Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 23 janvier |
Saint Alphonse de Tolède
home iconActualités
line break icon

Inde: la naissance du 29e Etat ne fait pas l’unanimité

© NOAH SEELAM / AFP

INDIA, Hyderabad : Indian supporters of Telangana hold flags and shout slogans to celebrate India's 29th state, Telangana, in Hyderabad early on June 2, 2014. India's 29th state, Telangana, was created by the split of Andhra Pradesh in the south after a decades-old separatist campaign, with Telangana Rashtra Samiti (TRS) president K Chandrasekhar Rao scheduled to assume office as first chief minister, sources said. AFP PHOTO / Noah SEELAM

Solène Tadié - Eglises d'Asie - Publié le 10/06/14

Le nouvel Etat de Telangana, qui a vu le jour le 2 juin dernier après près de 60 ans de rudes dissensions, soulève de nouvelles problématiques pour les populations locales.

La soirée de réjouissances du 2 juin dernier à laquelle ont assisté les habitants du nouvel Etat de Telangana mettait fin à un interminable conflit séparatiste qui avait débuté dans les années 50.  Cérémonie et feu d’artifice au programme, la célébration avait tout d’un événement largement rassembleur. Sur Twitter, le nouveau Premier ministre Narendra Modi, élu le 17 mai dernier (cf. Aleteia), se félicitait de la création de ce nouvel état et assurait le peuple et le gouvernement de Telangana de tout soutien. La nouvelle partition ne suscite toutefois pas le même engouement dans toute la population.

Une problématique économique
Le nouvel Etat naît de la scission entre le Telangana et l‘Andhra Pradesh. Le Telangara est situé dans l’une des zones les plus défavorisées, et les plus arides de toute la région. Dans les années 50, lorsque la campagne séparatiste avait débuté, les Télougous (qui sont à l’origine du nom du nouvel état) déploraient la négligence des autorités gouvernementales, qu’ils accusaient d’exploiter les ressources naturelles de la région sans s’inquiéter du fait que cette dernière était moins développée que la région côtière. 

Hyderabad, où sont installés la plupart des grands groupes de haute technologie, et où le revenu par habitant est nettement plus élevé que dans les zones rurales, demeurera pour dix ans la capitale des deux Etats. A l’issue de cette période d’adaptation, le ville devrait devenir officiellement la capitale du Telangana, ce qui constituerait une très grave perte pour l’Etat d’Andhra Pradesh, au niveau économique, financier, et humain, comme le souligne un récent article paru sur Eglises d’Asie. Beaucoup craignent ainsi qu’au lieu de contribuer au développement du Telangana, cette scission n’entraîne l’effondrement économique des deux états.   

La question du barrage de Khammam
Ce problème de partition abrite une autre forte controverse, qui est celle du projet d’installation d’un grand barrage dans le district de Khammam – situé sur le fleuve Godavari – qui, comme le rapporte encore Eglises d’Asie, permettrait « d’irriguer les terres cultivables des deux Etats, de fournir de l’eau potable à plus de 500 villages et de produire 960 mégawatts d’électricité ».

En effet, une telle construction entraînerait le déplacement de plus de 200 000 personnes et la disparition de 300 villages. Le gouvernement central vient d’approuver le projet de manière définitive et prévoit de le financer à 90%. Si certains y voient une grande chance de développement économique pour toute la région, d’autres – à commencer par les populations tribales – dénoncent un exil forcé et la perte de leur unique source de revenu, à savoir les ressources naturelles concentrées dans les forêts, qui seront inondées lorsque le barrage sera actif. 

Outre ces considérations économiques et géographiques, de nombreuses voix en Inde ont exprimé leur réserve quant à la création de ce nouvel état, présageant l’apparition d’autres campagnes séparatistes à travers le pays. 

Tags:
inde
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
WEB2-Farah Shaheen-ACN
Agnès Pinard Legry
Pakistan : Farah, chrétienne de 12 ans, enlevée, violée et réduit...
2
Cerith Gardiner
Mariée pendant la pandémie, elle choisit ses grands-mères comme d...
3
Domitille Farret d'Astiès
Le dernier compagnon de Padre Pio est décédé
4
Agnès Pinard Legry
Bioéthique : le texte qui arrive au Sénat a bien changé
5
web2-mgr-chauvet-afp-000_1hh3qc.jpg
Caroline Becker
Mgr Chauvet : "Face au drame de Notre-Dame, le Seigneur m'apprend...
6
I.Media
10 ans après son ralliement à l'Église catholique, un ancien évêq...
7
Domitille Farret d'Astiès
Sans-abri, "Neneuil" a eu une fin de vie royale
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement