Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 27 janvier |
Sainte Angèle Merici
home iconActualités
line break icon

Chine : «Jamais vous ne ferez de moi un esclave » déclare le cardinal Zen

Charles Mok / Flickr CC

Eglises d'Asie - Publié le 13/06/14

L’évêque émérite de Hongkong défie le pouvoir central communiste en appelant les Hongkongais à prendre en main leurs institutions.

13/06/2014

De l’agence d’information des Missions Etrangères de Paris, Eglises d’Asie.

Hier, 12 juin, au micro d’une radio de Hongkong diffusée sur Internet, le cardinal Zen Ze-kiun, évêque émérite de Hongkong, a critiqué en des termes très vifs les autorités centrales chinoises pour avoir publié un Livre blanc réaffirmant le contrôle total de Pékin sur la Région administrative spéciale de Hongkong.

« Vous (le gouvernement communiste), vous pouvez me ligoter, m’enlever ou me décapiter, mais jamais vous ne ferez de moi un esclave », a affirmé le cardinal, enjoignant les Hongkongais « à ne pas succomber à la fatalité mais au contraire à défendre leur dignité propre ».

« Si vous vous inclinez, si vous mettez un genou à terre, alors tout sera fini », a-t-il déclaré, dans une mise en garde destinée à convaincre les Hongkongais de défendre la lettre et l’esprit de la formule ‘Un pays, deux systèmes’ qui sert à définir le particularisme de l’ancienne colonie britannique retournée en 1997 sous le drapeau chinois.

La publication, ce 10 juin, par le gouvernement chinois d’un ‘Livre blanc’ intitulé « Application de la politique ‘Un pays, deux systèmes’ dans la Région administrative spéciale de Hongkong », a mis la société civile hongkongaise en ébullition. On peut en effet lire dans ce document de soixante pages que « le haut degré d’autonomie dont jouit Hongkong » n’équivaut pas à « la pleine autonomie », ni à « un pouvoir décentralisé », mais est « sujet à autorisation de la part du gouvernement central ». Un peu plus loin, il est écrit que la Région administrative spéciale de Hongkong « ne jouit en rien d’un ‘pouvoir résiduel’ ».

De plus, là où les Hongkongais se plaisent à souligner qu’une des forces de leur territoire réside dans l’indépendance de son système juridique, le Livre blanc place les juges au rang des « administrateurs » que sont le chef de l’exécutif et la haute administration, toutes ces personnes étant tenues d’avoir « l’amour de la patrie » comme « prérequis politique de base ». Une telle formulation ne laisse pas d’inquiéter les Hongkongais, les juristes notamment, étant entendu que, dans le système politique chinois, « l’amour de la Patrie » n’est pas séparable de « la fidélité au Parti ».

Bien que cela ne soit pas la première fois que la Chine exprime de telles vues, le moment où ce Livre blanc est publié ainsi que le choix de l’organe qui le publie (le Conseil pour les affaires d’Etat, c’est-à-dire le gouvernement central) indiquent que Pékin est déterminé à imprimer sa marque sur la vie politique hongkongaise.

Depuis des semaines, les milieux pro-démocratie mènent un débat intense pour que la promesse inscrite dans la Loi fondamentale, le texte qui fait office de Constitution à Hongkong, soit respectée, à savoir l’instauration pleine et entière du suffrage universel en 2017. A l’heure actuelle, seule une moitié des députés du Legco, le Parlement local, sont élus au suffrage universel et la procédure de nomination du chef de l’exécutif par un corps de 1 200 grands électeurs laisse le champ libre à Pékin pour choisir le dirigeant de la Région administrative spéciale.

Un mouvement de désobéissance civile, appelé « Occupy Central » (du nom du quartier d’affaires de Hongkong), menace de bloquer le centre-ville en juillet au cas où aucun élément de démocratie ne serait introduit dans cette procédure de désignation du chef de l’exécutif.

Du 20 au 22 juin, Occupy Central organisera un référendum non officiel, appelant les Hongkongais à se prononcer pour l’une des trois formules que les militants pro-démocratie ont préparées. En réponse, les éléments prochinois de Hongkong ont mis en garde contre le risque de « chaos » que faisait peser ce référendum fictif ; ils n’ont pas hésité à agiter le spectre d’une intervention militaire chinoise (une caserne de l’Armée populaire de libération jouxte le quartier de Central).

  • 1
  • 2
Tags:
cardinauxchinehongkong
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
jeunesse et covid
Jeanne Larghero
Face au coronavirus, jouer la sécurité ou tenter le risque ?
2
clocher-peigne
Caroline Becker
Vous aussi, vous avez un clocher-peigne près de chez vous ?
3
Tzachi Lang, Israel Antiquities Authority
John Burger
Une pierre portant l'inscription "Christ, né de de Marie" retrouv...
4
PRIEST,ROMAN,COLLAR
Agnès Pinard Legry
Comment savoir si un prêtre… est vraiment prêtre ?
5
Domitille Farret d'Astiès
Faustine et Bérénice partent à pied vers Jérusalem sans un sou en...
6
WEB2-Rene-Regalado-diocese-of-malaybalay.jpg
Agnès Pinard Legry
Philippines : le père René Regalado abattu de plusieurs balles da...
7
étudiante
Marzena Devoud
Le kit de survie spirituelle des étudiants confinés
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement