Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

En Calabre, François loue la beauté de la fraternité et la joie d’être prêtre

DR / CTV
Messe Calabre
Partager

Tels sont les deux points soulignés par le Pape en rencontrant samedi en fin de matinée les prêtres dans la cathédrale de Cassano allo Jonio, après avoir rencontré des prisonniers lors de son déplacement en Calabre, dans le sud de l’Italie.

Ils étaient plus de 250 000 fidèles à être venus à la rencontre du Pape, arrivé en Calabre peu après 9 h samedi matin. Après avoir quitté le Vatican en hélicoptère pour le sud de l’Italie, il a commencé sa visite par une prision de Castrovillari, avant d’aller rencontrer des malades et des personnes âgées  à Cassano all’Jonio. Le Saint Père a déjeuné avec des pauvres et des jeunes d’une communauté thérapeutique avant de célébrer une messe à la Marina de Sibari en fin d’après-midi.

Cette 4ème visite pastorale en Italie se fait sur une terre meurtrie, gangrénée par la corruption, le manque de travail et le crime organisé. En Calabre, le chômage des jeunes de moins de 25 ans bat des records avec plus de 55 %, un terrain propice à la mafia locale. La N’drangheta a tissé sa toile dans la région et s’est infiltrée dans le tissu social, économique et politique. C’est précisément dans la ville de Cassano all’Jonio qu’un enfant de 3 ans, Cocò Campolongo, a été assassiné en janvier dernier puis brûlé dans une voiture aux côtés de son grand-père, dans le cadre d’un règlement de compte mafieux. Un crime fermement condamné par le Saint-Père qui avait appelé les assassins à se convertir. La lutte contre le crime organisé est l’une des préoccupations majeures du Pape. "Que jamais plus un enfant ne doive subir ces souffrances ", a lancé le Pape en rencontrant la famille de l’enfant. En mars dernier, le Saint-Père avait participé à une veillée de prière à Rome en mémoire des victimes italiennes de la mafia. Et c’est à un évêque italien, Mgr Giancarlo Maria Bregantini, connu pour ses prises de positions contre la mafia calabraise, qu’il avait confié les méditations du chemin de Croix du Vendredi Saint, au Colisée.

Le Seigneur est un maître de la réinsertion
Lors de sa visite dans une prison de Castrovillari, le Pape a rappelé que « l’exécution de la peine ne doit pas être dégradée à un unique instrument de punition et de rétorsion sociale, à la fois nocif pour l’individu et pour la société. » Le Pape a ainsi souligné le « thème du respect des droits fondamentaux de l’homme et l’exigence d’adapter en conséquence les conditions d’exécution de la peine ». Pour le Souverain Pontife, cet aspect de la politique pénitentiaire est « essentiel » et l’attention qu’il faut lui porter « doit toujours rester élevé ».  « Mais cette perspective n’est pas encore suffisante, a encore affirmé le Pape, si elle n’est pas accompagnée et complétée par un engagement concret des institutions pour une réinsertion effective dans la société ». Et ce parcours n’est pas seulement humain, mais dans ce cheminement entre aussi « la rencontre avec Dieu », a lancé François aux détenus : « la capacité de nous laisser regarder par Dieu qui nous aime, qui est capable de nous comprendre et de pardonner nos erreurs ». « Le Seigneur est un maître de la réinsertion : il nous prend par la main et nous ramène dans la communauté sociale ». Car « toujours Il pardonne, accompagne, comprend : à nous de nous laisser comprendre, pardonner et accompagner ».

La beauté de la fraternité et la joie d’être prêtre
Face aux prêtres rencontrés samedi en fin de matinée vdans la cathédrale de Cassano allo Jonio, François s’est réjoui de ce qu’il y a « de plus beau » dans le sacerdoce : la « surprise toujours renouvelée d’être appelé par le Seigneur Jésus. Appelé à Le suivre, à Le porter aux autres, avec Sa parole et Son pardon ». « Le regard de Jésus, a poursuivi le Pape, nous renouvelle et nous réanime ». Mais cette joie ne vient pas sans un bémol : « il n’est parfois pas facile de rester devant le Seigneur, car nous sommes pris par tant de choses, tant de personnes »,

Pages: 1 2 3

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]