Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 06 août |
Transfiguration du Seigneur
home iconÉglise
line break icon

Anne-Marie Pelletier, prix Ratzinger 2014 : « une reconnaissance et une confiance faite aux femmes »

Aleteia

Radio Vatican - Publié le 20/06/14

La bibliste française Anne-Marie Pelletier remporte le prix Ratzinger 2014, devenant ainsi la première femme lauréate de ce prestigieux prix de théologie, qu’elle partage avec le père Waldemar Chrostowski, prêtre polonais. Entretien.

Mère de trois enfants, agrégée de Lettres Modernes, docteur en Sciences des religions, Anne-Marie Pelletier, outre son travail d’exégèse, s’est également illustré ces dernières années pour sa réflexion sur le rôle et la place des femmes dans l’Eglise et dans le christianisme. Jointe par téléphone par Radio Vatican, Anne-Marie Pelletier a réagià cette récompense, et évoqué ses thèmes de recherche : " je dirais que c’est un grand étonnement, une grande surprise, avec bien sûr de la gratitude. Mais je me dis que tellement d’autres, et en particulier tellement d’autres femmes auraient d’autres titres à faire valoir que moi. Alors je me dis « pourquoi moi ? ». J’ai une grande admiration pour ce que vivent les femmes d’une façon générale, et dans l’Église en particulier. Et c’est pour ça que recevant cette distinction, je pense aux autres et j’étends l’honneur qui m’est fait aux autres femmes dans l’Église."

En vous conférant ce prix, la fondation Ratzinger a voulu saluer de manière particulière vos travaux sur le rôle et la place de la femme dans l’Église et dans le christianisme. Est-ce que par rapport à cette thématique très sensible et très importante, vous avez pu noter une évolution des mentalités au cours de ces dernières années ?
Anne-Marie Pelletier : Ma réponse est résolument positive. Alors, je sais bien que beaucoup d’autres femmes et moi quelques fois, ont le sentiment de certains piétinements, parfois même de reculs. Mais je crois qu’il faut être attentif à ce qui se passe au fil des années, et qui fait que les femmes sont tout de même de plus en plus reconnues dans l’Église et de ce qu’elles font. Du coup, elles reçoivent des responsabilités qui n’étaient pas pensables il y a encore quelques décennies. On peut considérer que tout cela est insuffisant et je serai assez prête, dans certains cas, à le reconnaître. Mais moi j’ai tendance à vivre dans la confiance et à prôner en la matière une certaine patience en appuyant justement sur tout ce qui, positivement, se met en place depuis le Pape Jean-Paul II en particulier, confirmé par le Pape Benoît XVI et aujourd’hui par le Pape François.

Vous parlez donc d’une évolution positive en général. Pouvez-vous me donner des exemples ?
Anne-Marie Pelletier : Tout simplement si je me réfère à mon lieu d’enseignement : les femmes enseignent aujourd’hui. Et des femmes enseignent à des séminaristes. Donc, elles contribuent à la formation de ce qui sera le clergé de demain. Des femmes sont chercheuses en théologie et là aussi, elles apportent une contribution, me semble-t-il, importante parce qu’on ne pense pas exactement de la même manière quand on est homme et quand on est femme. On fait la même théologie mais en même temps, une théologie un petit peu différente. Et puis, je constate, dans l’Église de France, par exemple, dans l’espace de ces derniers jours, je vois des femmes qui sont nommées à des postes importants. Tout récemment, l’amitié judéo-chrétienne vient d’être confiée à Jacqueline Cuche, qui remplace un prêtre. Alors, il ne s’agit pas de prendre la place les uns des autres. Je ne suis pas du tout dans cette logique de pouvoir et même de redistribution des places. Mais je crois que ça veut dire quelque chose, de l’ordre d’une reconnaissance et d’une confiance qui est faite aux femmes.

L’été dernier, dans l’avion qui le ramenait de Rio à Rome, le Pape François avait exprimé le souhait que les femmes aient un rôle plus décisif dans l’Église. Comment interprétez-vous cette déclaration ?
Anne-Marie Pelletier : J’ai reçu, là aussi bien sûr avec gratitude, ces mots du Pape François qui me semblent intéressants d’autant plus que nous ne partons pas de rien. Le texte Mulieris dignitatem, à la fin du siècle dernier, a marqué une date importante. Donc, une évolution s’est amorcée. En même temps, le Pape François arrive et il semble toujours remettre à plat d’une certaine manière et nous dire « il y a un chantier à ouvrir ». Ce qui veut dire que des choses ont été faites mais il en reste encore beaucoup à faire. Cette place décisive pour moi, telle que je la comprends en lisant le Pape François, justement, ce n’est pas simplement une question de poste hiérarchique, de reconnaissance institutionnelle. Alors, il y a certainement de cela, mais il y a aussi dans mon esprit et je pense être à peu près fidèle à ce que lui-même nous dit, il y a la nécessité que nous arrivions à penser une ecclésiologie intégrale où les femmes aient leur place plénière et jouent le rôle de signe de ce qu’est la vie chrétienne dans sa réalité la plus fondamentale, de ce qu’est la vie baptismale. Elles n’ont pas de sacerdoce ministériel, elles ne l’auront pas. Mais du coup, elles deviennent, je crois, les témoins de ce trait fondamental qui est la grâce de la vie chrétienne et dont elles ont la plénitude. Elles doivent rappeler à tous dans l’Église, y compris à ceux qui ont donc des responsabilités hiérarchiques, que c’est ça au fond le centre de gravité de la foi chrétienne et de la vie chrétienne.

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
I.Media
La mise en garde du pape François contre la « tentation idolâtre ...
2
Caroline Becker
Les cierges de Notre-Dame de Paris brûlaient-ils toujours au lend...
3
Jeanne et Jean Bodet - Bébé Cotignac
Lauriane Vofo Kana
Meurtris par quatre fausses couches, ils accueillent leur « bébé ...
4
PADRE PIO
Bret Thoman, OFS
La réaction de Padre Pio face aux évènements tragiques
5
Mathilde de Robien
Exercices pratiques pour raviver la flamme dans son couple
6
WEB2-RELIQUES-SAINTE THERESE-GODONG-FR283184B
Mgr Jacques Perrier
Vénérer des reliques, est-ce bien chrétien ?
7
Mathilde de Robien
Marine et Foucauld, leur voyage de noces hors du commun
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement