Aleteia

Peut-on sentir la présence de Jésus ? Mon expérience de la messe

© Moises.on / Flickr / CC
Partager
Commenter

La promesse étonnante de Jésus : chaque jour j’apparaîtrai dans ta vie, chaque jour je t’attendrai dans le tabernacle, dans le cœur des personnes qui sont près de toi. Témoignage.

31/05/2014

Jésus s’en va, mais il reviendra vers nous,  au milieu de notre vie quotidienne : « Je ne vous laisserai pas orphelins, je reviendrai vers vous ». Quelles sont humaines ces paroles que Jésus dit à ses amis : qu’il ne les abandonnera pas, qu’il viendra, qu’il reviendra, qu’il vivra en eux, qu’il ne les laissera pas orphelins ! Il sait ce qu'ils éprouvent.
 
Il reviendra caché derrière les évènements, dans les personnes que nous aimons. Nous pourrons le toucher à nouveau dans les personnes blessées, le soutenir dans la croix des autres, parler avec Lui dans l’autel de notre cœur, nous promener avec Lui dans le jardin de notre âme, le recevoir, chaque jour, comme la personne la plus aimée. La promesse de cette nuit-là s’adresse à nous tous.
 
Jésus, à son dernier jour sur la terre, implore le Père pour nous, se soucie de nous. Comme il a vécu, il meurt. En nous regardant.
 
Parfois il passe, à une croisée de chemins, au moment de prendre des décisions importantes, quand tombe la nuit et que nous nous sentons loin de tous et de Dieu. C’est alors que, en ce moment précis, quand nous nous sentons si seuls, abandonnés, il vient et nous promet sa présence.
 
Et il crie dans notre âme : « Je t’attends, je reviendrai vers toi, je t’amènerai près de moi, dans mon cœur. Chaque jour j’apparaîtrai dans ta vie, chaque jour je t’attendrai dans le tabernacle, dans le cœur des personnes qui sont près de toi. Ne tremble pas, mon enfant. Ta fragilité, quand tu te remets à moi, me bouleverse, alors je te donne tout. Je ne garde ríen pour moi ».
 
A chaque eucharistie, il m’arrive de m’imaginer la place où je serai à cette table, ce soir-là, lors du dernier repas. En réalitéce moment se reproduit à chaque messe. Jésus nous parle, se partage, nous bénit, nous lave les pieds. Il nous regarde avec un amour infini.
 
Nous nous troublons, surpris en écoutant ses paroles: « Ceci est mon corps, ceci est mon sang ».  Lorsque je les prononce, je me sens tout petit, débordé par son amour.  A ce moment-là, je garde le silence, saisi d’émotion, je contemple le miracle, le mystère. Je tremble devant sa promesse.
 
C’est l’amour qui se donne jusqu’à l’extrême, se rompt, se donne, se brise. L’amour qui lave les pieds, partage le repas et la vie. Jésus me regarde dans ce dernier repas.
 
Aujourd’hui il me regarde dans l’eucharistie, il sait où je me trouve. Son regard calme toujours le cœur. Dans chaque eucharistie, je revis la promesse. Je suis moi-même le Christ. Je suis moi-même disciple. J’embrasse le pain qui se fait chair. Je touche le calice avec son sang.
 
Cet instant de l’Esprit me bouleverse.  Il revient. Il revient livrer sa vie par amour. Il revient nous confier ses secrets, ses confidences, son amour.
 
Là, serré sur sa poitrine, là en le regardant ému, j’écoute à nouveau ses paroles et mon cœur tremble d’émotion. Sa présence est réelle, comme l’est sa promesse. Il ne nous a pas abandonnés. Il est là tout près, cheminant, parlant, écoutant, suivant nos pas.

Article traduit de l'édition espagnole d'Aleteia par Elisabeth de Lavigne

 

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]