Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 01 novembre |
Tous les saints
home iconActualités
line break icon

Soudan : Meriam et les siens « retenus » mais pas « arrêtés »...

© AFP PHOTO

SUDAN, Khartoum : In a handout picture obtained from the legal team and taken with a smart phone, Meriam Yahia Ibrahim Ishag (seated C), a Christian Sudanese woman sentenced to hang for apostasy last month, poses for a picture with her husband Daniel Wani, a US citizen originally from South Sudan (L), her newborn baby and the couple's 20-month-old son, one of her lawyers Mohanad Mustafa (R), and other members of the legal team at an undisclosed location in Khartoum on June 23, 2014. The Sudanese convert to Christianity who gave birth in prison after being sentenced to hang on May 15 for apostasy was freed on June 23 but immediately went into hiding, fearing for her life, Mustafa said. AFP PHOTO/HO/ISHAG'S LEGAL TEAM == RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / HO " - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS 

Philippe Oswald - Publié le 25/06/14

Il ne s'agirait pas d'une "arrestation" mais d'une rétention administrative, nuance ! C’est l’assurance donnée hier au département d’Etat américain par le gouvernement soudanais.

25/06/2014

Arrêtée hier matin à l’aéroport de Khartoum par une quarantaine de policiers du Service national de renseignement et de sécurité (NISS)  au lendemain de sa sortie de prison où elle venait d’accoucher, Meriam Yahia Ibrahim Ishag  avait été emmenée avec son époux Daniel Wani et leurs deux bébés Martin et Maya vers une destination inconnue. (cf Aleteia). Succédant à la joie de la libération de cette jeune mère de famille chrétienne condamnée à mort pour  « apostasie », la nouvelle de cette arrestation de toute la famille avait fait l’effet d’une bombe !

Or voici que le département d’Etat américain, par la voix de sa porte-parole Marie Harf, assure que le gouvernement soudanais l’a informé hier soir que la famille n’était pas « arrêtée » mais « temporairement retenue pendant plusieurs heures à l’aéroport pour des questions relatives à leur voyage », rapporte le Parisien . En attendant d’en savoir plus sur les motifs de cette « retenue » (opérée sans aucune retenue et dans le plus grand arbitraire alors que la famille s’apprêtait à quitter le territoire !), retenons que les Etats-Unis assurent agir pour faire sortir du Soudan Meriam avec son mari, citoyen américain, et leurs deux enfants.

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
meriam ishagsoudan
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Agnès Pinard Legry
Reconfinement : plus de messes après la Touss...
Agnès Pinard Legry
Reconfinement : ce que les évêques ont demand...
NIEMOWLĘ
Mathilde de Robien
Ces prénoms féminins qui portent en eux le sc...
NICE
Agnès Pinard Legry
Qui sont les trois victimes de l'attentat de ...
ATTENTAT EGLISE DE NICE
La rédaction d'Aleteia
En images : le récit d'une terrible journée
Mathilde de Robien
L'attestation pour se rendre à la messe de la...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement