Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pourquoi baptiser les petits enfants et ne pas attendre qu’ils soient en âge de choisir ?

AFP PHOTO / Diego LIMA
Partager

Voilà une question importante : le baptême des petits enfants respecte-t-il leur liberté de choix ?

Pourquoi est-il préférable de baptiser un petit enfant. Ne serait-il pas mieux d’attendre qu’il soit adulte pour “choisir” librement? Question importante car il s’agit d’une objection assez répandue. La réponse aborde deux aspects de la question: un anthropologique, autrement dit qui et comment est l’être humain, l’autre est spécifiquement chrétien.

Concernant le premier aspect, on trouve fréquemment aujourd’hui une vision de l’homme fortement individualiste, dont l’idéal est l’homme autonome, qui fait et décide tout par lui-même. Avec des conséquences sur l’éducation, car on cherche non plus à éviter d’inculquer une morale, mais aussi le sens des choses. On prétend ainsi se borner à fournir l’information, de façon que l’enfant donne un sens propre à ce qu’il voit, et choisisse ses propres convictions, y compris éthiques. Chacun construirait ainsi son propre système de valeurs. Une théorie séduisante, mais en fait indéfendable. Les êtres humains ont besoin d’apprendre, et pas seulement une information “brute”, mais le sens des choses. Et aussi à se comporter; pas seulement un apprentissage théorique, mais apprendre à le vivre. Autrement dit être éduqués. Par leur nature, les premiers et principaux responsables de cette éducation sont les parents.  Et il ne viendrait à l’esprit d’aucun père ou mère de ne plus insister pour que le petit remercie quand on lui fait un cadeau, sous prétexte que la gratitude est une valeur éthique qu’il devra choisir une fois adulte.

On n’attend pas qu’il soit adulte pour lui inculquer ces vertus, tout simplement parce qu’on ne peut pas attendre.  Sinon, on découvrira qu’à l’âge adulte, il est devenu un ingrat difficile à changer. C’est ce qui arrive aux parents qui, pour une raison ou une autre, ont abdiqué d’éduquer leurs enfants: ceux-ci ne manifesteront  aucune reconnaissance envers leurs parents pour leur avoir donné la vie et pour les sacrifices qu’ils ont faits. Il n’y a aucune neutralité possible à ce sujet. Ni non plus dans ce que l’on apprend : ou Hitler était un indésirable, ou ses idées sont une possible option de plus. On n’attend pas ici non plus que l’enfant soit adulte pour qu’il fasse son jugement de valeur, sinon on risque de trouver dans sa chambre toute une panoplie nazie.  

La foi catholique a quelque chose d’important à apporter à ces considérations. Une chose est sûre: tous nous estimons que faire le bien exige un effort, tandis que pour faire le mal, il suffit de se laisser aller. Ovide disait déjà « je vois le meilleur, et je l’approuve, mais je fais le pire ». L’homme n’est ni ange ni démon, c’est clair. Mais, dans son humanité, il y a une certaine dégradation qui, sans l’empêcher de faire le bien, l’incline fréquemment vers le mal. Facile à voir, mais pas à expliquer. L’explication que donne la foi s’appelle le péché originel.  Ce n’est pas un péché au sens habituel du terme, mais les conséquences négatives héritées du rejet de Dieu par l’homme au début de son existence (le péché a consisté, en termes modernes, à vouloir une autonomie totale face à Dieu).  

La première raison de  baptiser un enfant est que le Baptême supprime le péché originel. Certes, il n’enlève pas toutes les conséquences, car cette tendance vers le mal persiste, mais il l’atténue et, ouvrant la porte à la grâce divine, il permet de compter sur des moyens efficaces pour la surmonter.

Lorsqu’on parle de repousser le baptême jusqu’à l’âge adulte quand l’enfant pourra choisir, on inclue de façon implicite le refus de l’éduquer dans la foi, condition incontournable exigée des parents. Et, comme on l’a vu, la neutralité ici est utopique. Si les parents renoncent à transmettre leurs convictions, ils finiront par découvrir que d’autres l’ont fait, avec moins de scrupules. Sans compter que les petits ont besoin de modèles humains à suivre; s’ils ne les trouvent pas chez eux, ils les chercheront ailleurs. Par cette attitude, ce qu’ont fait les parents, c’est de laisser leur enfant vulnérable à toute idéologie ou tout groupe religieux, plus ou moins recommandables.

Pages: 1 2

Tags:
baptême
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]