Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 28 janvier |
Sainte Angèle Merici
home iconActualités
line break icon

Liban : les réfugiés syriens et palestiniens représentent désormais la moitié de la population

Gaëlle Bertrand - Radio Vatican - Publié le 30/05/14

Au programme de ce vendredi 30 mai au Vatican : la catastrophe humanitaire syrienne et ses conséquences sur les pays voisins, qui accueillent des millions de réfugiés.

30/05/2014

Ce vendredi se tenait au siège du Conseil pontifical « Cor Unum », en charge des missions caritatives de l’Église et présidé par Mgr Robert Sarah, une rencontre de coordination pour l’aide humanitaire en Syrie. 25 organismes catholiques impliqués sur le terrain y étaient présents. Intervenaient le secrétaire d’État du Saint-Siège, Mgr Pietro Parolin, le nonce apostolique en Syrie, Mgr Zenari, et les présidents de Caritas en Syrie, Mgr Audo et au Liban, le Père Paul Karam.

Le Conseil pontifical Cor Unum  (« un seul cœur »), pour la promotion humaine et chrétienne, est l’un des dicastères de la Curie romaine. Dans une situation comme celle que vit actuellement la Syrie, son rôle est de concilier l’aide matérielle (construction d’hôpitaux, d’écoles, ..) et l’aide spirituelle auprès des organisations catholiques œuvrant sur place (qui représentent la majorité des organismes d’aide sur le terrain).

Le but de ce Conseil pontifical est aussi de coordonner les acteurs et de participer aux projets de développement. Depuis le début du conflit syrien en 2011, l’Église a ainsi versé 80 millions de dollars à l’aide humanitaire d’urgence (nutrition, logement, reconstruction d’églises, …).

En juin dernier, une première réunion avait été organisée par Cor Unum autour de la Syrie. Elle avait abouti à la création d’un « bureau pour la coordination » à Beyrouth, au Liban. Un an après, la réunion de ce jour vise à dresser un bilan des avancées et à discerner les prochaines priorités. L’accent doit également être mis sur la collaboration entre organismes sur place et l’église syrienne, ainsi que sur les relations avec les pays voisins, notamment sur la question des réfugiés.  

Le cardinal guinéen Robert Sarah a récemment lancé un cri d’alerte sur la situation en Syrie : « Que le monde se réveille de sa torpeur ! » En effet, dans une interview au journal italien Vatican Insider, publiée ce jeudi 29 mai, Mgr Sarah déplorait la toujours dramatique situation syrienne. 

Il rappelait aussi ces chiffres : « 140 000 victimes, 9 millions de personnes en attente d’assistance sanitaire, 60% des hôpitaux détruits ou inutilisables. Les réfugiés syriens sont plus de 2 millions dont la grande majorité des jeunes de moins de 17 ans. On compte aussi 6 millions de déplacés. C’est une catastrophe humanitaire. »  

De même, les relations transfrontalières sont à l’ordre du jour de la rencontre Cor Unum. Et, à ce sujet, le Liban, situé à la frontière sud-ouest syrienne, accueille tous les jours de nombreux réfugiés syriens, ce qui n’est pas sans poser certaines problématiques. Pour le président de Caritas au Liban, le Père Paul Karam, cette situation est particulièrement préoccupante.

Au micro de Radio Vatican, il précisait que le chiffre officiel des réfugiés syriens (c’est-à-dire celui des réfugiés enregistrés) au Liban, fourni par les Nations Unies, est d’un million. Mais qu’en réalité, le chiffre atteint plutôt un million et demi. « À ce nombre, il faut aussi ajouter les 500 000 refugiés palestiniens toujours présents sur le territoire et les 400 000 travailleurs étrangers. » En tout, les réfugiés représentent donc la moitié de la population libanaise.  

Mais l’afflux massif de réfugiés syriens au Liban est aussi inquiétant au regard des conditions sanitaires et de la sécurité. Il précise que les centres sanitaires de Caritas sont très sollicités par les réfugiés. Mais aussi que « de nombreux enfants syriens naissent sur le territoire libanais et ne sont enregistrés ni au Liban ni en Syrie. » Il ajoute que « les réfugiés syriens sont partout, ils ne sont pas regroupés dans des camps comme en Jordanie, ce qui favorise la délinquance. En même temps, il n’y a pas de suivi ni de surveillance au niveau du gouvernement, qui a peu de pouvoir à ce niveau là. »

Tags:
Syrie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
jeunesse et covid
Jeanne Larghero
Face au coronavirus, jouer la sécurité ou tenter le risque ?
2
clocher-peigne
Caroline Becker
Vous aussi, vous avez un clocher-peigne près de chez vous ?
3
Tzachi Lang, Israel Antiquities Authority
John Burger
Une pierre portant l'inscription "Christ, né de de Marie" retrouv...
4
PRIEST,ROMAN,COLLAR
Agnès Pinard Legry
Comment savoir si un prêtre… est vraiment prêtre ?
5
Domitille Farret d'Astiès
Faustine et Bérénice partent à pied vers Jérusalem sans un sou en...
6
WEB2-Rene-Regalado-diocese-of-malaybalay.jpg
Agnès Pinard Legry
Philippines : le père René Regalado abattu de plusieurs balles da...
7
étudiante
Marzena Devoud
Le kit de survie spirituelle des étudiants confinés
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement