Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 19 avril |
Saint Léon IX
home iconActualités
line break icon

Le roi d’Espagne Juan Carlos annonce son abdication

AP Photo

Radio Vatican - Publié le 03/06/14

Le roi d'Espagne Juan Carlos a annoncé lundi à la surprise générale qu'il abdiquait au profit de son fils, le prince Felipe.

03/06/14

Le roi d’Espagne Juan Carlos, affaibli par des ennuis de santé et à la popularité ternie par les scandales, a annoncé lundi à la surprise générale qu’il abdiquait au profit de son fils, le prince Felipe, lui laissant la lourde tâche d’impulser le « renouveau » d’une monarchie discréditée.

Le prince des Asturies, âgé de 46 ans, doit devenir le prochain roi d’Espagne sous le nom de Felipe VI. Aujourd’hui épargné par la chute de popularité qui touche son père, il devra néanmoins convaincre le pays de sa légitimité, alors que l’Espagne, meurtrie par la crise économique et le chômage, doute de ses institutions. La conférence épiscopale espagnole a fait part au roi de sa reconnaissance et de remerciements appuyés pour « son profond engagement et sa contribution à l’histoire récente de l’Espagne, en particulier envers la création et la consolidation de la vie démocratique, notamment durant la transition politique ».

Les prélats espagnols soulignent un service dont la valeur est « extraordinaire » et qui continuera avec le prince Felipe, « qui a déjà démontré ses qualités et ses compétences, comme vu lors de divers événements publics ». Ils ont enfin prié Dieu pour qu’Il continue de « soutenir sa Majesté le roi Juan Carlos et la reine Sofia dans cette nouvelle phase de leur vie et d’assister la Couronne d’Espagne ».

Le moment de préparer la relève
Même si le roi, âgé de 76 ans, avait continué à honorer un agenda chargé, il a finalement révélé lundi que c’était à cette époque, après son anniversaire le 5 janvier, qu’il avait « estimé que le moment était venu de préparer la relève ».
Le visage grave, Juan Carlos s’est adressé lui-même au pays lundi. Dans un discours solennel retransmis à la télévision, il a confirmé son abdication, annoncée le matin par le chef du gouvernement Mariano Rajoy, exprimant toute sa « gratitude » au peuple espagnol. Evoquant la soif « en nous d’un élan de renouveau, de dépassement, de correction des erreurs », le roi a déclaré que son fils, avait « la maturité, la préparation et le sens de la responsabilité nécessaires pour prendre avec toutes les garanties la tête de l’Etat et ouvrir une nouvelle étape d’espoir alliant l’expérience acquise et l’impulsion d’une nouvelle génération ».

38 ans sur le trône
Couronné le 22 novembre 1975, à 37 ans, deux jours après la mort de Franco, Juan Carlos aura accompagné le destin d’une Espagne sortie de la dictature pour rejoindre le cercle des grandes démocraties européennes. Le 23 février 1981, le jeune roi en uniforme militaire ordonnait, dans un message télévisé resté gravé dans les mémoires, aux officiers putschistes de la Garde civile qui occupaient alors le Parlement de rentrer dans leurs casernes. En déjouant cette tentative de coup d’Etat, celui que le dictateur Francisco Franco avait, dès 1969, désigné comme son dauphin, s’imposait ce jour-là, avec éclat, comme le héros de la transition démocratique.
Grande figure de la démocratie, le roi avait pourtant vu sa popularité sombrer sous les scandales qui ont entaché ses dernières années de règne. D’abord le scandale judiciaire qui frappe sa fille cadette, Cristina, 48 ans, mise en examen pour fraude fiscale et blanchiment d’argent, et son époux, Iñaki Urdangarin, soupçonné de corruption. La luxueuse partie de chasse à l’éléphant du printemps 2012 au Botswana, qui serait restée secrète si le roi n’avait pas été rapatrié d’urgence après une chute, avait choqué les Espagnols plongés dans la crise. Le tout s’ajoutant aux multiples ennuis de santé de Juan Carlos, qui a subi plusieurs opérations ces dernières années.

Affichant une meilleure santé ces dernières semaines, il avait repris ses activités officielles. Décrit comme « un ambassadeur de luxe pour l’Espagne » grâce à de bonnes relations avec de nombreux dirigeants internationaux, le roi s’était rendu à la mi-mai en Arabie saoudite pour y rencontrer des responsables saoudiens dans le but de favoriser les relations commerciales entre les deux pays.

(Avec AFP)

Tags:
espagne
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
BENEDICT XVI
Hugues Lefèvre
Une 94e année éprouvante pour le pape émérite Benoît XVI
2
WEB2-Quentin-Bernier-Gravat-VILLE-DE-VINCENNES.jpg
Agnès Pinard Legry
Vincennes : l’élu avait aussi l’Ordre de Malte dans l...
3
Marzena Devoud
Les six choses (importantes) à savoir sur les funérailles du prin...
4
WEB2-LES-FRANGINES-YOUTUBE.jpg
Bérengère Dommaigné
« En quelques secondes, tu fais pleurer le monde », Les Frangines...
5
Funeral of Prince Philip
Marzena Devoud
L’adieu de la reine Elizabeth à son époux
6
adoption
Cerith Gardiner
Parents de cinq enfants, ils adoptent une fratrie de sept frères ...
7
La rédaction d'Aleteia
Il y avait-il un saint à bord du Titanic ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement