Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Japon : l’Eglise catholique appelle toujours à sortir du nucléaire

© JAPAN POOL / JIJI PRESS / AFP
Partager

Le 6 juin, le pape François a reçu le Premier ministre japonais Abe Shinzo pour une visite qui témoigne des bonnes relations qu’entretiennent le Saint-Siège et le Japon.

L’évêque de Niigata, Mgr Kikuchi Isao, avait récemment rappelé dans un entretien avec le site d’information spécialisé sur le Saint-Siège et l’Eglise Vatican Insider, que l’Eglise du Japon était résolument opposée au projet gouvernemental de remise en marche du parc des réacteurs nucléaires japonais. « Nous demandons au Premier ministre Abe de renoncer à l’énergie nucléaire », avait-il déclaré.
Dans un pays où les catholiques ne représentent guère plus de 0,5 % de la population, les évêques japonais n’ont jamais hésité à prendre position sur différents sujets d’intérêt général. Après la catastrophe de Fukushima de mars 2011, ils avaient, à l’issue de leur assemblée plénière de novembre 2011, rendu public un document intitulé : « Mettre fin à l’énergie nucléaire aujourd’hui ».
Cet appel s’inscrivait à la suite de la parution d’un document de 2001 où l’on pouvait lire la préconisation suivante : « Pour éviter une tragédie, nous devons développer des moyens alternatifs sûrs de produire de l’énergie. » Et, avant cela, en 1999, la Commission ‘Justice et Paix’ de l’épiscopat se prononçait pour un abandon du nucléaire comme moyen de produire de l’électricité.
La préconisation des évêques japonais de renoncer au nucléaire remonte donc à de nombreuses années. Plus qu’un simple abandon de cette source d’énergie pour des raisons de sûreté, l’épiscopat appelle de ses vœux un changement de paradigme économique. Là où les responsables du pays, qu’ils soient politiques ou économiques, mettent en avant la croissance de la richesse économique comme objectif, l’Eglise souhaite que les Japonais « changent de style de vie ».
« Si nous persistons à préserver notre style de vie actuel, qui suppose un niveau très élevé de consommation d’énergie, promouvoir des sources d’énergie alternatives [au nucléaire] me semble bien hypocrite, explique Mgr Kikuchi au Vatican Insider. Chaque personne doit être vraiment prête à renoncer volontairement à quelque chose pour le bien commun de l’humanité, de ses enfants et de toutes les créatures que Dieu a faites. »

L’évêque ne cache pas que la position de l’épiscopat sur ce sujet n’est pas forcément comprise par les catholiques japonais eux-mêmes. Certains d’entre eux « semblent apprécier la décision du gouvernement [de relancer une partie du parc nucléaire] car ils pensent que cela leur permettra de conserver leur style de vie ; ils ont peur de perdre quelque chose », précise-t-il, en reconnaissant que la question n’est pas seulement technique (le choix de telle ou telle source d’énergie pour produire de l’électricité) mais « touche chacun de nous en profondeur ». Aujourd’hui, ajoute-t-il, la nation japonaise « est appelée à faire un vrai examen de conscience afin de décider des orientations qui fixeront son avenir ».

Après la catastrophe de Fukushima, en mars 2011, le gouvernement du Premier ministre Kan Naoto avait pris des mesures ordonnant, pour des raisons techniques et des études de sûreté, l’arrêt de la cinquantaine de réacteurs qui composaient alors le parc nucléaire du pays. Son successeur, Abe Shinzo, au pouvoir depuis un an et demi, s’est au contraire attelé à redéfinir la politique énergétique du Japon en revenant sur cette décision de mise en sommeil progressive des centrales nucléaires. En février dernier, après des mois de négociations avec les sceptiques de sa formation, le Parti libéral-démocrate, et son allié, le Nouveau Komeito, un Plan de base pour l’énergie a été rédigé ; le nucléaire y est présenté « comme une source importante d’électricité » pour le long terme et la réactivation d’une douzaine de réacteurs annoncée comme souhaitable à court terme.

Pages: 1 2

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]