Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pollution : les déchets plastiques, un 7ème continent !

Cesar Harada / Flickr CC
Partager

Une expédition scientifique part à la recherche d’un « continent de déchets plastiques » qui dérive dans l’Océan. Et le trouve…

06/06/2014

Neuf scientifiques sur un voilier affrontent le grand large. Parmi eux des biologistes, un caméraman, une chimiste… Le tableau ressemble aux grandes expéditions scientifiques du XIXe siècle, qui inspirèrent Jules Verne, mais l’objet de leur recherche manque de romantisme : ils tentent d’atteindre une étendue de déchets flottants grande comme six fois la France. Malgré une tempête qui leur fait perdre un mat, ils sont parvenus au « Gyre » de l’Atlantique, un vaste courant tournant qui concentre les matières flottantes. Ils y trouvent des casques de chantier, des bottes et des bouteilles. Mais selon le rapport remis à la presse « ce n’est pas ce qui était visible à l’œil nu qui était le plus impressionnant à l’intérieur et autour de la zone du gyre. C’est ce que nous avons trouvé juste sous la surface, visible seulement si on s’approche de près : des particules de plastique sous forme de paillettes très petites en quantité très importante. Nous naviguions sur un océan de plastique invisible à l’œil nu ! »

Or la faune marine confond souvent ces micros déchets avec du plancton, et l’on retrouve des tortues et des oiseaux morts de faim parce qu’ils avaient l’estomac remplit de matières plastiques. Ils transportent aussi des toxines comme le DDT ou le PCB, dont l’impact demeure mal connu.

« Comme cette pollution se concentre au cœur des eaux internationales, personne ne se sent contraint d’aller dépolluer, regrette le chef d’expédition Patrick Deixonne dans Le Parisien. Mais dans vingt ans, si aucune action n’est entreprise, le septième continent sera aussi grand que l’Europe. »

Voici une vidéo de simulation de la dispersion des déchets qui arrivent de la Seine et se déversent dans l’océan Atlantique réalisée par Mercator – Initialisation Manche-Gascogne :


 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]