Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les paroles du pape François dans le discours public

Niccolò Caranti / SVEN HOPPE/dpa
VATICAN CITY STATE, Vatican City : Pope Francis smiles as he receives Premier of Bavaria Horst Seehofer (CDU) at the library of the Apostolic Palace for a private audience in Vatican City, 23 June 2014. Photo: SVEN HOPPE/dpa
Partager

Une réflexion du président du sénat italien, Pietro Grasso, sur la personnalité du pape et l’expérience unique qui caractérise son pontificat.

Le lundi 16 juin, à l’occasion de la sortie du livre « Papa Fracesco. La verita è un incontro. Omelie da Santa Marta »  –  « Pape François. La vérité est une rencontre. Homélies de Sainte-Marthe »,  à la mi-mai aux Editions Rizzoli, le père Antonio Spadaro sj. , directeur de la revue italienne des Jésuites Civiltà Cattolica, a réuni autour d’une même table le président du sénat italien  Pietro Grasso, la directrice de la chaine de TV italienne RaiNews, Monica Maggioni, le p. Federico Lombardi S.I., directeur du bureau de presse du Saint-Siège et de Radio Vatican et l’essayiste, traducteur et réalisateur italien Vittorio Sermonti.
 
« Ces homélies sont le cœur battant du ministère du Pape François ». Les thèmes clés que l’on retrouve dans les autres discours plus officiels, poursuit le prêtre « émergent d’une gestation, d’une rencontre concrète avec le Peuple de Dieu (…)», avait déclaré le père Spadaro en présentant l’ouvrage.  Dans le dernier numéro de Civiltà Cattolica, il publie l’intervention du président du Sénat italien comme témoignage de réflexion sur l’incidence des paroles du pape dans le discours public.
 
À ceux qui reprochent à ce livre de ne pas avoir publié intégralement les homélies du Pape, Pietro Grasso répond qu’il s’agit « d‘un corpus de méditations, réflexions et conseils, réponses, mais surtout de questions que le Pape soumet à la conscience de chacun de nous, touchant tous les thèmes de la vie d’un chrétien et d’un citoyen », faisant ainsi écho au père Spadaro, qui avait d’emblée expliqué que le but n’était pas d’en faire des «  discours qui valent pour toujours » et à l’intention de « communautés précises », mais de les resservir au public en général pour qu’il puisse « en faire l’expérience et les revivre de manière nouvelle et originale ».
 
Ainsi chaque homélie, chaque interview, chaque écrit ou intervention du Pape en général peut être source de considérations, et le président du sénat italien  en fait plusieurs qui en disent long sur la personnalité du Pape et l’expérience unique qui caractérise son pontificat :  
 
Première considération : son style
Le Pape François aime les phrases coordonnées, incisives, essentielles. Quand il s’adresse au public, il recourt rarement aux propositions subordonnées, à un langage complexe et obscur, car il sent l’urgence de communiquer, d’être compris, de secouer son auditoire. Néanmoins, si son langage est simple, son raisonnement ne l’est jamais : il arrive toujours au cœur des questions, en profondeur, mais pour ramener tout ce qui est profond à la surface et l’offrir à ceux qui ont envie d’écouter ses paroles.

Deuxième considération : son attrait pour les symboles, l’image
Le Pape parle en ayant devant lui un vaste horizon, et il sait combien il est fondamental d’arriver à toucher tout le monde. L’imaginaire de notre époque est un imaginaire visuel : ainsi le pape François récupère la manière de s’exprimer de Jésus, utilise le langage des paraboles, et avec des mots simples il crée des images qui dégagent une force symbolique incroyable. A titre d’exemple : l’Eglise vue comme « un hôpital de campagne après une bataille », « les périphéries de l’existence », auxquels le Pape fait référence dans son homélie du 16 mai 2013, quand il oppose la ferveur de Saint Paul aux « chrétiens de salon », une autre image très forte. Ou bien quand il a dit aux nouveaux cardinaux « Rappelez-vous que les  cardinaux n’entrent pas dans une cour », les invitant à «  refuser les intrigues, les bavardages, les cordées, les favoritismes et les préférences », et qu’il a demandé aux prêtres de son diocèse, à la messe du Jeudi Saint,  «

Pages: 1 2 3 4 5

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]