Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pays-Bas : vers l’euthanasie ouverte aux mineurs de moins de 12 ans ?

© public domain
Partager

Des pédiatres néerlandais ont suggéré la légalisation de l’euthanasie aux enfants de moins de 12 ans qui n’ont pas d’espoir d’amélioration.

C’est une proposition qui risque de ranimer les débats houleux sur la question de l’euthanasie : des pédiatres néerlandais viennent de suggérer la légalisation de l’euthanasie des enfants de moins de 12 ans souffrant de manière importante et sans espoir d’amélioration. Cette suggestion effrayante a été faite dans le cadre de la commission Éthique et droit de l’association néerlandaise de pédiatrie Nederlandse Verniging voor Kindergeneeskunde. Si la commission veut promouvoir les droits de tous, la notion d’éthique reste toutefois pour le moins à prouver dans le projet des pédiatres…. Dès septembre, des soirées débats sont prévues pour arriver à un accord.
 
L’euthanasie pour tous : tel est le dessein tragique de cette proposition. Aux Pays-Bas, l’euthanasie a été légalisée en avril 2001, puis elle a été autorisée aux enfants de plus de 12 ans en 2004. Entre 12 et 16 ans, les enfants ont besoin de l’accord de leurs parents, mais au-delà, l’adolescent peut décider de mettre fin à sa vie de manière autonome. Par ailleurs, l’euthanasie a également été légalisée pour les nouveau-nés. Le professeur Verhagen tente tant bien que mal de justifier cette proposition qui blesse la beauté de la vie : « Entre ces deux âges, il y a un trou », affirme t-il. « Il s’agit de cas d’exception extrêmes, d’enfants qui sont presque en train de mourir, où l’on aimerait offrir aux parents la possibilité de laisser mourir leur enfant de manière digne. En tant que pédiatre, je ne peux arriver à expliquer que ce droit appartient à tous, sauf aux enfants appartenant au groupe des 1 à 12 ans ». Certes, le sujet est délicat, mais est-ce là une raison légitime pour privilégier le « droit » à la mort au don précieux de la vie ?
 
En 2003, près de 1 800 euthanasies avaient été effectuées aux Pays-Bas. En 2012, le chiffre s’est élevé à plus de 4 188 selon le ministère néerlandais de la Santé. En 2012, des brigades de médecins mobiles habilitées à faire une injection mortelle au domicile du patient ont été crées : le nombre de ces dernières est passé de six à dix en raison d’une forte demande… La culture de la mort semble dangereusement s’emparer de notre société. Si l’euthanasie active n’est légale que dans trois pays – les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg –, nombre de pays ont déjà fait diverses démarches tournées vers ce nouveau droit : la France en fait partie et a légalisé l’arrêt des traitements à la demande du patient, interdit l’acharnement thérapeutique et institué des initiatives d’accompagnement des patients en fin de vie.
 
 
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]