Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pollution marine : un « entonnoir géant » pour récolter les déchets de l’océan

Partager

Cette idée révolutionnaire d’un jeune hollandais de 19 ans vient d’être approuvée par un comité d'experts scientifiques.

« The Ocean Cleanup », tel est le nom de la fondation de Boyan Slat, un jeune hollandais qui a décidé de prendre en mains le destin des océans, empoisonnés par des déchets en plastique de toutes sortes, sans parler des lourds dommages subis par les oiseaux, les poissons et mammifères marins, qui s’en nourrissent.   

La solution proposée par Boyan Slat permettrait de débarrasser les océans de la moitié des 340 millions de tonnes de déchets plastiques qui les polluent actuellement, en l’espace de dix ans. Ce projet, qui n’était à l’origine qu’un projet de sciences de lycée, s’est concrétisé avec ses études d’ingénieur, pour prendre rapidement une dimension internationale et se transformer en fondation un an plus tard, en février 2013.
 
 Dans une interview accordée au site Le Matin, le jeune homme explique que « dans les méthodes de nettoyage traditionnelles, on utilise des bateaux équipés de filets pour récolter les déchets. Mais le plastique ne reste jamais au même endroit. Il se déplace, et c’est un problème car il faut se déplacer avec lui. C’est pourquoi j’ai décidé de me servir des courants et des vents pour amener le plastique à moi ».
 
« Il existe des gyres océaniques*, poursuit-il, où la pollution plastique est concentrée. J’ai donc pensé à y installer des bouées disposées en V, attachées au fond de l’océan. Ce dispositif attrape et ramène passivement les déchets vers le centre, tout en permettant à la faune marine de passer librement par-dessous. Au milieu de ce V, là où tous les déchets sont concentrés, une plate-forme alimentée à l’énergie solaire récolte les plastiques ».
 
Le projet est viable, un rapport rendu par des experts scientifiques le 3 juin dernier le confirme. Cependant, la fondation doit récolter 2 millions de dollars en cent jours pour construire une plate-forme pilote qui puisse être totalement opérationnelle dans les trois à quatre prochaines années. Une récole de fonds à été lancée sur le site, qui comptabilise à ce jour 224 000 dollars de dons. La fondation est constituée d’une équipe de plus de cent personnes, et bénéficie de l’aide de 17 entreprises. En 2013, Boyan Slat a fait son entrée dans la liste des 250 jeunes entrepreneurs les plus prometteurs du monde.
 
*Gyres océaniques : gigantesques tourbillons d’eau océanique formés d’un ensemble de courants marins

ST

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]