Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 20 janvier |
Saint Fabien
home iconActualités
line break icon

Chine/Saint-Siège : Pékin souhaiterait renouer le dialogue

Eglises d'Asie

Eglises d'Asie - Publié le 12/06/14

Le président de l’Association patriotique des catholiques chinois -sous contrôle du pouvoir- lance un « ballon d’essai » en faveur d’une reprise des relations avec Rome, interrompues depuis les ordinations épiscopales illicites de 2010.

12/06/2014

(Légende photo : Les drapeaux de la République populaire de Chine et du Saint-Siège réunis sur un pin’s.)

De l’agence d’information des Missions Etrangères de Paris, Eglises d’Asie :

C’est un article du South China Morning Post, quotidien anglophone de Hongkong, qui l’affirme : Pékin et le Vatican se préparent à reprendre un dialogue interrompu depuis 2010. A l’appui de cette affirmation, le journal cite notamment le président, au plan national, de l’Association patriotique des catholiques chinois, Mgr Fang Xingyao : « Ma compréhension des choses est que la Chine espère nouer des relations diplomatiques avec le Vatican et nombreux sont ceux au Vatican qui partagent ce point de vue. Le moment est venu de le faire ; nous ne devrions pas le laisser passer. »

Dans cet article daté du 8 juin dernier, l’évêque « officiel » de Linyi (Shandong) exprime l’idée que la meilleure manière de régler l’épineux problème du mode de désignation des évêques de l’Eglise en Chine est d’établir des relations diplomatiques entre la Chine et le Saint-Siège, afin, sous-entend-il, de disposer d’une base stable de dialogue.
Le journal rappelle que, du point de vue du Saint-Siège, le préalable à une reprise des relations diplomatiques est que Pékin s’engage à ne plus faire procéder de manière unilatérale à des nominations d’évêques. Mais l’auteur de l’article cite « une personne proche du Saint-Siège » qui estime que « l’atmosphère est désormais plutôt positive au sein des deux parties pour redémarrer sans délai un dialogue ». Le Vatican n’attend plus que Pékin confirme la date et le lieu où se tiendront les pourparlers, affirme encore cette source, tandis qu’une autre, « proche de l’Eglise de Hongkong », avance que la rencontre pourrait avoir lieu d’ici la fin de cette année.

Si ces affirmations s’avéraient, ces pourparlers entre le Saint-Siège et la Chine seraient les premiers depuis octobre 2010, date où des ordinations épiscopales menées unilatéralement par Pékin sans l’assentiment du pape avaient gelé tout processus de négociation. Depuis, les relations ne se sont pas améliorées, le placement en résidence surveillée de Mgr Ma Daqin, évêque de Shanghai, en juillet 2012, ayant encore dégradé la situation.

Quel élément nouveau justifierait donc l’optimisme dont font preuve à la fois Mgr Fang Xingyao, personnalité très impliquée dans les structures « officielles » de l’Eglise (1), et ces personnes « proches de l’Eglise » citées par le quotidien hongkongais ? A n’en pas douter, si ‘le dossier chinois’ a été considéré comme une priorité par le Vatican tout au long des pontificats de Jean Paul II et Benoît XVI, l’élection du pape François est un facteur de renouveau. En mars dernier, le pape a révélé qu’il avait écrit au président chinois Xi Jinping dès l’accession de celui-ci aux plus hautes fonctions à la tête de la République populaire de Chine et que le dirigeant chinois lui avait répondu. Rien n’a filtré du contenu de cet échange épistolaire mais la seule mention de son existence par le pape indiquait que Rome appelait de ses vœux un approfondissement de la relation.

Le South China Morning Post écrit que « le pape François, dont les qualités de grand communicateur ne craignant pas de se saisir des questions épineuses sont appréciées, suscite l’espoir de le voir en capacité de faire progresser la relation [sino-vaticane] ». Le journal anglophone ne le rappelle pas, mais, en mars dernier, le quotidien français La Croix avait révélé que « des discussions en coulisse [étaient] déjà bien avancées », discussions qui pourraient « déboucher sur un geste diplomatique et culturel majeur de la part de Pékin et du Saint-Siège ».

  • 1
  • 2
Tags:
chine
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
young woman park
Edifa
La méthode de saint Ignace pour discerner les signes de Dieu
2
PAPIEŻ FRANCISZEK
Gelsomino Del Guercio
Le jour où le pape François a surpris tout le monde en demandant ...
3
ROSES
Marzena Devoud
Oubliez les nains, mettez des saints dans votre jardin avec ces v...
4
WEB2-STATUE-VIERGE-ISERE-GOOGLE-STREET-VIEW.jpg
Agnès Pinard Legry
Isère : une statue de la Vierge n’a plus droit de séjour dans l’é...
5
Agnès Pinard Legry
Marlène Schiappa : des propos qui font bondir
6
SAMUEL ELI
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Allô, Samuel ? Comment Dieu nous appelle enco...
7
Cerith Gardiner
Écoutez cette famille irlandaise et vous aurez forcément envie de...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement