Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 18 janvier |
Sainte Marguerite de Hongrie
home iconÉglise
line break icon

Pierre et Paul, apôtres : la force des fondateurs

© Aleteia

Jacques Gauthier - Le blogue de Jacques Gauthier - Publié le 29/06/14

Fêtés ensemble ce 29 juin, les deux martyrs, « colonnes de l’Eglise », sont inséparables et admirablement complémentaires. Nous leur devons « la première annonce de la foi ».

29/06/2014

Du blogue de Jacques Gauthier

Dès l’an 354, l’Église célébrait le 29 juin la solennité de Pierre et Paul, apôtres. Ces passionnés du Christ, unis dans la foi et le martyre, le sont donc aussi au calendrier liturgique depuis longtemps. Leur foi ardente et leur amour brûlant pour le Christ témoignent encore aujourd’hui de l’importance de s’attacher à la personne de Jésus, le Fils du Dieu vivant.

La foi de Pierre
Simon, originaire de Bethsaïde, exerçait le métier de pêcheur. Il s’établit à Capharnaüm. Jésus alla souvent dans sa maison, y guérissant même sa belle-mère. C’est son frère André qui l’introduisit auprès de Jésus. À la question du Maître, « Pour vous, qui suis-je? », Pierre répond dans un élan de foi inébranlable : « Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant. » Touché par cette confiance, Jésus change le nom de Simon, lui confiant une mission unique dans l’Église : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle » (Matthieu 16, 17-18).
Pierre est l’homme tout d’une pièce. Pas cérébral pour deux sous, c’est plutôt un sentimental qui veut bien faire, un gaillard au cœur tendre qui a aussi ses faiblesses. Enthousiaste et impulsif, il s’emballe dès qu’il est question de Jésus. Plusieurs passages de l’évangile le montrent à l’œuvre. Il ne quitte jamais Jésus et est présent dans les grandes occasions.

Les faiblesses de Pierre
Il marche sur les eaux avec confiance pour rejoindre Jésus, mais il s’enfonce au premier coup de vent (Matthieu 14, 25-33). Il ne comprend pas toujours ce que Jésus dit, aussi lui demande-t-il d’expliquer une parabole (Matthieu 15, 15). Il est tellement bien avec son ami sur le Thabor qu’il voudrait dresser trois tentes, mais il refuse toute allusion à sa mort violente (Matthieu 16, 21-23). Son respect pour le Maître est si grand qu’il refuse qu’il lui lave les pieds (Jean 13, 8). Il jure qu’il ne l’abandonnera jamais, aussi le défend-il au moment de son arrestation, jusqu’à tirer l’épée et couper l’oreille d’un soldat; pourtant, il reniera Jésus trois fois (Jean 18). Il pleure de repentir, non de désespoir, toutes les larmes qui coulent des plaies de son âme. Nous le trouvons bien sympathique, ce Pierre qui aura tellement besoin de la force de l’Esprit pour suivre le Maître.
Après sa résurrection, Jésus provoque une rencontre avec Pierre et lui pose par trois fois la seule question qui vaille : « M’aimes-tu? » Et le premier pape de répondre : « Seigneur, tu sais tout, tu sais bien que je t’aime » (Jean 21, 17). Il en fournira la preuve par sa vie offerte à la première communauté chrétienne. Il ira là où l’Époux est allé, étendant à son tour les bras sur le lit de la croix, la tête en bas, en signe d’humiliation extrême, mais le cœur tout rempli d’amour, en écho à la Parole faite chair qui un jour l’a appelé, sur le bord du lac.

L’ardeur de Paul
Originaire de Tarse, Paul est un pharisien qui se convertit à Jésus vers 33/35, suite à une vision et une parole qui vont transformer sa vie : « Saul, Saul, pourquoi me persécuter? » (Actes des Apôtres 9, 4). Désormais, Jésus est quelqu’un pour lui, le Premier-né d’entre les morts, le Fils du Père. « Je vis, mais ce n’est plus moi, c’est le Christ qui vit en moi » (Galates 2, 20). Sa conversion fera prendre au christianisme tout un virage.
Saisi par le Christ, Paul restera fidèle au Seigneur, malgré les persécutions. « Il m’a rempli de force pour que je puisse annoncer jusqu’au bout l’Évangile et le faire entendre à toutes les nations païennes » (2 Timothée 4, 17). Ses paroles enflammées mettront le feu partout. « Qui pourra nous séparer de l’amour du Christ ? La détresse ? L’angoisse ? La persécution ? La faim ? Le dénuement ? Le danger ? Le supplice ? J’en ai la certitude : ni la mort ni la vie, ni les esprits ni les puissances, ni le présent ni l’avenir, ni les astres, ni les cieux, ni les abîmes, ni aucune autre créature, rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est en Jésus Christ notre Seigneur » (Romains 8, 35.38).

  • 1
  • 2
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Agnès Pinard Legry
Marlène Schiappa : des propos qui font bondir
WOMAN,PRAYING,PRAYER
Claire Guigou
Six clés pour comprendre l'ouverture aux femm...
FIV
Agnès Pinard Legry
Bioéthique : les évêques invitent à quatre ve...
Rachel Molinatti
La vidéo de ce couple d'octogénaires va faire...
COUPLE, LOVE, SMILE
Edifa
Comment faire renaître la flamme de l’amour d...
D'CRUZ FAMILY
Cerith Gardiner
Ensemble, ils ont 1.042 ans : le secret de la...
Rachel Molinatti
Neige à Madrid : il sculpte un immense Christ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement