Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 07 décembre |
Saint Ambroise de Milan
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

ÉTUDE. Que pensent les musulmans des extrémistes ?

extrémisme

© STRDEL / AFP

Pew Research Center - Città Nuova - publié le 07/07/14

Du Liban au Nigéria, en passant par le Bangladesh ou la Palestine, une étude réalisée par le Pew Research Center a révélé à quel point la crainte s’est développée face aux extrémistes dans 14 pays à majorité musulmane par rapport à l’an dernier.

Les résultats d’une étude sur le comportement face à la montée en puissance de l’extrémisme islamique des populations de différents pays, la plupart à majorité musulmane, ont été publiés ces derniers jours. Cette étude a été réalisée par Pew Research Center, prestigieux centre d’études américain, entre le 10 avril et le 25 mai, sur un échantillon de 14 200 personnes de 14 pays différents.

Le constat est clair : la crainte face à l’augmentation du fondamentalisme islamique – alors que la recherche a été effectuée avant les récentes violences en Irak – s’avère être bien plus importante à l’intérieur même des pays à majorité musulmane. Les données de l’enquête, publiées sur Internet, ont révélé que la peur face aux fondamentalistes n’est plus une simple caractéristique des pays occidentaux ou à majorité chrétienne, mais est bel et bien aussi présente qu’élevée dans les pays musulmans.

Libanais, Tunisiens, Égyptiens, Jordaniens, Turcs… Toutes des populations à majorité musulmane, et qui montrent une préoccupation grandissante face à ce fléau par rapport aux résultats relevés lors de l’étude réalisée l’an dernier. Au Liban,  pays voisin à la Syrie, 92% des interrogés affirment être grandement préoccupés par l’extrémisme islamique. Les données sont 11% supérieures à celles de l’année dernière, et tous sont d’accord sur ce point : autant les sunnites que les chiites ou les chrétiens. En Tunisie également, ainsi qu’en Égypte, la peur se fait profondément ressentir puisqu’ils sont respectivement près de 80% et 75% à affirmer craindre cette flambée extrémiste. Et l’Asie ne fait pas exception : au Bangladesh, au Pakistan ou en Malaisie, entre 63 et 69% tiennent le même discours. D’autres pays à très grande majorité musulmane partagent cette même peur, mais les chiffres oscillent toutefois: en Turquie, ils sont 50% à affirmer se sentir profondément préoccupés, lorsqu’en Indonésie, ils sont 39%.

Le problème est également présent en Afrique, où le Nigéria, par exemple, révèle un taux de préoccupation égal à 72% des interrogés. Dans le pays africain, le groupe islamique Boko Haram, fait l’objet des principales craintes puisque depuis quelques mois, il sévit violemment sur les lieux de cultes, viole des jeunes femmes et provoque une profonde inquiétude quant à l’avenir du pays.

L’opinion publique par rapport aux groupes extrémistes et fondamentalistes est très négative, avec  une participation égale pour les chrétiens et les musulmans. Ces idées sont partagées aussi face aux violences du Hamas ou de l’Hezbollah au Liban, ainsi qu’au Nigéria avec Boko Haram ou au Pakistan avec Al Qaeda.

La situation dramatique dans laquelle se trouve la Syrie a, sans aucun doute, contribué à augmenter ce sentiment de crainte face aux groupes extrémistes dans les pays voisins : à commencer par le Liban, mais avec aussi de très nettes conséquences sur la Jordanie et la Turquie. 62% des jordaniens se disent préoccupés par ce fléau, 13%  d’entre eux se déclarant inquiets à ce sujet par rapport à 2012. Une préoccupation partagée avec la moitié de la population turque, où l’on constate là aussi une hausse de 18% des craintes par rapport à l’étude réalisée il y a deux ans.

A noter également, la population palestinienne offre à l’enquête des résultats intéressants. Parmi les Palestiniens interrogés, seulement 46% considèrent les attentats suicides contre des civiles comme étant « justifiables ». Un chiffre en très nette diminution par rapport au 70% de 2007.

Traduit de l’édition italienne d’Aleteia par Mathilde Dehestru. 

Tags:
enqueteIslam
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour








Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement