Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les intermittents du spectacle veulent « faire leur fête » aux festivals

CITIZENSIDE/GERARD BOTTINO
FRANCE, Marseille : France, Paris : Protesters hold a banner reading The sign, we get down and carry fake coffins as they take part in a demonstration called by the CGT union with employees from the private sector, civil servant and others demonstrate to protest againt the government's austerity politics and French artists and technicians working in the entertainment business, known in France as intermittents du spectacle, in Marseille on June 26, 2014, to protest againt the government's austerity politics . CITIZENSIDE/GERARD BOTTINO
Partager

Ils donnent de la voix à l’approche de chaque été. Mais cette année, les intermittents menacent d’orages dévastateurs tous les spectacles, petits ou grands.

30/06/2014

Manuel Valls a eu beau ouvrir le porte-monnaie de l’Etat (c’est-à-dire nos impôts), ils ne se calment pas. Les intermittents du spectacle (encore un de ces régimes spéciaux dont la France a le secret *)  ne veulent pas entendre parler d’une modification de leur cher statut (très cher collectivement quoique peu rémunérateur pour chacun individuellement). L’annonce par le Premier ministre en personne, le 16 juin, que l’Etat prendrait en charge l’allongement du délai de carence (qui s’applique à chaque chômeur inscrit à Pôle Emploi avant qu’il soit indemnisé) n’a pas fait baisser la tension : « Dès le lendemain de l’intervention du premier ministre, la CGT a lancé un mot d’ordre de « grève massive » pour le 4 juillet, date d’ouverture du Festival d’Avignon. Un mouvement reconductible au long du mois de juillet… »  rapporte Valeurs Actuelles.

Les intermittents se sont déjà fait les dents aux quatre coins de l’Hexagone, perturbant la cérémonie des César puis celle des Molière, interrompant le journal télévisé de France 2, envahissant le plateau du Grand Journal à Cannes, occupant l’opéra de Saint-Étienne, retardant la représentation de la Traviata à l’Opéra-Bastille, contraignant à l’annulation la Nuit des publivores à Toulouse et plusieurs spectacles lors du Printemps des comédiens…« Si le gouvernement ne nous entend pas pour sortir un plan d’apaisement équilibré et durable qui prenne en compte nos propositions, l’été ne se passera pas normalement », menace la centrale syndicale.

En question, le régime d’assurance chômage particulièrement favorable aux intermittents du spectacle qui comme leur nom l’indique sont régulièrement demandeurs d’emploi. Bien qu’ils ne représentent que 3% des chômeurs, leur indemnisation causerait le tiers du déficit de l’Unedic ! C’est la raison pour laquelle, à l’heure des économies, le patronat et trois syndicats (CFDT, FO et CFTC) sont tombés d’accord le 22 mars pour réformer ce régime hors norme. Il est plus que temps : voilà déjà plus de deux ans (février 2012) que la Cour des comptes estimait que le déficit cumulé du régime des intermittents avoisinait l’endettement total du régime d’assurance chômage, soit la bagatelle de 9,1 milliards d’euros.
Mais le gouvernement a voulu marcher sur des œufs afin de préserver les festivals…et ce qui reste de la gauche (les intermittents étant génétiquement à gauche de la gauche). L’accord « a minima » (notoirement insuffisant face à un déficit annuel qui oscille entre 320 millions selon l’Unedic et un milliard d’euros selon la Cour des comptes) qui doit être agréé demain, 1er juillet, par le ministère du Travail entérine trois mesures : le plafonnement du salaire et des indemnités chômage à 4 381 euros net, une augmentation de 2 % des cotisations sociales des intermittents et l’allongement du délai de carence…pris en charge, comme on l’a vu par l’Etat. Sauf que concrètement, peu d’intermittents sont concernés par le plafonnement : 6% des indemnisés selon l’Unedic tandis que les deux autres mesures concernent la totalité des intermittents.

Voici la semaine de tous les dangers. « La semaine qui vient va être cruciale pour les intermittents, avec notamment l’ouverture des festivals d’Aix et d’Avignon », constate Le Figaro.
Le secrétaire général de la CGT-spectacle Denis Gravouil a expliqué dimanche que «les festivals d’été auront lieu mais de façon perturbée dans beaucoup d’endroits y compris à Avignon». On peut lui faire confiance.
Une certitude, tout ce cirque abîme un peu plus l’image de notre pays et contribue à creuser son déficit. Un seul exemple, le coût de l’annulation du festival d’Avignon, déjà à cause des intermittents du spectacle en 2003, s’est élevé selon les calculs du

Pages: 1 2

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.