Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 28 octobre |
Saint Jude
Aleteia logo
home iconCulture
line break icon

Panis Angelicus : Andrea Bocelli interprète une des plus belles prières sur l’Eucharistie

Gaudium Press - Publié le 22/06/14

Composée pour la fête du Corps du Christ par saint Thomas d’Aquin, écoutez-la magnifiquement interprétée par Andrea Bocelli, sur une musique de César Franck.

Découvrez cette superbe vidéo musicale d’Andrea Bocelli interprétant Panis Angelicus avec le chœur de l’Académie nationale de Santa Cecilia.
Panis Angelicus, paroles de saint Thomas d’Aquin et musique du compositeur César Franck, est une interprétation de quelque chose de plus qu’un concept théologique surgi du puissant génie intellectuel de Thomas d’Aquin, comme de la créativité harmonieuse du compositeur franco-belge.

Il n’est personne qui, l’ayant entendu interpréter par Pavarotti, Placido Domingo, Bocelli ou même la petite Jackie Evancho, puisse nier que cette hymne atteint au sublime. C’est vraiment un chant pour que celui qui le chante, comme ceux qui l’écoutent, se laisse porter un long moment par son propre ange gardien.

Qu’il résonne sous les plus hautes voûtes d’une église gothique ou  à travers les lames acoustiques d’un auditorium moderne d’Occident ou d’Orient, ce chant évoque le plus grand mystère du christianisme authentique, et le plus surnaturel : la transsubstantiation. Il faut que l’âme soit  bien obscurcie,  et endurcie, pour ne pas se laisser toucher par ses paroles et son harmonie.

Tandis que s’ouvrent doucement comme une rose ses notes et les magnifiques paroles en latin, le chant transforme les visages en un mélange indescriptible de gravité et de figé qui confère aux visages hiératiques des expressions pensives, s’envolant vers des paysages extraterrestres. Il suffit d’observer attentivement les visages de l’auditoire dans n’importe quelle salle  de concert ou lieu où  il est chanté, pour se sentir conforté dans le fait que l’éternel existe et que l’homme y aspire. Ce ne sont que quelques minutes d’un encens invisible, sans odeur ni  couleur, comme s’il était fait uniquement  pour être perçu en état de grâce.

Panis Anglelicus est l'une des cinq hymnes eucharistiques  écrites par saint Thomas d'Aquin, telles cinq morceaux de coton doux pour tamponner les cinq plaies de Jésus. Réparation, bien qu’insuffisante, au moins dans une bonne intention, de la part d’une humanité liée par ce grand acte d’amour que fut notre rédemption. Peut-être que si César Franck ne l’avait pas harmonisé dans cette magnifique composition, nous n’aurions pas compris avec tant d’émotion que le Christ est en fait pain des anges, pain du ciel que mangent le serviteur et les humbles.

L’hymne a été composée en 1872, dans une France amère vaincue par les Prussiens et accablée par les atrocités de de la commune de Paris. Il est incroyable que, parmi les décombres fumants d’une période aussi douloureuse pour la fille aînée de l’Eglise, ait surgi un tel chant, composé pour  ténor, orgue, violoncelle, contrebasse et harpe. Voix et instruments de musique d’une civilisation comme il n’y en a jamais eu auparavant sur toute la terre, à l’exception très probablement de celle du Paradis. Et c’est justement par une nostalgie légitime que ces deux chrétiens – un théologien saint et un simple laïc organiste d’église – ont composé hymne et musique à plus de cinq siècles de distance entre les deux, reflet d’une continuité impérissable, encore jusqu’à nos jours.

Panis angelicus
fit panis hominum;
Dat panis coelicus
figuris terminum:
O res mirabilis!
ma
nducat Dominum
Pauper, servus, et humilis.

Te trina Deitas
unaque poscimus:
Sic nos tu visita,
sicut te colimus;
Per tuas semitas
duc nos quo tendimus,
Ad lucem quam inhabitas.
Amen.

Traduction :
Le pain de l’ange
Devient le pain des hommes;
Le pain du ciel met fin
aux figures d’hier:

O, mystère admirable!
il mange son seigneur

Le pauvre, l’esclave et l’humble.
O Déité trine et une

nous t’en supplions,
visite-nous,
tandis que nous t’honorons

Par tes chemins
conduis-nous où nous tendons,
A la lumière que tu habites.
Amen

Article traduit de l'édition hispanophone d'Aleteia par Elisabeth de Lavigne

Tags:
andrea bocellifêtes
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
WEB2-PERE-BRUNO-RAFFARA.jpg
Marthe Taillée
Bruno Raffara, père, grand-père et prêtre
2
BENEDICT XVI
Marzena Devoud
« L’art de bien mourir » selon Benoît XVI
3
THE CHOSEN
Lauriane Vofo Kana
« The Chosen », la série sur Jésus qui cartonne dans le monde ent...
4
couple
Raphaëlle Coquebert
« La chasteté, ça n’est pas se priver de sexe ! »
5
SANDRA SABATTINI
Mathilde de Robien
Les magnifiques intuitions de la nouvelle bienheureuse Sandra Sab...
6
Cap Lihou, Granville
Anne Bernet
Granville : la pêche miraculeuse de Notre-Dame du Cap Lihou
7
FELIX AND ELISABETH LESEUR
Theresa Civantos Barber
Ce couple est la preuve qu’un mariage sans enfants peut être fruc...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement