Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Homoparentalité : « Peut-on volontairement priver un enfant  de son père ou  de sa mère ? »

© Andriy Maygutyak/SHUTTERSTO CK
Partager

Faut-il autoriser la GPA et la PMA pour les personnes de même sexes ? Débat sans détours entre la journaliste Lili Sans-Gêne et Tugdual Derville, publié dans les colonnes du mensuel l’1visible.

Après la légalisation du « mariage » et de l’adoption pour les personnes de même sexe, la question de la Procréation médicalement assistée (PMA), et des mères porteuses est dans les esprits. Déjà, des personnes homosexuelles vont à l’étranger pour ces services. Faut-il les légaliser ? Sont-ils une évolution naturelle de la famille ?

Lili Sans-Gêne : Je suis pour la PMA pour les femmes homosexuelles et pour les mères porteuses pour les hommes homosexuels : s’ils s’aiment et qu’ils ont un si grand désir d’avoir un enfant ensemble, je ne vois pas au nom de quoi on leur interdirait de le faire, puisque les progrès de la science le rendent possible ? Peut-on leur refuser le bonheur d’avoir un enfant, sous prétexte que leur mode de vie est différent ?

Tugdual Derville : C’est beau de vouloir engendrer, mais ça ne se fait pas n’importe comment. Tu sais bien que chacun de nous reste conçu de la complémentarité entre un homme et une femme. Cette loi biologique rend la procréation homosexuelle impossible. N’est-ce pas parce que paternité et maternité sont précieuses ? Faut-il changer la nature ? Est-elle si mal faite ? Bien sûr, il faut entendre le désir des adultes, mais c’est en premier le droit et l’intérêt de l’enfant – la personne la plus faible de la société – qu’il faut respecter. Peut-on fabriquer un enfant comme un objet ? Peut-on délibérément le priver de son père ou de sa mère ? Ne faut-il pas lui offrir ce qu’il peut espérer de mieux : un papa et une maman ?

Lili Sans-Gêne : J’ai bien aimé ce qu’a dit Élisabeth Badinter : « Quand on voit la somme de malheurs, de névroses, de douleurs que peut engendrer la famille hétérosexuelle, au nom de quoi une famille homoparentale serait-elle pire ? » Les hétéros ne sont pas de meilleurs parents que les homos !

Tugdual Derville : Cette approche est biaisée. Il ne s’agit pas de savoir qui est meilleur éducateur, mais si on a le droit de priver un enfant de son père ou de sa mère. J’accompagne des familles en difficulté, et c’est vrai qu’aucun parent n’est parfait. Il y a aussi des familles monoparentales, où l’un des deux parents manque, ce qui n’est jamais facile. Mais ces souffrances familiales ne disent pas que père et mère sont interchangeables. Bien au contraire. Un système qui prive délibérément l’enfant de l’un ou l’autre est injuste.

Lili Sans-Gêne : Légaliser les mères porteuses pour les hommes est une autre urgence. En effet, les enfants déjà nés par Gestation pour autrui (GPA) à l’étranger n’ont pas d’état civil français et ne sont pas inscrits sur le livret de famille de leurs parents. C’est honteux. Et hypocrite : surtout, n’offrons pas de cadre légal à ces enfants, comme ça la morale sera sauve…

Tugdual Derville :Tu sais, je trouve plutôt injuste que des hommes s’autorisent à transgresser notre loi bioéthique qui veut protéger de la GPA les enfants et les femmes. Ils vont dans des pays ultra-libéraux ou pauvres pour louer un utérus. À partir de banques d’ovocytes, ils font fabriquer des bébés qu’ils coupent (légalement) de leur mère et ramènent en France. Puis ils s’y posent en victimes ! Comme Axel Kahn (le grand généticien), je pense que la protection de ces enfants devrait passer par une sanction pour les adultes qui ont manipulé ces procréations.

Lili Sans-Gêne : L’accouchement sous X, légal en France, est déjà une GPA déguisée puisque la mère mène sa grossesse à terme tout en sachant qu’elle va abandonner son enfant, sans savoir ce qu’il va devenir… Au moins, quand tu es mère porteuse, tu sais que l’enfant que tu portes sera entouré d’amour.

Tugdual Derville : Attention à la confusion ! Dans le cas de l’accouchement sous X, une femme enceinte en détresse choisit de confier son bébé à l’adoption. Gratuitement, pour qu’il ait une famille, parce qu’elle se sent en danger, ou en grande difficulté pour l’élever. Dans le cas de la GPA, l’abandon du bébé est programmé avant même sa conception, par contrat, contre rémunération ou dédommagement. Les féministes ont raison de contester l’instrumentalisation du corps de la femme.

Pages: 1 2 3

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]