Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pape François : la douleur des victimes d’acte pédophiles « pèse sur la conscience de l’Eglise »

Catholic Church England
Partager

Lundi matin, le Pape François a rencontré au Vatican six victimes de prêtres pédophiles, trois hommes et trois femmes et a tenu à s'engager à "ne plus tolérer de personne le mal infligé à un mineur".

"Depuis un certain temps déjà, j’ai ressenti dans mon coeur une profonde peine et une souffrance" pour ces abus "si longtemps dissimulés, camouflés avec une complicité inexplicable" : dans une homélie prononcée en présence de six victimes de prêtres pédophiles, le pape François l’a réaffirmé clairement : "Il n’y a pas de place dans l’Église pour ceux qui commettent ces abus et je m’engage à ne pas tolérer que du mal soit causé à un mineur par un individu, qu’il soit religieux ou autre". S’adressant aux familles des victimes, le Saint-Père a également souligné que "certains ont eu à affronter la terrible tragédie de la mort par suicide d’un de leurs êtres chers. Les morts de ces enfants si aimés de Dieu pèsent sur mon coeur et ma conscience, et sur celle de toute l’Église".

Une telle rencontre est une première au Vatican : Benoît XVI avait rencontré plusieurs fois des victimes d’abus sexuels pendant ses voyages apostoliques mais c’est la première fois qu’une telle rencontre a lieu au Vatican même. Les six victimes sont arrivées dimanche soir à la résidence Sainte-Marthe. Lundi matin, elles ont participé à la messe du Saint-Père à la chapelle Sainte-Marthe, avec les membres de la Commission pontificale pour la protection des mineurs. Le Pape a prononcé une homélie en espagnol, avant de petit-déjeuner avec elles. Chaque victime d’abus sexuels a ensuite eu un entretien personnel avec le Pape. François a passé quasiment toute la matinée (près de 3h30) à écouter ce que les victimes avaient à lui dire.
Dans son homélie, le Pape François a condamné fortement « les crimes et les graves péchés » commis par « des prêtres et des évêques qui ont violé l’innocence de mineurs et leur propre vocation sacerdotale. […] Je demande la grâce de pleurer devant les actes exécrables d’abus perpétrés contre des mineurs », a-t-il ajouté. « Depuis longtemps, je sens dans mon cœur une douleur profonde, une souffrance, tant de temps cachée, dissimulée avec une complicité qui n’a pas d’explication, jusqu’à ce quelqu’un sente le regard de Jésus, et un autre la même chose, et un autre la même chose… et ils ont eu le courage de soutenir ce regard », a développé le Pape, sortant par moment du texte qu’il avait écrit.
François est parti de l’image de Pierre qui, après avoir renié Jésus, croise son regarde et pleure : « aujourd’hui, votre regard m’arrive au cœur, a dit le Pape, celui de tant d’hommes et de femmes, de garçons et de filles ; je sens le regard de Jésus et je demande la grâce de sa prière, la grâce que l’Eglise pleure et répare pour ses fils et filles qui ont trahi leur mission et qui ont abusé de personnes innocentes ». En parlant de ces abus, François a précisé que ce sont « plus que des actes répréhensibles, c’est un comme un culte sacrilège car ces enfants ont été confiés au charisme sacerdotal pour être amenés vers Dieu, et eux les ont sacrifiés à l’idole de leur concupiscence […] Il n’y a pas de place dans le ministère de l’Eglise pour ceux qui commettent ces abus » a-t-il affirmé sans détour.

« Votre témoignage a été un service d’amour »
Conscient des blessures laissées par de tels actes, le Pape François a alors explicitement demandé pardon, « pardon aussi pour les péchés d’omission des responsables de l’Eglise qui n’ont pas répondu correctement aux dénonciations d’abus. […] Cela amène une souffrance supplémentaire à ceux qui ont été abusés et a mis en danger d’autres mineurs qui étaient en situation de risque. D’autre part, le courage que vous et d’autres ont démontré en disant la vérité a été un service d’amour en nous apportant de la lumière sur une terrible obscurité dans la vie de l’Eglise ». 

Pages: 1 2 3 4 5

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]