Becker
Vous aussi, vous avez un clocher-peigne près de chez vous ?
4
Domitille Farret d'Astiès
Sans-abri, "Neneuil" a eu une fin de vie royale
5
Jérôme Lejeune
Timothée Dhellemmes
"L'intelligence de Jérôme Lejeune était orientée vers la vérité"
6
jeunesse et covid
Jeanne Larghero
Face au coronavirus, jouer la sécurité ou tenter le risque ?
7
PRIEST,ROMAN,COLLAR
Agnès Pinard Legry
Comment savoir si un prêtre… est vraiment prêtre ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement