Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 29 septembre |
Saint Gabriel
home iconÉglise
line break icon

Prière pour la paix : « dans les jardins pontificaux, les religions ne sont pas venues pour prier ensemble »

aleteia ar

Radio Vatican - Cahiers Libres - Publié le 19/06/14

Le verset coranique improvisé par un imam, lors de la prière pour la paix au Vatican, fait beaucoup parler. Voici l'avis du père Felix Körner, sj, professeur de dogmatique et de théologie des religions à l’Université pontificale grégorienne.

Un événement en marge de la prière pour la paix dans les jardins du Vatican, en présence des présidents d’Israël et de Palestine, crée après coup quelque agitation. En ce dimanche de Pentecôte, ces deux personnalités, venant de nations hostiles l’une envers l’autre, ont répondu à l’invitation du Pape François ; les prières se sont élevées l’une après l’autre, tout d’abord juive, puis chrétienne, et enfin musulmane. Un imam, membre de la délégation musulmane, récita – sans que cela soit programmé – en arabe les trois derniers versets de la deuxième sourate du Coran. En voici les dernières phrases retranscrites en français [via l’allemand, ndt (1)] : “Pardonne-nous (Allah), pardonne-nous et prends pitié de nous! Tu es notre maitre et notre protecteur. Soutiens-nous contre le peuple des incroyants (2) ! ”

Ces ultimes versets ont été perçus par certains observateurs comme une agression contre les deux autres religions, comme “une offense sur un sol chrétien”. Comment expliquer cette position ? C’est ce que Gudrun Sailer [rédactrice à Radio Vatican, ndt] a demandé au père Felix Körner, sj, spécialiste de l’islam, professeur à l’Université pontificale grégorienne de Rome. (La traduction de cette interview a été faite par Les Cahiers Libres, partenaires d’Aleteia.)

P. Félix Körner : “Un musulman comprend toujours le Coran comme les premiers croyants l’ont entendu. En l’occurrence, nous devons nous projeter aux premières heures de l’islam, nous sommes peut-être encore à La Mecque ou à Médine, dans les premières années. L’islam n’était alors qu’un petit groupe se sentant, à juste titre, pourchassé par les tribus polythéistes et païennes, qui souhaitent se débarrasser de Mahomet et ses compagnons. Incroyant désigne dans ce cas les gens qui ne reconnaissent pas le Dieu unique. Donc quand ce verset coranique parle des incroyants contre lesquels on demande l’aide divine, ce ne sont donc clairement pas les Juifs ni les Chrétiens qui sont visés, puisqu’ils reconnaissent l’unité de Dieu!”

“Soutiens-nous contre le peuple des incroyants!” Si nous lisons ces mots avec le regard d’un chrétien ou d’un juif d’aujourd’hui, dans le cadre d’une rencontre autour de la paix, nous aurons culturellement tendance à le comprendre comme un appel à la mission ou à la conquête. Est-ce là une incompréhension de notre part ?
P. F.K.:  Ce verset, peut-être choisi spontanément par quelqu’un qui récitait le Coran par cœur, convenait en fait parfaitement au contexte de la prière pour la paix! Il y a trois dimensions communes à ces trois religions. Nous reconnaissons le Créateur et le prions, nous reconnaissons nos fautes et les confessons, et nous prions pour le don de la paix. Et tout ceci apparait magnifiquement dans ce verset du Coran. Tout t’appartient, ô Dieu. Nous reconnaissons nos pêchés et implorons ton pardon. Et nous demandons ton aide pour que la paix et la justice viennent. C’est le message de ces trois versets, et c’est pourquoi c’était un choix très pertinent – peut-être spontané, mais quoi qu’il en soit bien choisi.

Tous les éléments de la prière pour la paix et des allocutions avaient été discutés entre les trois parties. Mais pas cette “sortie” de l’imam, qui était spontanée. Pensez-vous que la récitation aurait reçu bon accueil de la part des juifs et des chrétiens, si elle avait été approuvée auparavant ?
P. F.K.:  J’ai vécu un événement révélateur à la Grégorienne. J’avais demandé à un exégète coranique, une personne tout à fait raisonnable, réfléchie et tempérée, de faire une conférence sur le Coran et il me demanda s’il pouvait réciter les versets coraniques dont il parlait, voire en exposer la mélodie et les psalmodier. J’acceptais et je remarquais ensuite qu’une certaine agitation apparaissait dans le public : si le Coran est aussi exposé dans sa beauté mélodique en arabe avant d’être traduit, cela peut déclencher, chez les chrétiens comme chez les musulmans, un certain trouble, voire une agitation. Il se pourrait alors que le problème exposé précédemment soit justement que le Coran ainsi psalmodié est exposé sous son aspect mélodieux. Cela a un charme particulier, chargé même d’une intensité religieuse, que certaines personnes peuvent considérer comme injustifié ou déplacé dans cette rencontre.

  • 1
  • 2
Tags:
imamVatican
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Caroline Moulinet
Ce geste tout simple à faire lorsque tout va de travers
2
Anna Ashkova
Prière à saint Côme et saint Damien pour demander une guérison
3
WEB2-AD LIMINA-VISIT-AFP-000_9MK7MX.jpg
Agnès Pinard Legry
Ce qu’a dit le pape François aux évêques français
4
MATTHEW CARAVAGGIO
Abbé Gaëtan de Bodard
Comment le Seigneur veut la première place dans nos vies
5
Anne Bernet
Entre Vincent de Paul et Catherine Labouré, une amitié d’éternité
6
Bérengère de Portzamparc
À Lyon Mgr de Germay reçoit le pallium et met le cap sur la missi...
7
Cecilia Pigg
Les astuces des grands saints pour bien dormir
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement