Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 27 janvier |
Sainte Angèle Merici
home iconActualités
line break icon

25 ans du massacre de Tiananmen : répression, silence et amnésie

Robert Croma / Flickr Creative Commons

25 an de tienanmen

ACAT - Publié le 03/06/14

Alors que l'on commémore le 25e anniversaire du massacre de Tiananmen, l'Acat souligne que la Chine mène une campagne de répression sans précédent pour empêcher tout événement dans le pays.

Alors que le 25ème anniversaire du massacre de Tiananmen est actuellement commémoré à travers le monde, les autorités chinoises ont mené, ces dernières semaines, une campagne de répression sans précédent pour empêcher tout évènement dans le pays. Au moins une soixantaine de personnes – intellectuels, militants, journalistes ou avocats – ont été interrogés, arrêtés arbitrairement dans toute la Chine. Ils sont inculpés, placés en détention ou ont disparu [1]. Plusieurs ont rapporté avoir été maltraités en détention, privés de médicaments ou de visites de leurs avocats. Certains ont également été frappés ou intimidés verbalement.

« Chaque jour, la liste des personnes arrêtées arbitrairement ou disparues s’allonge. Les autorités chinoises font tout afin que, 25 ans après le massacre, le silence et l’amnésie  continuent à régner sur cette tragédie », indique Christine Laroque, responsable Asie à l’ACAT.

Le 27 mai, l’avocat Chang Bayang a été emmené par la police pour être interrogé. Ses ordinateurs et téléphones portables ont été saisis au cours de la perquisition de son domicile. Chang a représenté de nombreuses victimes dans des affaires de violations de droits de l’homme, il a soutenu de nombreux appels publics, notamment ceux visant à abolir les camps de rééducation par le travail. L’avocat Ji Laisong a quant à lui disparu le 26 mai avant de réapparaître et d’être inculpé pour « rassemblement d’une foule visant à troubler l’ordre public », un chef d’inculpation fallacieux constamment utilisé ces dernières semaines.

A Shanghai, la militante Chen Jianfang a disparu depuis le 15 mai. Plusieurs personnalités, comme Hao Jian, Xu Youyu, ou Pu Zhiqiang, un avocat renommé sur les questions des droits de l’homme, ont été inculpées alors qu’elles s’étaient simplement réunies en privé pour discuter des évènements de 1989. Ding Zilin, représentante emblématique des Mères de Tiananmen, un groupe de femmes qui ont perdu un enfant en 1989, n’est pas autorisée à revenir à Pékin. L’absurdité de la répression va jusqu’à la détention  d’un jeune ouvrier, en visite à Pékin il y a deux semaines. Motif : il avait mis en ligne un selfie sur lequel il posait, sur la place Tiananmen, les doigts en V, une pose courante parmi les touristes chinois, mais soudainement considérée ici comme un signe de subversion par les autorités.

A l’occasion du vingtième anniversaire du massacre de Tiananmen, l’ACAT avait publié un rapport rappelant la répression continue et l’amnésie imposée par les autorités sur cet évènement. Le constat dressé alors reste malheureusement d’actualité. Depuis 1989, les autorités n’ont jamais revu leur position officielle. « L’existence du massacre est toujours niée et expurgée des livres d’histoire. La politique répressive va jusqu’à priver les familles d’un droit au deuil en les empêchant, depuis 25 ans, de commémorer la mémoire de leurs proches tués lors du massacre », déclare Christine Laroque. Elles se sont vu interdire le dépôt des urnes funéraires dans les cimetières à l’époque et il leur est interdit de se rendre, le jour anniversaire, sur les lieux où leurs proches ont été tués pour se recueillir.

Presque tous les manifestants de 1989 ont été libérés, sauf Miao Deshun, toujours détenu après 25 ans de prison. Beaucoup sont régulièrement assignés à résidence, s’ils ne sont pas arrêtés et réincarcérés. En dépit du silence imposé à la société, de nombreux citoyens refusent d’oublier et continuent de se mobiliser afin de rétablir la vérité sur cet épisode tragique. Ils veulent seulement rendre justice aux victimes et commémorer leur mémoire.

L’ACAT a initié une pétition en ligne pour la libération des personnes arrêtés dans le cadre des 25 ans de Tiananmen. Elle peut être consultée en cliquant ici.
Le rapport « Tiananmen : quand l’amnésie cache la répression » est disponible en cliquant sur ce lien.

Tags:
anniversairechine
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
jeunesse et covid
Jeanne Larghero
Face au coronavirus, jouer la sécurité ou tenter le risque ?
2
clocher-peigne
Caroline Becker
Vous aussi, vous avez un clocher-peigne près de chez vous ?
3
Tzachi Lang, Israel Antiquities Authority
John Burger
Une pierre portant l'inscription "Christ, né de de Marie" retrouv...
4
PRIEST,ROMAN,COLLAR
Agnès Pinard Legry
Comment savoir si un prêtre… est vraiment prêtre ?
5
Domitille Farret d'Astiès
Faustine et Bérénice partent à pied vers Jérusalem sans un sou en...
6
WEB2-Rene-Regalado-diocese-of-malaybalay.jpg
Agnès Pinard Legry
Philippines : le père René Regalado abattu de plusieurs balles da...
7
étudiante
Marzena Devoud
Le kit de survie spirituelle des étudiants confinés
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement