Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

A Dieu, Mgr Guy Gaucher !

Corinne SIMON/CIRIC
Guy Gaucher, évêque auxilliaire de Bayeux-Lisieux, présidant la messe à la basilique Notre Dame des Victoires
Partager

Carme, évêque, et grand spécialiste de sainte Thérèse de Lisieux, Monseigneur Gaucher est mort hier, 3 juillet. Jacques Gauthier, qui l’a bien connu, lui rend hommage.

04/07/2014
 
Du blogue de Jacques Gauthier

"Je ne meurs pas j’entre dans la vie", avait écrit Thérèse de Lisieux quelques semaines avant sa mort au carmel le 30 septembre 1897 à l’âge de 24 ans. Son ami, Mgr Guy Gaucher, est allé la rejoindre le 3 juillet 2014 à l’âge de 84 ans. "Tout est grâce", se sont peut-être dit ces deux êtres de désir en se saluant dans l’amour du Christ.
 
"Tout est grâce", c’est en lisant ces mots à la fin du Journal d’un curé de campagne du romancier Georges Bernanos, que le jeune Guy Gaucher, âgé de 18 ans, va être guidé vers Thérèse. Il sera un spécialiste de l’un et de l’autre, prêchant même une retraite en 2004 dans un carmel sur les affinités entre le grand Georges et la petite Thérèse ("Tout est grâce", Cerf, 2009). Bernanos avait repris ces mots de Thérèse, son maître spirituel, mais que Guy Gaucher trouvait fleur bleue à l’époque. En cherchant la source du texte, il découvrira le vrai visage de Thérèse et sa spiritualité axée sur la confiance, la miséricorde, l’espérance. Il ne quittera plus Thérèse.
 
Ordonné prêtre à 33 ans en 1963, il fait profession religieuse dans l’Ordre des Carmes déchaux le 3 octobre 1968. Nommé évêque de Meaux en 1986, le passage de religieux contemplatif à la vie d’évêque est éprouvant. Quelques mois plus tard, il retrouve sa chère Thérèse en devenant évêque auxiliaire de Bayeux et Lisieux jusqu’en 2005, ayant atteint la limite d’âge. Membre de l’équipe qui a publié la Nouvelle Édition du centenaire, Mgr Gaucher consacrera toute son énergie à faire connaître la vie et les écrits de la petite Thérèse, déclarée docteur de l’Église par Jean Paul II en 1997. Il publiera en 2010 une biographie définitive de près de 700 pages sur son ami.
 
Les amis de nos amis deviennent souvent nos amis. C’est donc par Thérèse que j’ai rencontré Mgr Gaucher. On s’est vu plusieurs fois à Lisieux avec mon épouse et sa fidèle secrétaire, soeur Monique-Marie, qui l’accompagnera jusqu’à la fin de sa vie. Je me souviens de sa bonhomie, de sa simplicité, de son sens de l’histoire. Humoriste tranquille et fragile, il aimait toucher le piano, inviter des amis dans une crêperie, prendre des notes dans un petit calepin, partager ce qu’il avait vécu dans tel pays avec le reliquaire de Thérèse.  
 
Mgr Gaucher est venu plusieurs fois au Québec. Il était là en 2001, lors de la pérégrination des reliques de Thérèse au Canada. Il écrit dans la revue Thérèse de Lisieux de janvier 2002: "Une fois encore, j’ai vu de mes yeux, toujours étonnés, ce que j’avais vu, dans un tout autre contexte, à Moscou, à New York, à Manille, à Rome, en Belgique : ces foules qui surgissent d’on ne sait où, qui patientent en silence, en prière devant la châsse, se confessant, écoutant l’enseignement thérésien. Ces familles, ces handicapés, ces enfants, ces vieillards, ces amis de Thérèse qui ont un lien secret avec elle, ces personnes qui n’avaient pas mis les pieds dans une église durant des dizaines d’années…"
 
Guy Gaucher avait ce regard d’enfant qui lui faisait chanter avec Thérèse les miséricordes du Seigneur. Il avait écrit la préface de mon livre Thérèse de Lisieux, une espérance pour les familles, relevant mon amour pour la sainte qui, au fond, traduisait le sien: "J’ai pu constater que cet amour pour la jeune carmélite de Lisieux se concrétisait activement". 
 
Cher Guy, j’espère que tu es avec le Christ, sainte Thérèse, les bienheureux Louis et Zélie Martin, et tous les autres, si nombreux, frères et soeurs d’un même Père. Tu n’es pas parti, tu es arrivé. Tu n’es pas sorti, tu es entré dans la vie. En ce jour du 3 juillet, Thérèse confiait dans ses derniers entretiens qu’à sa mort "il faudra que je fasse tout ce qui me plaira". J’espère donc qu’avec Thérèse tu passeras ton ciel à faire du bien sur la terre.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]