Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Etats-Unis : des enfants adoptés revendus sur Internet

© DR
Partager

Etats-Unis. Des parents adoptifs lassés des enfants qu’ils ont accueillis les proposent sur Internet à de nouveau parents. Un nouveau « business » sordide, où l’enfant est vendu comme une occasion.

Un compte Yahoo intitulé «Adopting from Disruption» (à adopter après rupture) a vu passer un enfant à adopter en moyenne une fois par semaine depuis 5 ans rapporte l’agence Reuters. Il s’agit d’enfants adoptés dont les parents ne veulent plus.

Un exemple d’offre parmi d’autres, cité par Reuters : une jeune femme du Nebraska qui propose un garçon de onze ans et avoue : « Je me sens honteuse, mais je déteste cet enfant ». Dans la même veine, un couple écrit : « Nous avons adopté une fille chinoise de huit ans, mais après cinq jours à la maison nous ne pouvons plus la supporter ».

Cette situation atroce s’explique juridiquement : la loi américaine a rendu l’adoption réalisable à l’aide d’une simple procuration. Cette facilité a été imaginée pour permettre par exemple à des parents rencontrant des difficultés, de confier la garde de leur enfant à un proche, mais elle est utilisée de la pire des manières. Le commerce sur Internet vient aggraver cette sensation d’aisance, pour ne pas dire de toute-puissance des parents adoptant : la virtualité aidant, certains parents déconnectés de la réalité commandent un enfant presque comme un animal de compagnie. La ré-adoption d’enfants dans une famille se surnomme d’ailleurs le « rehoming » un terme utilisé à l’origine pour les chiens et les chats.

Le détournement de la mission de l’adoption peut aller encore plus loin avec des cas d’enfants ré-adoptés par des parents délinquants sexuels. Un couple infernal a pu ainsi adopter six enfants différents malgré son passé. Ce commerce mène logiquement aux pires abus, et les institutions qui pourraient le contrôler font défaut. A la suite de l’enquête menée par Reuters, Yahoo a accepté de retirer les groupes consacrés au rehoming, mais Facebook a refusé d’en faire autant en se justifiant : « Internet est le reflet de la société ». En effet, cette pratique n’est pas illégale et la multitude d’agences d’adoptions aux Etats-Unis rend très difficile la visibilité de ce nouveau « marché ».
 
 

Tags:
adoption
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]